Mindo

Inscrit depuis le le 16/06/2009 à 14:40
11202 messages publiés
Flux et contenus à l\'ère numérique.
Envoyer un message privé
"Most laws were conceived in and for a world of atoms, not bits" - Nicholas Negroponte, Being Digital (1995, p. 236).

"Si vous ne voulez pas qu'on le sache, mieux vaut encore ne pas le faire" - proverbe chinois.
Derniers sujets de Mindo :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 20 avril 2015
95
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
2
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
10
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
2
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
2
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
5
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
5
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 20 avril 2015
5
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 21 avril 2015
0
Par Mindo - 11202 messages - Ouvert le 17 avril 2015
337
Derniers messages de Mindo :



C'est donc le 2 juin 2015 que Heroes of the Storm sera officiellement proposé au grand public. Dans une mise jour publiée en début de semaine, Blizzard a en effet la confirmé la date de sortie de son "MOBA" (arène de bataille en ligne multijoueur), qui sera précédée d'une toute dernière phase de test qui débutera à partir du 20 mai. Celle-ci sera ouverte à tous.

L'arrivée de Heroes of the Storm a des chances de bousculer un marché des arènes de bataille en ligne multijoueur aujourd'hui fortement dominé par League of Legends (LoL). Développé et édité par Riot Games, il constitue indéniablement l'une des grandes références du genre. Toute la question est de savoir si la puissance de feu de Blizzard sera suffisante pour détrôner LoL.

Dans Heroes of the Storm, deux équipes de cinq joueurs chacune s'affrontent. L'objectif est de détruire l'idole cachée dans le camp d'en face. Pour cela, il faudra traverser la carte et adopter une stratégie : combattre les joueurs adversaires, effectuer les objectifs de la carte, et ainsi de suite. Au fil de la partie, chaque joueur pourra faire évoluer son personnage et lui attribuer des compétences spécifiques.




Lire la suite



Spécialisée dans les avertisseurs de radar, la société Coyote - comme le reste de la concurrence - a dû revoir ses activités commerciales suite aux nouvelles règles édictées par le ministère de l'intérieur en matière de sécurité routière. Désormais, elle vend officiellement des assistants d'aide à la conduite.

La différence réside dans les informations qui sont délivrées au conducteur. En effet, la position des radars fixes et mobiles n'est plus donnée. À la place, ces appareils signalent les zones de voies dangereuses ou des points de danger précis, à la fois temporaires (travaux, embouteillages, accidents...) ou permanents (virages serrés, écoles, hôpitaux...).

Malgré ces nouvelles restrictions, les assistants d'aide à la conduite demeurent appréciés. Outre les boîtiers dédiés, ces outils fonctionnent aussi avec un smartphone via une application. Et maintenant, on trouve même des logiciels adaptés aux accessoires connectés, comme les montres intelligentes.

Coyote annonce en effet que son application sera proposée aux propriétaires d'une Apple Watch à partir du 24 avril. "Les utilisateurs iCoyote pourront recevoir les alertes de la communauté directement sur leur Apple Watch", explique la société. "Cette nouvelle version de l'application fonctionne en complément de l'application iCoyote pour iPhone et ne nécessite pas d'installation spécifique".

Diverses informations pourront être indiquées via la montre : Zones de danger et zones à risque ; accidents et perturbations routières ; limitation de vitesse et indicateur coloré survitesse ; fonction "retrouver ma voiture". Le communiqué ne précise pas si les alertes seront indiquées oralement, par écrit ou les deux. On suppose que pour des raisons de sécurité, c'est plutôt la première option qui sera privilégiée


Lire la suite



Ça bouge du côté de la Quadrature du Net. L'association spécialisée dans la défense des droits et libertés des citoyens sur Internet est en train de renouveler une partie de son équipe, afin de compenser quelques départs survenus ces derniers mois.

Ainsi, Agnès de Cornulier remplace Miriam Artino comme coordinatrice de l'analyse juridique et politique et prend également en charge l'activité européenne de La Quadrature du Net. De son côté, Christopher Talib a rejoint l'équipe il y a quelques mois, pour gérer l'organisation des campagnes et du travail avec les bénévoles.

