obcd

Inscrit depuis le le 17/03/2008 à 14:15
3087 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers sujets de obcd :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 16 avril 2013
5
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 10 octobre 2011
9
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 29 août 2011
2
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 21 mars 2011
1
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 01 février 2011
6
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 09 novembre 2010
2
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 02 septembre 2010
12
Par obcd - 3087 messages - Ouvert le 25 mai 2010
8
Derniers messages de obcd :
l va donc falloir acheter des disques durs

Oula malheureux !!!!! Tu veux te faire écouter par les USA toi !?
http://thehackernews...re-hacking.html
Complètement d'accord avec vous.

Ceci dit j'pense qu'ils vont quand même garder un petit bout de fréquences (en plus la 2G n'utilise pas trop de largeur de bande) pour la 2G, petit bout qui du coup risque de saturer en cas d'affluence de nokia 3310 sur le réseau... :-)

Il y a autre chose aussi :
Perso j'utilise souvent la combinaison 2G + wifi (ponctuellement) sur mon smartphone, simplement pour une question de batterie: La 2G bouffe quand même largement moins.
Surtout dans les zones, comme chez moi, où la réception n'est pas terrible. 

Si ils réduisent les freq. 2G, ça risque de diminuer la couverture 2G & dégrader la qualité en voix pure, avec obligation de repasser en 3G/4G et donc de bouffer plus de batterie (et plus de forfait data...)
Pendant très très longtemps la couverture a été prise à partir du centre du village, souvent au pied de la mairie.

Conséquence: les opérateurs n'étaient intéressée que par cette valeur, quelque soit la topologie réelle du village (ex les groupements d'habitats en-dehors de cette zone de couverture mais quand même sur la commune - derrière une colline entre autre).  C'est le problème classique des "indicateurs" : On a tendance non plus à travailler pour répondre aux besoins, mais pour "refaire passer" les indicateurs au vert, quelque soit les conséquences par ailleurs.

Là il me semble pas que l'ARCEP ait envoyé des gens faire des mesures dans les 36594 communes de France - à mon avis ils ont utilisés de simple modèles mathématiques (ils le disent d'ailleurs dans le doc Excel : "Sur la base de ces cartes, l'ARCEP a calculé les taux de couverture présentés dans le tableau présent dans l'onglet suivant") - et ça m'étonnerais pas que la topologie du terrain ne soit pas prise en compte, mais simplement la position des émetteurs vis à vis des habitations.

Du coup ma commune est censée être couverte à 100% par 3 opérateurs (Pas Free évidemment - je suis à la campagne) , alors qu'en réalité , la 2G passe, et la 3G , on capte le signal mais pratiquement impossible de s'en servir.
(Je ne leur en veux pas hein - c'est juste que , oui, dans mon coin la topologie est compliquée et vouloir couvrir 100% de la zone en 3G/4G se heurterais à des problèmes incessants)
mosquito33, le 13/07/2015 - 21:38

Il y a eu des expérimentations, pas très loin de chez moi, avec d'autres acteurs. Je ne suis plus dans "ce circuit-là" depuis un bon moment, aussi, je ne sais pas où ça en est.
Mon souvenir, c'est que c'était techniquement "trapu", tarifs durs à défendre par rapport à du "30 €uros tout compris" que la clientèle attendait... et rentabiité pas simple pour le prestataire.
Après, reste effectivement le satellite, avec ses inconvénients.

