/dev/tty

Inscrit depuis le le 10/07/2008 à 00:22
3297 messages publiés
Envoyer un message privé
Tout ce qui n'est pas du protocole 80 vers les proxy de son FAI sera interdit © JMP
Derniers sujets de /dev/tty :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 30 septembre 2014
8
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 19 septembre 2014
2
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 04 juillet 2014
1
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 14 mai 2014
2
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 25 mars 2014
21
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 04 décembre 2013
4
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 03 août 2013
3
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 29 juillet 2013
6
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 04 juin 2013
9
Par /dev/tty - 3297 messages - Ouvert le 23 janvier 2013
4
Derniers messages de /dev/tty :
C'est dingue la période réactionnaire qu'on traverse. On dirait qu'on a rétabli l'ancien régime.
Tu veux que je te raconte comment l'existant a été protégé dans l'imprimerie? Avant, on tapait le manuscrit, on envoyait les liasses à la correction, qui les renvoyait annotées, et qu'on saisissait une seconde fois à l'imprimerie. Lorsqu'on a introduit l'informatique, on a proposé (évidemment) la transmission par disquette. Les clavistes de l'imprimerie ont dit "mais alors on sert à rien?" Les syndicats ont dit "c'est pas possible". Alors on a remballé nos disquette et on a installé une imprimante à l'atelier de correction. Les listings étaient transporté de la correction à l'imprimerie (20 mètres environ) pour être re-saisis. Sur 20 clavistes, 1 est devenu l'informaticien du système, 19 sont partis à la retraite et on a pu supprimer l'imprimante. Qui peut résister à la logique économique?
Ce truc vient m'importuner dans une galerie marchande, c'est ma main dans la tronche illico. J'espère qu'il restera à la place qui est la sienne, celle des distributeurs automatiques.
On craignait qu'on nous puce comme du bétail. On nous a attaché un collier-mouchard avec notre consentement. Mon dieu!
les applications pourront proposer des défis ou des conseils

C'est ça que j'appelle prescripteur. Des machines qui te donnent des conseils.
Une frontière dangereuse est franchie lorsque l'objet, d'outil, devient prescripteur. La relation de pouvoir est inversée. Qu'il n'y ait pas besoin de le contrôler est au contaire très inquiétant.
Donc on a une application qui permet de se parler gratuitement via internet, et on va en faire une application pour s'appeler sur le réseau téléphonique payant. C'est novateur comme concept. J'attends le logiciel de mail qui envoie des messages par la poste.
Je suis curieux de savoir comment on a obtenu l'image en médaillon à partir de la première, ce que suggère cette flèche.
« Tentative d'extorsion d'éléments relatifs à la sécurité d'un système d'information en se prévalant d'une autorité administrative ». Incident classé niveau 2 par notre Centre de Sécurité. Un Officier vous contactera.
« Je sais pas de quoi vous me parlez, la configuration de mon réseau est confidentielle pour des raisons que vous devinez facilement, pouvez-vous formuler une demande explicite? »
On ne destituera pas Hollande puisqu'on n'a pas destitué Sarkozy alors qu'il a trahi la volonté populaire (référendum 2005) ce qui, en d'autres temps, aurait valu la guillotine. Les principes révolutionnaires (« le peuple souverain »), dont se gargarisent gauchistes en carton et antifas, ont été remplacés par une parodie électorale stérile avec l'assentiment de ces derniers qui se révèlent les pires anti-démocrates (le peuple est bête, le référendum ça pue, nous sommes une élite éclairée, nous ferons son bien malgrè sa volonté parce que NOUS savons où est le BIEN). C'est pas mieux que la monarchie.
Un produit Microsoft n'a aucune chance d'être ouvert (une application tierce ne pourra pas communiquer avec).
MdMax, le 26/10/2014 - 22:33
Même avec ces spots et ces chiffres, je doute que ça puisse changer le comportement irresponsable de beaucoup "d'automobilistes".

Surtout que les gens ne regardent plus la tévé.
Il faudrait que cette chose ait les moyens d'imposer sa volonté. Ce n'est pas inimaginable si nous lui laissons, bêtement, le contrôle du réseau électrique ou autre infra-structure vitale, sans parler de meurtrière. Serons-nous assez fous pour lui conférer à la fois l'intelligence et la puissance? Ou au contraire limiter sa puissance inversement à son intelligence. Nous jouons en permanence avec le feu, avec les virus ou l'atome. Notre survie dépend de notre capacité à maintenir le diable dans la boîte. Quelquefois, c'est vrai, il s'échappe. Ce qui nous conduit à reserrer notre sécurité. Je ne vois pas le problème très différent. Qu'y a-t-il de particulier à être en face d'une intelligence plus grande que la nôtre? C'est certes fascinant, mais nous manipulons déjà des forces plus grandes que les nôtres.
Si nous n'agissons pas avec sagesse et recul par rapport à ce que nous créons (et c'est souvent le cas), nous risquons bel et bien de nous retrouver avec un "objet manufacturé" qui se considèrera légitimement comme un être à part entière.

Ca ne me pose personnellement aucune question philosophique. Je possède un objet qui se considère comme un être. So what? C'est plutôt amusant. Mais c'est moi qui l'ai construit/acheté/commissioné, donc j'en dispose. Son « intelligence » ne lui donne pas le droit d'échapper à ma volonté, même si elle est supérieure à la mienne.

Nous parlons d'une machine qui a été créée pour servir. J'espère que personne ne va créer une machine pour lui donner un statut d'humain et la lâcher dans la nature. Il en resterait de toutes façons comptable, au même titre que qu''un animal ou une voiture qu'on laisse à la rue. Le cadre règlementaire n'est pas vide. Il faudrait une sorte d' « émancipation » de la chose, mais va expliquer à ton assureur que ta voiture s'est émancipée et a écrasé un passant en dévalant la rue.

Je pense qu'il y a un peu trop de romantisme autour de la question.
Oui, on peut toujours l'éteindre en la privant d'énergie. A condition qu'on ne lui ait pas conféré des droits ce qui, à mon avis, serait une grave erreur de jugement. Nous parlons bien d'une machine, électronique ou biologique ou mélange des deux, sans morceau d'humain à l'intérieur, manufacturée (ça fait une grosse différence) par un propriétaire, client, ou concepteur (ça fait une deuxième grosse différence), et même si elle ressemble à s'y méprendre à un humain. Nous ne parlons pas de ma grand-mère avec une prothèse bionique, ni de Robocop.

La question se posera quand on manufacturera des humains pour le compte d'un commanditaire. Là en effet, nous aurons un changement majeur de paradigme.
Serait-elle "l'esclave de l'Humanité" (ou simplement un serviteur docile), dûment contrôlée par ses créateurs ?

Oui parce qu'elle serait un produit, et si le produit n'est pas content on le zigouille (reflashe, recycle, incinère...).

Il y aura cependant des gens qui ne les verront pas comme des produits. Nous aurons un problème avec la Ligue contre le Racisme Anti-Robotique, peut-être une Charte des Droits des Machines et un délit de robotphobie. Les techniques sont rodées. On bannira l'esclavage et on affranchira les ordinateurs. Et on sera une nouvelle fois dans la merde.

Bien sûr, il faut distinguer l'homme augmenté et l'homme purement synthétique. Tu veux peut-être nous faire réfléchir sur cette frontière?
Le QR code arrive sur l'écran de ton portable, et tu le scannes avec la caméra de ton portable?
Numerama sur les réseaux sociaux