L'association est engagée dans l'embauche d'un administrateur comptable et logistique en remplacement de Marie Walrafen. Un stagiaire, Arnaud Fabre, a aussi été recruté. Élève ingénieur à Telecom Bretagne, il apporte un soutien technique pour Memopol (outil de veille) et divers autres projets.

D'autres départs sont à relever : celui de Yoann Spicher, chargé de campagne, et de Jean Cattan, membre du collège d'orientation stratégique. Mais la Quadrature du Net se veut rassurante. C'est la vie normale d'une association. "Nous annoncerons prochainement l'arrivée de nouveaux membres", promet-t-elle.


Lire la suite



L'alliance entre Microsoft et Yahoo dans la recherche et la publicité se poursuivra, mais les clauses de leur partenariat ont été revues afin de faciliter leur divorce si l'une ou l'autre partie n'y trouve plus son intérêt. C'est ce que révèle un document transmis la semaine dernière à l'organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.

Concrètement il permet à Yahoo ou Microsoft de mettre fin au contrat à partir du 1er octobre 2015. Comment ? En remettant un simple avis écrit de résiliation, explique IT World. À la réception du courrier, l'accord restera en vigueur pendant quatre mois à compter de la date de l'avis de résiliation afin de permettre à l'autre société d'avoir assez de temps pour mettre de l'ordre dans ses affaires.

Concernant les gains publicitaires, Yahoo conservera désormais 93 % du revenu brut (c'est-à-dire avant le paiement d'affiliation) lorsqu'il affichera une publicité Bing sur l'un de ses sites. Auparavant, la part revenant au portail américaine n'était "que" de 88 % (après paiement), puis de 90 % en février à la suite d'une révision de l'accord survenue en février dernier.

Microsoft et Yahoo ont signé en 2009 un accord cadre sur la recherche et la publicité. Depuis, c'est le moteur de recherche Bing, développé par la firme de Redmond, qui s'occupe des requêtes passées sur le portail web américain, dans la mesure où celui-ci ne se considère plus comme un moteur de recherche. Aux USA, Bing gère près d'une requête sur trois si l'on ajoute la part de marché de Yahoo.

La durée de vie de l'accord entre Microsoft et Yahoo est fixée à dix ans. La première moitié de ce contrat est d'ores et déjà passée. Avec la récente évolution du contrat entre Microsoft et Yahoo, toute la question est de savoir si la seconde moitié du partenariat se déroulera sans accroc ou si l'une des deux parties décidera de voler de ses propres ailes.


Lire la suite



Android Wear va bientôt bénéficier d'une mise à jour conséquente. Dans un article publié lundi, Google signale en effet que les montres connectées utilisant son système d'exploitation pourront bientôt se connecter à Internet en WiFi sans avoir besoin de passer par le smartphone (à condition que l'accessoire dispose d'un module WiFi, bien entendu).

La mise à jour va aussi étendre le mode "always-on" qui permet à une application de rester active à l'écran jusqu'à ce que l'utilisateur donne une instruction contraire. Ce mode est utilisé pour l'affichage de l'heure, mais Google souhaite le proposer pour d'autres programmes. Afin d'économiser la batterie, l'affichage bascule en noir et blanc lorsque la montre n'est pas utilisée par l'usager.

D'autres modifications de moindre envergure font également leur apparition avec cette mise à jour, comme la possibilité de passer d'une notification à l'autre en effectuant une petite rotation du poignet, ou d'envoyer des "emojis" en les traçant grossièrement à l'écran. Le système est capable de reconnaître la forme et de trouver le smiley correspondant.

La mise à jour sera déployée dans les prochaines semaines.


Lire la suite



Tesla Motors a failli appartenir à Google, mais l'assainissement des finances du constructeur automobile lui a finalement permis de conserver son indépendance. C'est ce que révèle un ouvrage ("Elon Musk: Tesla, SpaceX, and the Quest for a Fantastic Future") consacré à Elon Musk, l'un des fondateurs de la société, qui doit paraître en mai aux États-Unis et dont Bloomberg relaie quelques extraits.