Le problème *majeur* , comme partout, c'est qu'en dehors des très grosses villes, il n'y a pas d'offre de collecte.
Il y a des offres régulées chez Orange , avec des prix assez cher mais surtout avec des perfs complètement anachronique par rapport aux besoins d'aujourd'hui , Style 1000€/mois pour une 100Mbps, 1500 pour une 200Mbps, et surtout , rien au dessus : Pas d'offre "dark" , pas d'offre giga ou 10g dans de nombreuses départements. C'est même pas tant une question de prix que d'offre. Ensuite ya SFR /SNCF qui a des offres "relativement" intéressantes mais malheureusement pas sur toute les lignes , et 2/3 autres presta - là encore assez peu capillaires, ou qui ne se positionne que sur les marchés public.
Il existe aussi énormément de fibres dans les campagnes que les proprio ne souhaitent tout simplement pas commercialiser - soit parce que c'est pas leur métier, ou par "anti-jeu".
Or là, on parles de zones géographiques de 10-50 personnes , qui attendent toute de pouvoir, le soir regarder la TV & télécharger à 10Mbps , donc on va dire minimum 18-20Mbps, y compris en heure de pointe : En très gros, il faut amener du giga sur chacune de ces zones, et pour hier.
Techniquement rien d'impossible (les machin giga c'est la norme aujourd'hui) , sauf qu'une CELAN 200 pour 15 mecs, bah ça n'est pas économiquement rentable (alors que techniquement complètement faisable). Et dans bien des zones c'est la seule offre dispo.
C'est sur que c'est pas Alsatis qui va aller tirer 20.000km de fibre entre les autoroutes & les clochers pour adducter les antennes.
Donc ya pas 50 solutions, si l'état veux effectivement résoudre ce problème, il faut qu'il fasse une régulation symétrique et _impose_ à tout acteur, privé ou public, qui dispose d'un tronc de fibre dans des zones blanches à en mettre à disposition à tarif régulé, avec (grosse) amende a la clé, éventuellement uniquement à destination des marché des particuliers (pour éviter de cannibaliser le marché entreprise, à la rigueur)
Sur les troncs de fibres on pose jamais moins de 12 fibres, or là on parle d'en monopoliser 2, voire une seule si vraiment c'est limite, et dans l'objectif de faire des départs radio. 
Déjà , toutes les adductions de NRA-MED (6FO minimum, bien souvent 12 ou 24) , le transport de gaz ou d'elec, pas mal de fibres posées par/pour les collectivité locales à grand frais sans même que ladite collectivité n'en ai conscience (car on leur vends une prestation, pas une fibre), ...
Mais ça ne sera jamais fait : Les zones blanches sont des "viviers" pour Orange , dès que ces derniers installent des NRA-MED aux frais de la collectivité, 98% des gens vont chez Orange, donc 0 intérêt de la part de l'état (détenteur de 25% du capital d'Orange) d'imposer une règlementation qui irais contre ses intérêts financiers...
Ce qui est économiquement absurde, car tu n'as plus de consommateur pour les services et produit fait par les robots. L'argent est comme l'eau, il faut un cycle pour produire des richesses, l'amasser ne produit rien.

Sauf que le but de produire des services & des produits c'est que les gens (même pauvre) les achètent. Donc il leur faut de l'argent. Si tu leur donne pas de boulot, faut leur donner du pognon (cf. coluche... :-) ) pour qu'ils puissent acheter.

Pognon qui est pris sur les bénéfices des vendeurs de produits (ou sur les salaires des quelques travailleurs mais ça revient au même in fine). 
Au final, tu finances toi-même les gens qui achèterons tes produits / services dans l'objectif de continuer à produire ....



C'est à mon sens un problème d'objectif de la société : Est-ce que le but de la société c'est de permettre à quelque un d'amasser le max de ressource (auquel cas, oui , laisser crever les pauvres peux marcher) ou bien est-ce que d'assurer une vie décente à un maximum de monde (Auquel cas, la solution ci-dessus est convenable).
Mon opinion sur le RU & ses mécanismes n'est pas encore faite.

Mais une chose est sure : Quand tu dit "une cotisation de 200G€", c'est, typiquement pour donner un montant unique & immuable à chaque personne, et donc tu fais la multiplication.

Pour moi , c'est l'inverse : Le RU c'est "juste" les "intérêts sur la création monétaire".

Quelle est le problème de "créer" 200G€ , plutôt que 2 ou 20 ? Vu qu'il y a déjà plus de relation entre le monde réel et la finance ... ? c'est un problème de perception, et de stabilité des prix (t'aimerais pas que ta baguette passe de 1 à 10 euros puis de nouveau à 1 , simplement car le "marché" change. Mais au final, si ton salaire (et/ou ton RU ) suivait le mouvement, qu'y perdrait-tu ?

Bref, pour moi, on est encore très très en amont de la mise en place effective de ce genre de système, on est pas assez mature, trop englué dans la dichotomie entre d'un coté la valeur monétaire que tout un chacun se fait (1€ c'est une baguette de pain par ex) et la création monétaire qui ne suis plus du tout une quelconque logique économique réelle - mais qui permet tout autant d'acheter du pain (ou des maison) que les euros gagnés en travaillant. De ce fait, on creuse simplement très fortement les inégalités. 

Si tout le monde s'en fout, bah.... ca continuera , c'est tout.
La réduction du temps de travail est systématiquement vue comme , par exemple, passer de 35 à 32 heures (cf taubirat récement).

