Bazzzoukk

Inscrit depuis le le 01/11/2008 à 17:00
379 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers messages de Bazzzoukk :
"Les auteurs seront rémunérés en fonction du nombre d'accès à leurs oeuvres grâce à un financement reposant à la fois sur les usagers et sur tous les acteurs de l'économie numérique qui profitent de la circulation numérique des oeuvres."

Je ne dirais qu'une chose, bravo!
Y a t-il des anti-ACTA et des anti-Hadopi sur facebook?
Mais oui bien sur, et ils sont tellement stupides qu'ils n'y voient aucune contradiction.
Un pauvre tag à la va vite pour une phrase si prétentieuse, mieux valait sans doute s'abstenir.
Puisque l'Hadopi va être remplacé par l'ACTA, ces petits combats de coq ne sont que de peu d'intérêt. Puisque tout se joue maintenant au niveau mondial, la politique locale, ça change quoi?
Si Obama ne signe pas maintenant ce traité, ce qui est très peu probable vu que ses partenaires économiques mondiaux le signent et que ses soutiens nationaux le veulent, il le fera après sa réélection ou alors c'est son successeur qui signera.
Il ne faut pas être naïf, il y a trop d'intérêts en jeux.
Petit rappel pour ceux qui l'auraient oublié ou ne le sauraient pas: Il y a plus de 30 ans que l'on a dématérialisé les titres boursiers. La valeur d'une action dépend des brevets et des marques. Elle est donc aussi le titre de propriété immatériel, quelques lignes dans un serveur, d'un bien en partie immatériel.
Avec l'ACTA il y a d'un cote toute l'industrie et la finance mondiale, et de l'autre, on ne sait pas trop, des gens qui signent une fois, dix fois, cent fois la même pétition immatérielle.
Le point de friction? C'est la création culturelle. Sera-t-elle hypocritement sacrifiée aux masses pour calmer le jeu? Ils veulent toujours du pain et des jeux. Et bien non, car aujourd'hui la culture s'appuie maintenant sur une industrie. Puisqu'elle est aussi le vecteur symbolique de l'importance d'une nation, et les politiques y regardent a deux fois avant de la mettre à mort.
La vraie question sur l'ACTA, c'est que les internautes ne sont en réalité que de simples consommateurs de biens, d'informations et de réseaux sociaux ,alors on-t-ils leurs mot a dire? Puisqu'il ne s'agit pas d' interdire leur liberté d'expression, mais seulement de contraindre les FAI à respecter la propriété intellectuelle avec laquelle ils génèrent du trafic et donc du profit.
Mais m'sieurs dames, oui, avec l'ACTA, tout le monde pourra toujours donner son avis sur ceci ou cela, blablater dans des forums, s'échanger des photos sur les réseaux sociaux, acheter des produits en ligne. Je ne vois donc pas ce que ça changera.
Ah, oui, si, pour ceux qui ne respectent pas le droit de propriété intellectuel? C'est a dire les fascistes, les anarchistes, et les terroristes? Mais l'extrémisme doit être combattu, et la civilisation protégé, c'est d'abord ça notre devoir.
Vos thèses de pseudo liberté du web sont décidément absurdes et vous conduirons tous au fascisme. D'ailleurs, le seul parti qui vous soutienne, c'est le FN. Eux aussi veulent détruire la culture.Chez eux l'autodafé est une vielle tradition. Dernier exemple en date, la bibliothèque municipale de Vitrole. La culture du peuple pour le peuple et son accès gratuit était aussi une des thèses du nationale-socialisme. Vous n'en êtes plus très loin, vous qui prétendez déjà être les représentants du "VRAI peuple du web".
C'est bien d'afficher clairement son extrémisme. àa fait avancer les choses et ça muscle le débat. Vous avez d'ailleurs le soutien total du FN. Autoriser le piratage, c'est parfaitement démagogique, ça flatte les bas-instinct des masses, une de leur spécialité, et ça tuera définitivement la production culturelle qu'ils détestent tant.
Quand à votre façon de faire, de bloquer les sites qui ne sont pas du même avis, cette manière brutale de se débarrasser des opposants leur rappel tellement de bon souvenirs!
Puisque vous avez le même mépris des ayants-droits de la culture, et puisque vous avez les mêmes méthodes brutales, affichez donc clairement vos opinions politiques.
Si le fascisme ne se traite que quand on en voit apparaître clairement les symptômes de gangrène, à mon avis, là, vous êtes murs pour une bonne amputation. .
Cet article de Numerama ressemble autant dans sa forme et que dans son fond aux critiques du FN.