Dans son livre, Ashlee Vance explique que Tesla Motors traversait une très mauvaise passe en 2013. Le groupe ne parvenait pas à transformer assez de réservations en ventes fermes. La société a aussi souffert des défauts de jeunesse des premières séries (notamment au niveau des poignées de porte) et des errements esthétiques (sur les pare-soleil), qui ont contribué à saper son image de marque.

Selon Vance, Elon Musk a proposé à Larry Page - le PDG de Google - de lui céder la firme pour 6 milliards de dollars et d'investir 5 milliards de dollars pour moderniser et étendre ses usines. Des conditions étaient aussi mises sur la table, allant du maintien d'Elon Musk au poste de PDG pendant 8 ans au soutien des activités de Tesla jusqu'à la mise en production de la 3ème génération de ses voitures électriques.

L'essentiel des demandes a été accepté par Larry Page et, raconte Vance, des négociations se sont rapidement engagées entre les avocats des deux entreprises pour régler certains détails, notamment financiers. Mais les choses ont commencé à traîner et, en parallèle, la santé financière de Tesla Motors est repassée dans le vert grâce au succès commercial inespéré de ses véhicules (en particulier le modèle S).

La conséquence a été immédiate : remboursement des prêts contractés auprès du département américain de l'énergie avec les intérêts, accroissement des actions de la société, arrivée des premiers bénéfices... et rupture des discussions avec Google, dont l'aide n'était plus requise.

( photo : CC BY erik_ros )


Lire la suite



Si vous êtes un habitué de Twitter, vous savez sans doute que les messages privés entre deux personnes ne fonctionnent qu'à la condition de se suivre mutuellement. Pour poursuivre une conversation sans que celle-ci puisse être lue par les autres membres du réseau social, la seule manière de procéder est de demander à son interlocuteur de s'abonner à son profil et de faire de même avec le sien.

Cette règle est toutefois en train d'évoluer.

Une nouvelle option est en effet apparue dans les réglages du site communautaire : celle-ci permet d'accepter toutes les conversations privées, même celles d'utilisateurs inconnus. Pour l'activer, il suffit de cliquer sur votre portrait en haut à droite du site et de sélectionner la ligne "Paramètres". Ensuite, dans l'onglet "Sécurité et confidentialité" vous trouverez en bas de page :





On remarquera que l'option est désactivée par défaut, ce qui évitera l'apparition de messages non sollicités. On peut en effet craindre que les messages privés seront aussi exploités par des spammeurs. Mais ce sont surtout les personnalités publiques qui apprécieront la désactivation par défaut, ce qui leur permettra de ne pas avoir la surprise de milliers de messages reçus en privé.

La possibilité d'envoyer des messages privés entre n'importe quel usager a été testée quelques mois à la fin 2013, avant d'être mise de côté pour une durée indéterminée. Son retour illustre la volonté de Twitter de rester attractif face au succès croissant des messageries instantanées. À défaut d'en lancer une, le réseau social fait siennes certaines fonctionnalités.


Lire la suite



Il n'y a pas qu'en France que les services postaux s'intéressent de très près à l'utilisation de drones pour livrer des colis. De l'autre côté de la frontière helvète, La Poste Suisse prévoit aussi de mener des expérimentations à partir de cet été afin de jauger la viabilité d'un service basé sur des aéronefs opérés à distance pour remettre des paquets ou du courrier à des particuliers.

Interrogé par la Tribune de Genève, un porte-parole de La Poste Suisse a précisé que ces tests ont pour objectif de vérifier l'intérêt de cette technologie pour la livraison postale, notamment dans le contexte géographique de la Suisse (un relief très montagneux). Il s'agit aussi d'explorer le cadre juridique actuel en vue d'utiliser des drones dans l'espace aérien helvète.

D'après le quotidien suisse, des vols expérimentaux menés par La Poste Suisse sont déjà effectués aux États-Unis, en coopération avec la division cargo de Swiss et le fabricant de drones californien Matternet.