Mais ça peux aussi passer par des périodes de vie, cad des des moments où tu bosses 32, 35, voire 40 heures ou plus par semaines, suivie de période plus calme (voire de "chomage" assumé) non subie, tel que l'arrivée d'un enfant, l'envie de réaliser des travaux , ou un projet perso, ou encore du bénévolat dans une assos.

Le "revenu de vie" n'est pas une sorte de RSA, à mon sens, ni un "minimum pour vivre" : En effet, à mon avis ça ne marchera jamais: Imaginons que tout le monde touche , mettons, minimum 100€/mois, bah ça fausse les prix : Par exemple TOUS les loyers seront systématiquements 100€ plus cher que nécessaire, vu qu'il y a plus de demande que d'offre & que les proprios savent que les gens ont _au moins_ 100€...

Pour moi , c'est simplement une re-répartition équitable de l'augmentation de la masse monétaire, au lieu que ce soit les banques (tant privées que centrales) qui aient le monopole du choix de l'utilisation de ces ressources.
Donc le montant versé n'est pas fixe, mais simplement lié , mensuellement, à cette augmentation, qui elle-même est liée à la productivité du pays.

Dit autrement, décider de ne vivre qu'avec ça reste un risque , exactement comme décider de ne vivre que du RSA c'est prendre le risque qu'un changement de législation/réglementation/responsable administratif ne coupe tous les revenus .
Ca implique qu'il faut arrêter aussi avec la peur que tout le monde se vautre dans l'oisiveté et que plus personne ne bosse. Pour autant, il faudrait aussi dé-sacraliser l'emploi (surtout salarié) , et ne pas hésiter à soutenir ceux qui veulent concrétiser une idée ou une compétence : Contrairement à Houllebec, ça me gênerais pas d'avoir une France pleine d'auto-entrepreneurs & de chambres d'hôtes, si tant est que ce n'est pas quelque chose de contraint.
Pas du tout.


Avant le "monde de science fiction simiesque", il y avait des flics sur les routes , qui arrêtaient *le conducteur* sur le moment (et non le véhicule). Ca coutait plus cher; ça choppais moins de personne, surtout que bien des flics préféraient laisser filer du 5Km/h de trop pour se laisser la possibilité d'arrêter les grands excès de vitesse. 

Maintenant, et comme le dit centaurien après un changement de loi adequat sur la responsabilité du possesseur du véhicule, le but c'est le pognon.
On peux pas faire d'enquête avec des radars & c'est pas le but, puisque le but c'est 1) de faire payer les conducteurs (impôt caché & culpabilisant) et 2) donner du taf aux industriels amis via des PPP, ce qui génère du PIB et est un simple moyen de transfert d'argent public vers le domaine privé (une dépense qui se justifie de manière irréfutable auprès des instances des contrôle EU en particulier)

Faut pas se leurrer, même des hauts-fonctionnaire l'ont dit, sans parler des policiers, directements concernés. Après, on peux se leurrer derrière les prétextes larmoyants si l'on veux.
C'est surtout une guerre psychologique - Les ricains ont dû se dire qu'enfermé entre 4 murs, que ce soit dans une ambassade ou dans une cellule c'était bien pareil, surtout si l'objectif est de faire un exemple plus que de viser le bonhomme lui-même, qui est utile désormais plus par la symbolique que par ses actions.
Il y a une différence énorme:

Dans le cas de la fausse alerte, il y a une enquête. Si , à ce moment-là, la police peux prouver que t'était à 100Km de là , quoique tu dises tu sera pas reconnu coupable de l'appel (de complicité à la rigueur si tu balances pas le coupable & qu'ils savent que tu le savais). 

C'est pas le cas pour les radars routiers : Il n'y a pas d'enquêtes - dès que qui que ce soit paie, tout s'arrête.
Un non voyant peut se faire verbalisé si il est titulaire d'une carte grise alors que il est matériellement INCAPABLE DE CONDUIRE et donc INCAPABLE de faire une infraction d'exet de vitesse!

Rassure toi le législateur a prévu le coup : N'importe quel titulaire peux dénoncer n'importe qui - suffi de remplir la case derrière avec le n° de permis de la cible.