Il est vrai que c'est le seul parti politique en France qui soit proche des thèses défendues ici.
Entre les truands de Megaupload et les fascistes d'Anonymous, elle est belle la cyber-guerre!
Rappel: le seul parti politique qui soutient votre point de vue c'est le FN.
Je vous souhaite donc bien du plaisir dans vos blablatages.
Un "ayant-droit" anonyme.
Les Anonymous sont des fascistes, pas étonnant qu'en France ce soit le FN qui représente le mieux leur vision politique.
Je suis un "ayant -droit", et j'ai le droit de propriété sur mes créations. Si je décide de vous les vendre, vous les achèterez, si je décide de vous les donner, vous pourrez alors les prendre, mais seulement dans ce cas.
C'est le fruit de mon travail, j'y passe mes journées, j'y consacre toute mon énergie, tout comme vous passez le votre dans des bureaux ou dans des ateliers et vendez votre temps de travail ou votre production.
Il y a ici beaucoup d'imbéciles qui ne comprennent rien, qui prétendent que nous autres sommes "préhistoriques" et qui prennent de très haut les créateurs culturels simplement parce-qu'ils savent cliquer sur la fenêtre download d'un ordinateur. Bravo, quel grand savoir et quel belle preuve d'évolution!
Vous ne comprenez vraiment rien. Si je n'ai plus de droit de propriété sur mes oeuvres, il n'y aura plus de droit de propriété sur rien, et quand je viendrais pisser sur votre canapé, vous n'aurez plus qu'a la boucler, car je serais autant chez moi que vous ne l'êtes. Si mes droits n'existaient plus, c'est tout le système du copyright qui s'écroulerait, puis celui des brevets, plus de marques, toute les industries nationales menacées, et par conséquent l'ensemble du système qui vous nourri et qui vous gave de ces gadgets informatiques, comme les gros bébés du 21eme siècle que vous êtes.
Mais vous êtes des bébés préhistoriques, vous partez en chasse avec vos minables disques durs en ramenant vos proies par les fibres pour pouvoir les violer avec vos tout petits instruments et sans aucun respect.
Ce que vous appelez toujours assez bêtement "l'industrie du divertissement" c'est uniquement pour masquer le fait que dans cette "industrie", il y a des travailleurs comme moi, des hommes et des femmes qui eux aussi doivent gagner leur vie tout comme vous.
Cette "INDUSTRIE" c'est la part de rêve de votre vie, c'est ce qui vous permet de sortir de votre train-train quotidien. Sans elle, votre vie serait vite insupportable. Mais vous n'avez que du mépris à la bouche car vous pensez que tout vous est du. Non,l'imagination, le rêve de ceux que l'on appelle les artistes, ce rêve ne vous est pas du pour distraire votre morne quotidien. Et puisque vous en manquez, puisque vous n'êtes pas capable d'aller bien loin, alors vous devez tout simplement l'acheter, et comme vous achetez votre nourriture, c'est à dire sans broncher.
Seulement voila, vous êtes une réminiscence post-moderne du bolchevisme, vous aimez vous cachez derrière la lâcheté des masses pour brailler en troupeau
Le national-socialisme aussi hurlait toujours le mot LIBERTE pour promouvoir ses infamies, et quand j'entend aujourd'hui celui des Anonymous, il sonne aussi en vert de gris.
Oui, je suis un artiste en colère quand je lis vos commentaires totalement irrespectueux de mon travail et de mes droits.
Mais l' oeil bestial que vous portez sur le monde à travers vos web-cam, ce regard cupide, prétentieux, intrusif, avide, ce regard la n'est pas pour moi le sens de l'évolution de l'humanité.
Pas de frontières pour Internet VS Pas de frontières pour la lutte anti-piratage. Ce qui vous choque le plus? Vous pensiez que des frontières physiques protégeraient le monde virtuel, c'était une croyance fortement encrée. Mais ce n'est pas la réalité.
Si des illuminés prétendent pas très clairement que le droit d'auteur est dépassé, on suppose qu'ils veulent dire par là, dépassé par la technologie, ils méconnaissent par ignorance, ou pire, par hypocrisie populiste et démagogique, que c'est un des fondement du droit de propriété.
S'il n'y a plus de droit de propriété intellectuelle, ne serait-ce que pour ce qui concerne la culture, c'est l'ensemble du système de brevet qui est en danger,et donc l'ensemble de la production industrielle et du commerce mondial qui est menacé. Il ne faut pas oublier que pour les financiers, les biens immatériels détenus sont essentiels dans une cotation.