En France, La Poste, via sa filiale GeoPost, a aussi testé la livraison de colis par des drones. Il s'agissait de voir dans quelles conditions peut se faire la remise de colis avec des aéronefs pilotés par un opérateur se trouvant à plusieurs kilomètres. À l'époque, le test a mobilisé un drone capable de soulever une charge utile de 4 kilos et dont les dimensions ne dépassent pas 40x30x20 centimètres


Lire la suite



La lutte contre le téléchargement illicite reste une priorité absolue pour la RIAA, même lorsque les sites litigieux ont des ramifications dans des pays considérés comme des havres pour le piratage. Ainsi, plusieurs labels de musique ont déposé une plainte contre les responsables de MP3Skull devant un tribunal de Floride.

L'action menée dans cet État américain s'explique par la présence de l'hébergeur WebZilla, dont les services sont utilisés par MP3Skull. Toutefois, comme le souligne Ars Technica, qui rapporte cette affaire, la localisation exacte des responsables du site n'est pas établie avec certitude.

MP3Skull est un site qui est dans le collimateur de l'industrie musicale depuis longtemps. Selon le rapport de transparence de Google établi en 2012, il est l'un des domaines les plus visés par les demandes de suppressions d'URL provenant des ayants droit.








Lire la suite



La présidente d'AMD a-t-elle vendu la mèche ? Lors d'une conférence avec des analystes sur les résultats de son groupe, Lisa Su a brièvement évoqué la date de sortie de Windows 10 alors que la discussion portait sur la feuille de route de son entreprise pour les mois à venir.

D'après elle, le prochain système d'exploitation de Microsoft sera proposé au grand public à la fin du mois de juillet. "Avec le lancement de Windows 10 à la fin du mois de juillet, nous nous attendons à un effet sur le marché au moment de la rentrée des classes", a déclaré Lisa Su, dans des propos cités par Tweakdown.

Si l'information lâchée par la présidente d'AMD est exacte, il s'agit alors de l'indication la plus précise quant au lancement de Windows 10. En effet, Microsoft est pour l'instant resté assez vague sur la date de sortie de son nouvel O.S., se contentant d'indiquer une fenêtre de tir assez large : l'été 2015.

Un positionnement avant la rentrée des classes pourrait favoriser l'adoption de Windows 10 (même si la distribution de l'O.S. sera gratuite à certaines conditions), car il s'agit d'une période propice au renouvellement de l'équipement informatique d'un foyer.

Et bien sûr, Windows 10 sera présent sur les machines qui seront commercialisées à ce moment-là.

Des précisions sur le lancement de Windows 10 seront vraisemblablement fournies lors de la conférence BUILD de Microsoft, qui aura lieu du 29 avril au 1er mai. L'entreprise pourra alors confirmer ou infirmer la date avancée par Lisa Sue. Quoiqu'il en soit, la sortie sera mondiale (190 pays et 111 langues).

Windows 10 a été annoncé lors d'une conférence de presse qui a eu lieu fin septembre.


Lire la suite



200 millions. C'est le nombre d'usagers actifs mensuels gagné par WhatsApp en l'espace de huit mois. L'application mobile messagerie instantanée, qui revendiquait 600 millions de membres actifs chaque mois en août 2014, proclame maintenant qu'ils sont 800 millions. C'est ce qu'a indiqué sur son compte Facebook Jan Koum, l'un des deux cofondateurs du service.

Soucieux de bien souligner l'avance que WhatsApp a sur ses concurrents, Jan Koum a pris soin de préciser que les nouvelles données de fréquentation de la plateforme ne concernent que les utilisateurs actifs, c'est-à-dire ceux qui se rendent effectivement sur la plateforme. Autrement dit, le nombre total de comptes créés sur WhatsApp est en réalité bien plus grand (mais non renseigné).

À titre de comparaison, Line a indiqué en début d'année avoir 600 millions d'usagers tandis que Viber dit en avoir plus de 230 millions.

Depuis août, WhatsApp a connu deux évolutions notables. D'abord, le service a adopté le chiffrement bout-à-bout sur Android, à la suite d'un partenariat avec la société Open Whisper Systems, qui est à l'origine de TextSecure, un logiciel réputé pour son respect de la vie privée. Ensuite, la société a commencé à inclure les appels téléphoniques gratuits dans son application.