L'état ne s'interesse pas du tout à l'infraction - seul compte le pognon: Tant que quelqu'un perds les points & l'amende, il n'y a aucune vérification de la réalité de la personne qui conduit, sauf en cas de contestation . Forcément - vu l'automatisation de la chose, une vérification couterais très cher & serait chronophage , voire mettrait en péril la profitabilité du projet & donc celle des sociétés sous-traitantes auxquelles Sarko & sa clique a garanti les profits. On sais pas encore reconnaitre un conducteur sur une photo automatiquement, contrainrement à une plaque. 
Et une fois démonté, tu t'apercevras qu'il dispose d'un récepteur GPS et que ta position est déjà transmise en temps réel aux services d'ordre

A prévoir: Cage de faraday à la bonne taille :-)
C'est typiquement le genre de dérogation qui me persuade que cette mesure est prise à but économique & non sécuritaire (qui sert ici de prétexte). Et oui: Les gens mettent leur ceinture, et ont appris à utiliser leur téléphone & le kit bluetooth de leur voiture (ok, pas tous...)  => Il fallait bien relancer la verbalisation pour quelque chose. 

Est-ce qu'ils vont également interdire les GPS & autres autoradios évolués qu'on trouve désormais sur les nvx véhicules... ? :-)
bailey-, le 30/06/2015 - 17:57

C'est pour cela qu'il faut que cela se fasse sur une liste basée sur le volontariat.


C'est pour cela que je pense que l'utilisation du  CESE , avec des volontaires proposés par les syndicats, par les ONG, par les organisations diverses et variées est une bonne idée.

Le CESE, c'est à la fois la Ligue de protection des oiseaux et à la fois la Fédération des chasseurs.

Pour moi le risque de ce système, c'est que comme ce sont des gens spécialisés dans un domane, on voit se mettre en place des systèmes de transactions entre volontaires : "je supporte ta proposition de classer les pigeons à queue molle comme espèce protégée si tu votes ma proposition de légalisation d'espionnage à grande échelle".
Comme l'un comme l'autre comprennent rien aux problèmes de l'autre , ça va devenir une chambre d'enregistrement (comme maintenant, quoi).
mosquito33, le 24/06/2015 - 10:51

Oui. Il y en a tant qu'on en oublie...
D'ailleurs en parlant de carburant, depuis un an que le prix du pétrole a très sérieusement chuté, on ne peut pas dire qu'on retrouve le phénomène (de manière significative) à la pompe.

C'est connu ce phénomène, ça s'apelle le cliquet.
La seule manière de faire baisser un prix , quel qu'il soit , c'est la crise. Sinon toute baisse n'est pas répercutée, vaux mieux refaire des marges .
Note que c'est "juste" une question de répartition : Si ces marges retrouvées se répercutent en primes & salaraires, au final t'a juste changé la destination du gain de pouvoir d'achat: 
La logique est de dire : Le pompiste, qui gagne plus d'argent (car plus de marge) , imaginont il va aller dépenser le surplus à la galerie marchande (ou changer de bagnole) , ce qui va faire tourner l'industrie.
Si il avait baissé le prix à la pompe, ca aurait plus "saupaudré" en faisant gagner quelques euros à chaque client, qui auraient chacun dépensé un peu plus au supermarché.
C'est d'abord un acte politique; à qui tu veux faire plaisir.
ce sent plutôt l'espionnage économique a grande échelle..


Pour moi c'est aussi ça: Quand un "président" qui veux "aller chercher la croissance avec les dents" va dans un pays pour aller y vendre des rafales (ou des centrales, ou je ne sais quoi), ben alliés ou pas, si t'a le prix & les conditions proposés en avance de phase c'est plus simple pour boeing ou GE de faire une contre-proposition "raisonnable".

J'veux bien croire qu'en politique étrangère , la France & les USA doivent pas se cacher grand chose, ou, au moins , rien de crucial. Par contre, en économie, le bloc EU étant ouvertement un conccurent des USA sur de nombreux marché, ça m'étonnerais pas _du tout_ que ces écoutes soient plutôt économiques.

Et là c'est bcp plus gênant , à mon sens. On a eu des tas de cas où , après des soit-disant ventes de rafales, le dirigeant a tourné casaque (ex: brésil). Et ou des techno françaises se sont vu brevetées aux USA pour éviter qu'un frenchie vienne rafler la valeur économique d'un procédé.

Non que je suis un fan des Rafales ou des EPR , hein - loin de là. Mais bon je suis pas plus fan des turbines à gaz de GE ou des F16 que les USA refourgent à tour de bras. 

C'est en ce sens que ça me parait quand meme gros, comme affaire. Que les députés soient sur écoute, de toute façon, suffit de se connecter sur le flux public de AN , ca ira pas tellement plus loin.
marinebis, le 21/06/2015 - 22:20

bah non... c'est culturellement tous.
ça commence à l'ouvrier qui fait du carrelage au black pour son voisin...
en France ça arrive... en Grèce c'est la normalité.