Les majors ne sont donc que la partie immergée de cet iceberg juridique international, et c'est pourquoi c'est le système entier qui soutiendra toujours la lutte anti-piratage. Une puissance de tir illimité.
Si la culture est le piller le plus visible de cet édifice, et donc le plus attaqué , le droit d'auteur d'une oeuvre de divertissement est exactement de même nature que celui d'un brevet industriel ou du dépôt d'une marque.
Le piratage sur le net n'est donc en ce sens qu'une réminiscence mélancolique et néo-romantique de l'anarchie, et il n'est pas étonnant que toute une nouvelle génération puisse s'y attacher. C'est pourquoi toute la symbolique et la mise en scène des Anonymous puise largement dans ce vivier folklorique qui ne date pas d'hier.
Pourtant, il faudra bien que jeunesse se passe, et de se dire un jour que c'est seulement le piratage qui est le "no futur".
Une transition douloureuse mais nécessaire vers l'age adulte et la compréhension du monde et de ses mécanismes ancestraux, dont la fermeture de Megaupload et l'arrestation de ses trafiquants de jus de neurones peut-être pour certains un acte initiatique.
Pour les autres, qu'ils se rassurent, bien d'autre évènements identiques suivrons,qui leur permettront de grandir, puis de trouver un bon job, pour pouvoir acheter tout ce qui leur plaira vraiment et ce sans devoir faire appel à de la contre-façon. Il comprendrons enfin y a beaucoup plus de plaisir a profiter d' une seule oeuvre que l'on a acheté et choisie en y portant toute son attention, que des centaines d'autres qui s'entassent par sélection aléatoire et auquel on n'attache pas vraiment d'intérêt.
àa me fait tristement marrer. Il y a trois ans déjà ,je disais ici que les états seraient un jour prêt à tout pour verrouiller internet, et on me riait au nez. Ce jour est arrivé, et ça ne fait que commencer. Dans dix ans,l'affaire sera réglée, le web ne sera plus qu'un grand supermarché aux rayons bien rangés et avec de belles étiquettes pour les prix. Pour y déposer ou y prendre quelque chose,il faudra montrer pâte blanche , être bien en règle et bien poli. Il y a trop , beaucoup beaucoup trop de fric en jeu. Toute l'histoire humaine plaide en faveur de ma vision, pourquoi voulez vous que le web fasse exception? Alors ne soyez pas naïf, profitez encore de ce qui sera bientôt le bon vieux temps, et que vous raconterez à vos enfants ébahis qui eux devrons s'identifier biometriquement pour accéder au réseau.
J avais pas remarqué qu'ici il n'y a plus qu'une petite poignée d'irréductibles, toujours les même, et qui parlent dans le vide.
Ou est le bon temps ou Numerama accueillait des centaines de posteurs?
La bataille est perdue,et vous ergotez encore a n'en plus finir comme au bon vieux temps pour 10 pauvres convocations sur 400000 avertissements, dont 1 seule contestation.
Allez, je vous laisse définitivement entre vous, il n'y a plus rien à débattre, l'Hadopi est sur les rails, et la preuve par les chiffres est une claque tellement cinglante, que vous semblez totalement groggy, incapable de réaliser l'inutilité de vos ergotages pour un seul pauvre malheureux contestataire sur quatre cent mille recadrés.
Pathétique.
Passer de 400000 à 10, nul ne l'aurait prédit sur ce site il y a à peine un an. Je me souviens de centaines de post disant qu'il n arriveraient jamais à traiter l'énorme masse des "délinquants" de troisième phase, que ça coûterait une fortune à l'état,que ça saturerait le système judiciaire, etc, etc...
Donc, ça marche, ou quoi?
Pourquoi on passe de 400 000 à seulement 10?
Dans ces conditions, pourquoi certains veulent-ils encore remettre en cause le droit d'auteur? Pour faire plaisir à Google? Il n'y plus a aucune raisons aujourd'hui.
Et ce monsieur, le 1/400000 eme, il doit se prendre pour un gagnant du loto , parce qu'il n' y a que lui finalement qui a eu ce problème, alors que Numerama en prévoyait aussi des dizaines de milliers dans son genre. ( coup de bol, il y en a un! de quoi faire un article, ça c'est vraiment du pot, non?)
Mais un problème sur 400000, c'est exactement comme s'il n'y en avait aucun, et ça prouve seulement que finalement, Hadopi ça marche super bien.