Pour Facebook, la montée en puissance de WhatsApp est une bonne nouvelle même si le service n'est pas rentable. Acheté à prix d'or début 2014 (un montant total de 19 milliards de dollars !), WhatsApp est désormais un actif précieux pour Facebook, que ce dernier ne manquera pas de monétiser dès que l'occasion se présentera.


Lire la suite



Sauf contretemps de dernière minute, c'est cette année que le projet Loon doit entrer dans sa phase concrète, avec le lancement d'un accès à Internet grand public dans une ou plusieurs régions du monde qui ne disposent pas aujourd'hui des infrastructures nécessaires pour profiter du réseau. À cette occasion, Google a publié une vidéo faisant le point sur l'état d'avancement du projet.

Commentée par Mike Cassidy, le responsable de Loon, la vidéo révèle par exemple que la production industrielle des ballons-sondes a connu une forte accélération au fil des mois. Ainsi, le temps de conception d'un aérostat a été ramené de trois jours à quelques heures à peine, ce qui permet à l'entreprise américaine d'en sortir plusieurs par jour.



Une fois déployé dans l'atmosphère, les ballons sont en mesure de tenir en l'air une centaine de jours (cette information avait déjà été donnée en novembre, lors d'un précédent point d'étape). De plus, Google a aussi amélioré la phase de déploiement à proprement parler : d'un rythme d'un ballon lancé quotidiennement, Google peut maintenant en lancer une douzaine par jour.

Du fait de la montée en puissance du projet Loon, Google a mis en place un centre de contrôle pour suivre l'évolution de ses ballons stratosphériques, contrôler et corriger leur trajectoire à distance. La société a même mis en place des équipes chargées de récupérer les aérostats lorsqu'ils chutent sur Terre ou en cas d'atterrissage programmé.

Dans le cadre du projet Loon, Google a conclu un partenariat avec le Centre national d'études spatiales (CNES). Il s'agit d'un accord mutuellement profitable, puisque l'entreprise américaine doit partager avec l'établissement français les résultats des tests menés au cours de l'année 2015, en échange de son expertise dans la navigation et l'analyse en haute atmosphère.


Lire la suite



Sony renouvelle sa gamme Xperia. Ce lundi, l'entreprise japonaise vient de présenter officiellement un nouveau smartphone, le Xperia Z4. Succédant au Z3, dont la sortie remonte au mois de septembre, ce mobile permet à la société nipponne de rester à hauteur de la concurrence en proposant un terminal aux caractéristiques renouvelées.

Pour ce téléphone, Sony a opté pour un écran d'une diagonale de 5,2 pouces avec une définition Full HD (1920 par 1080 pixels), un processeur Snapdragon 810 cadencé à 2 GHz, une mémoire vive de 3 Go, un espace de stockage de 32 Go (extensible à 128 Go via une carte microSD), une batterie de 2930 mAh, un objectif photo de 20,7 Mpix à l'arrière et un second de 5,1 Mpix à l'avant.

Côté système d'exploitation, le Xperia Z4 mobilise la dernière version d'Android (Lollipop). Pour l'heure, la mise en vente du Z4 concernera uniquement le Japon, à partir de cet été.




Lire la suite



C'est a priori inédit dans l'histoire de la Cinquième République. Comme le pointe Slate, un président de la République va pour la première fois saisir le Conseil constitutionnel pour faire vérifier la conformité d'une loi ordinaire - en l'occurrence, le projet de loi sur le renseignement - à la Constitution.

"Pour que vous soyez bien convaincu que cette loi ne mettra pas en cause, en aucune façon, les libertés, je vais saisir, au terme de la discussion parlementaire [...] le Conseil constitutionnel", a déclaré dimanche François Hollande lors de son passage dans l'émission Le Supplément, sur Canal+.

Si l'annonce du président de la République vise à rassurer les opposants au texte, qui ont martelé tout au long des débats parlementaires les risques que fait porter cette loi sur les libertés publiques, il conviendra d'analyser avec attention la saisine de François Hollande.