PS Je ne suis ni pour ni contre, j'observe et je constate.
J'ai vu les pubs cinéma Hadopi, un beau budget et une réalisation de qualité pour un message simple et clair.
Pourquoi la notion de protection de la création fait-elle son chemin, même sur les forums numerama?( je trouve les messages beaucoup moins virulents qu'ils y a 3 ans)
Parce que finalement, on le sait, on est tous élevé dans ce moule: Tout a un prix!
C'est aussi simple que cela, et l'Hadopi ne fait que remettre en perspective les règles de base de notre société de consommation.
Le fait de payer une connexion n'inclut pas l'accès à des contenus culturels illimités ou de divertissements à volonté, chacun le sait, voila pourquoi l'Hadopi fonctionne assez bien.

Je ne pense plus aujourd'hui que le probable futur gouvernement socialiste supprimera l'Hadopi, car l'aspect pédagogique et celui du soutien à la culture en sont les points les plus visibles. Par ailleurs, l'aspect répressif ne semble pas être ressenti comme tel par la très grande majorité des Français, puisqu' après un simple mail, ils changent leurs habitudes. Les socialistes ne pourront pas démanteler un système qui aura fait ses preuves dans la protection de la production culturelle, ce serait pour eux un comble. En 81, ils n'ont pas fermé les multiples centres culturels mis en place par Malraux, bien au contraire. Il y a heureusement, un consensus politique en matière de culture qui dépasse le clivage gauche droite, une idée de la France qui nous rassemble tous.

Au fond, l' Hadopi n'est qu'une prise de conscience d'un temps révolu, facilité par notre conditionnement quotidien à respecter les lois sociales de la consommation dans le respect des notions fondamentales de la propriété, dont la part immatérielle est de plus en plus importante dans nos sociétés modernes.
Quand je lis que le but des ayants droits, c'est le fric facile, ça me désole, mais surtout, ça m'indispose, ça me ferait même penser un bref instant que l' Hadopi, c'est pas si mal au fond, vu le mépris qu'ont certains internautes pour les créateurs, et que finalement, cette répression est d'abord née de leur avidité imbécile et de leur inculture.