En effet, le champ du recours dépendra des questions qui seront posées au Conseil constitutionnel.

La déclaration du chef de l'État survient alors que s'est achevé jeudi dernier l'examen du projet de loi sur le renseignement à l'Assemblée nationale. Selon toute vraisemblance, le vote solennel du parlement, qui aura lieu le 5 mai, devrait être une formalité et bénéficier d'un soutien à gauche comme à droite.

Rappelons que dans ce texte, le dispositif des boîtes noires qui analyseront le comportement des internautes par des algorithmes a été validé, tout comme la forte hausse des amendes en cas de piratage informatique et des mécanismes pour verrouiller l'émergence de lanceurs d'alerte inspirés par les actes d'Edward Snowden.

( photo : CC BY César )


Lire la suite



Alors que Google domine outrageusement le secteur de la recherche en Europe, avec une part de marché qui dépasse les 90 % dans les cinq principaux pays du Vieux Continent (Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni), le marché est beaucoup plus disputé aux États-Unis. En effet, la firme de Mountain View n'en contrôle que les deux tiers, du fait de la concurrence exercée par Bing.

D'après les derniers relevés effectués par comScore, le moteur de recherche conçu par Microsoft gère une requête sur cinq aux USA (hors trafic mobile). De son côté, Google, bien que toujours majoritairement utilisé outre-Atlantique, a encore vu sa part de marché reculer : elle s'établit désormais à 64,4 %.



Cela étant, la part de marché réelle de Bing dans la recherche aux États-Unis peut-être considérée comme étant encore plus importante selon la manière dont on la calcule. Il existe en effet un accord entre Yahoo et Microsoft qui permet au second de fournir sa technologie de recherche au premier. Dit autrement, la part du marché obtenue par Yahoo revient, en quelque sorte, à Microsoft.

Selon comScore, Yahoo représente 12,7 % de la recherche aux USA. Cette statistique, combinée à celle obtenue par Bing, permet au moteur de recherche de peser au final 32,8 %, soit pratiquement une recherche sur trois. À titre de comparaison, Bing s'occupe de 3,2 % de la recherche en Europe, selon StatCounter. C'est pratiquement la même statistique pour la France.


Lire la suite
Salut ; je ne suis pas sûr de te suivre. Tu m'éclaires pour ce montant (1,6 million d'euros) ?



Les relations entre Facebook et TF1 vont-elles se dégrader dans les années à venir, à cause du droit d'auteur ? C'est le risque qu'a évoqué en filigrane Sébastien Frapier, le directeur des affaires juridiques de la chaîne de télévision, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle. Au cœur du problème figure la politique anti-piratage du réseau social, que TF1 juge très insuffisante.

"Depuis 2014, Facebook a ouvert une application qui permet d'avoir beaucoup de contenus vidéos" sur son site. Le problème, selon Sébastien Frapier, cité par l'AFP, c'est qu'elle n'est pas accompagnée d'un "système de filtrage". Par conséquent, le site communautaire est devenu par la force des choses "une plateforme très importante de contenus cinématographiques et audiovisuels".

En 2011, TF1 et Facebook ont tissé des partenariats dans la vidéo. De la "VOD sociale" a été expérimentée pour louer des contenus et favoriser la recommandation entre usagers. Quelques mois plus tard, c'est la diffusion sur Facebook de certaines séries américaines 24 heures après leur projection aux USA qui a été testée par les deux entreprises. Des projets qui n'ont plus cours aujourd'hui.

La suite pourrait donc se jouer devant les tribunaux. En la matière, TF1 a déjà bataillé contre Dailymotion et YouTube.

Dans un premier cas, l'affaire s'était dénouée en justice, avec la condamnation du site français à 1,2 million de dommages et intérêts au profit de la chaîne pour des vidéos de ses programmes qui avaient été téléversées par des internautes et laissées en ligne malgré les mises en demeure. Dans l'autre cas, un accord a été conclu pour mettre fin aux actions judiciaires


Lire la suite



Instagram veut mettre de l'ordre dans son service. Le service de partage de photos vient d'établir des règles communautaires plus strictes, afin de tenir à l'écart les clichés pornographiques et érotiques. Cependant, une tolérance est prévue pour certaines formes modérées de nudité (photos d'œuvres d'art, de cicatrices post-mastectomie, d'allaitement, par exemple).

Instagram a aussi réécrit la section concernant le harcèlement pour interdire explicitement les menaces, discours de haine, humiliations, chantages, harcèlements, contenus indésirables ou déshonorants. Là aussi, une certaine souplesse est prévue pour des "discussions plus virulentes" lorsqu'elles touchent des personnalités publiques. Mais il y aura toujours une ligne à ne pas franchir.

Selon le Wall Street Journal, cette mise à jour constitue le plus grand changement du règlement du site depuis son acquisition par Facebook en 2012 pour un milliard de dollars.


Lire la suite



Trois mois de prison avec sursis, 154 000 euros de dommages et intérêts et la confiscation du matériel informatique. Telle est la sentence qui a été prononcée cette semaine par le tribunal correctionnel de Besançon contre les deux administrateurs du site de liens BitTorrent Wawa-Torrent, dont l'Est Républicain, cité par Next Inpact, se fait l'écho.

Le jugement rendu par les trois magistrats satisfait dans les grandes lignes les réquisitions du ministère public, qui demandait de condamner les créateurs de Wawa-Torrent à trois et quatre mois de prison avec sursis. En revanche, il ne répond que partiellement aux attentes des parties civiles, qui réclamaient plus de 300 000 euros de dommages et intérêts.

Les deux administrateurs de Wawa-Torrent étaient notamment poursuivis par la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), l'association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) et des producteurs de l'industrie du disque (société civile des producteurs phonographiques (SCPP)).

Selon le dossier d'instruction, Wawa-Torrent aurait permis la mise en ligne ou l'indexation de 7800 œuvres protégées par le droit d'auteur, du 1er août 2009 au 31 octobre 2012, générant un total de 1,8 million de téléchargements par quelques 187 000 internautes inscrits.

Au cours de cette période, relativement brève, le site aurait permis de générer 23 500 euros de recettes, ce qui est relativement faible. En effet, sur trois ans, cela représente à peine quelques centaines d'euros par mois pour chaque administrateur, une fois les frais d'hébergement payés.

Cette somme a été obtenue via les gains publicitaires ainsi que par la vente d'accès "VIP". Ces derniers permettaient de télécharger sans limite (comme l'obligation de conserver un ratio minimum entre l'upload et le download sur BitTorrent).

Les responsables de Wawa-Torrent ont été arrêtés en octobre 2012.


Lire la suite



Voilà une excellente nouvelle pour les aveugles et malvoyants. Dans les prochaines semaines, Netflix proposera beaucoup plus de films et de séries télévisées en audiodescription. De cette façon, les personnes ayant une cécité partielle ou totale pourront quand même profiter des œuvres diffusées sur le service de vidéo à la demande avec abonnement (SVOD) malgré leur handicap.

L'audiodescription est un texte lu en voix off décrivant ce que l'on voit à l'écran : l'action elle-même, mais aussi les expressions des protagonistes, le décor, les vêtements ou encore les changements de scène. Bien sûr, cette piste s'intercale entre les dialogues et les éléments sonores importants dans l'histoire, afin de permettre aux spectateurs concernés de profiter de l'œuvre.

Dans un premier temps, Netflix va ajouter de l'audiodescription pour son public anglophone (sont notamment citées les séries House of Cards, Marco Polo, Orange is the New Black et Unbreakable Kimmy Schmidt comme œuvres qui bénéficieront de ce service). Netflix ajoute qu'il prévoit aussi d'étendre ce dispositif à d'autres langues, sans dire lesquelles ni préciser le calendrier.

Le soudain intérêt de Netflix pour l'audiodescription est bien sûr lié à la diffusion de Daredevil sur la plateforme de SVOD. Dans cette série télévisée, le héros de l'histoire est en effet aveugle depuis l'âge de neuf ans à la suite d'un accident de la circulation.


Lire la suite
Numerama sur les réseaux sociaux