La production,la création, ce sont des métiers fragiles et risqués.
C'est autre chose que de pomper 10 Go par jour assis sur une chaise de glandeur, la création, la production, c'est un vrai combat, et c'est surtout la vraie vie.

Produire 50mo de musique, c'est un mois de travail passionnant et intense!

Se gaver de 300 Go par mois, c'est de la boulimie malsaine, c'est une vie qui n'a aucun sens et c'est d'une tristesse à pleurer. Esclave de son ordi? pitoyable!
j'ai eu un message "erreur serveur" après avoir posté.
Je vois le résultat! Drôle et ironique.
Un cadre juridique mieux défini, c'est n'est qu'une garantie de plus. Personnellement, je ne vois pas ou est le problème.

En lisant vos post, je constate si souvent que certains considèrent le sujet du piratage comme "leur lutte"?

Vos grands mots , vos emphases, vos diatribes, vos éloquences verbeuses et ampoulées , mais surtout votre insistance à vous croire indispensables, piliers incontournables de cette "lutte" , tout ça me fait "goleri", vous captez?

Car je me demande bien ce que vous pouvez faire concrètement. Vous connaissez sans doute la fable de la grenouille et du boeuf? Alors vous êtes en plein marais.

Vous n'êtes en réalité que les spectateurs impuissants d'une lutte qui vous dépasse totalement. Car oui, il y a bien une lutte, mais elle n'est pas la votre.

Alors messieurs, un peu de modestie dans vos propos de sauveurs du monde.

D'un coté, il y a les créateurs et leurs représentants éditeurs et producteurs.
Au centre, il y a la justice et les politiques.
Apres-ça, il y a les fabricants d'équipements informatique et les tuyaux, les FAI.
Ensuite, de l'autre coté, presque en dessous pourrait-on dire, il y la masse, les gens, le monde entier, des milliards d'individus. Votre place.

Et ce n'est pas le fait de poster sur un média numérique qui changera votre maigre statut.

Heureusement pour vous, puisque tout ici est anonyme, le ridicule ne tue plus.

Croyez bien qu'il n'y a aucun mépris dans mes propos, juste de la lucidité.
Un cadre juridique mieux défini, c'est n'est qu'une garantie de plus. Personnellement, je ne vois pas ou est le problème.

En lisant vos post, je constate si souvent que certains considèrent le sujet du piratage comme "leur lutte"?

Vos grands mots , vos emphases, vos diatribes, vos éloquences verbeuses et ampoulées , mais surtout votre insistance à vous croire indispensables, piliers incontournables de cette "lutte" , tout ça me fait "goleri", vous captez?

Car je me demande bien ce que vous pouvez faire concrètement. Vous connaissez sans doute la fable de la grenouille et du boeuf? Alors vous êtes en plein marais.

Vous n'êtes en réalité que les spectateurs impuissants d'une lutte qui vous dépasse totalement. Car oui, il y a bien une lutte, mais elle n'est pas la votre.

Alors messieurs, un peu de modestie dans vos propos de sauveurs du monde.

D'un coté, il y a les créateurs et leurs représentants éditeurs et producteurs.
Au centre, il y a la justice et les politiques.
Apres-ça, il y a les fabricants d'équipements informatique et les tuyaux, les FAI.
Ensuite, de l'autre coté, presque en dessous pourrait-on dire, il y la masse, les gens, le monde entier, des milliards d'individus. Votre place.

Et ce n'est pas le fait de poster sur un média numérique qui changera votre maigre statut.

Heureusement pour vous, puisque tout ici est anonyme, le ridicule ne tue plus.

Croyez bien qu'il n'y a aucun mépris dans mes propos, juste de la lucidité.
Numerama sur les réseaux sociaux