On est tellement habitué chez nous à la "normalité" de la TVA, des impots divers et variés...
Faut jamais oublier que c'est un choix de société qu'on a fait (d'ailleurs d'autre ont été encore plus loin dans cette voie, le danemark par exemple, avec des prélèvements très importants en contrepartie de protection sociale très accrue aussi). Pour moi il y a une autre solution pour les grecs que de se mettre à payer des impots si ils veulent pas : c'est de payer , de leur poche, tous les services, à l'américaine. Hopital ? CB à l'entrée. Scolariser ton gamin ? Payant. Utilisation des routes ? Payante, avec abonnement annuel ou autre (cf. autoroute suisse). Retraite ? Capitalisation, ou tu crève. Plus aucune institution publique, tout payant.
Le chancre de l'inégalité et , d'un certain point de vue une régression sociétale, mais après tout, si ils veulent _vraiment_ pas payer d'impots, qui sommes-nous, nous EU, pour leur imposer nos vues ? Surtout quand on voit le gaspillage que nous on en fait, de nos impots. 
C'est plus ce coté "On est l'EU, on est le FMI, VOUS vivrez comme NOUS on a décidé" qui me dérange.
(Et non, toute dette ne _doit_ pas être remboursée : Le créancier n'a pas droit de vie et de mort sur l'emprunteur: Il assume un risque, financé par les intérêts , et _donc_ un défaut reste possible. Sinon, pourquoi l'emprunteur paierais des intérêts, plus encore dans un système où la monnaie est fiduciare ? )
Sinon, dans l'absolue, je trouve assez indécent que ce soit l'allemagne qui soit en tête de peleton de la charge contre la grèce alors qu'il y a moins de 10 ans , ils étaient les soit-disant "champion des exportations" grâce, entre autre, de la grèce et de sa fausse-monnaie (puisque imprimée/enpruntée) , sur laquelle ils ne crachaient pas, à l'époque....
J'dis pas qu'ils ont complètement tord, mais sur ce coup-là, l'allemagne gagnerais à faire profil bas.
Et s'il y a des connexions haut débit à mettre en place, c'est essentiellement pour que les entreprises situées dans des coins paumés puissent avoir accès à Internet, outil essentiel de leur développement, de leurs contacts avec les clients et de leurs contacts avec leurs fournisseurs.

Les entreprises s'installent aussi là où elles peuvent trouver du personnel. Or désormais l'accès internet chez l'habitant devenant essentiel, certaines régions se désertifient (en particuliers comme en entreprise, les 2 étant indissociable).

Alternative : Le télétravail , qui se développe (lentement, mais quand même). Qui nécessite aussi une connection de qualité.

Après l'alternative c'est d'avoir comme aux USA de grandes agglo séparées par d'immenses friches exploitées par des tracteurs robots pilotés par GPS via des faiseaux radio ou satellite.
C'est un choix , mais alors il faudra bien bien l'expliquer à la population dans 70 ans.


Comment un cablo-opérateur peut il investir plusieurs milliers d'euros dans la pose de la fibre pour une ferme isolée alors qu'il n'est même sûr que l'habitant s'abonne ?

Est-ce que ton raisonnement tient pour l'eau & l'elec ? (L'eau c'est autrement plus chiant à amener, parcequ'en plus faut creuser assez profond pour que ça gèle pas en hiver, et plus c'est en montagne plus ça coute cher)

Pour moi, le problème c'est qu'on a juste pas le bon modèle d'investissement : C'est peut-être ni à l'état ni aux opérateurs privés nationaux de réaliser cette pose, mais bien aux habitants eux-même de s'organiser : https://en.wikipedia...d_4_Rural_North

Le problème de cette solution, en France, c'est qu'elle n'a *absolument* pas été envisagée une seule seconde par le plan France THD  - même pas via une hypothétique possibilité juridique/financière  : Aujourdhui, en France , TOUT projet THD, qu'il soit municipal ou national, _doit_ passer par la hierarchie des élus : Mairie=>Agglo=>Com.Communes=> Département  , et parfois région. Du coup, avec des règles budgétaires contraintes, impossible de lever le moindre projet local TOUT en assurant une cohérence (technique, juridique, administrative) avec le reste des déploiements territoriaux : 

Un tel projet, si il est monté en france , finira dans l'état actuel de la réglementation & des règles de déploiement "en parrallèle" du projet départemental / régional / privé (orange)  , même dans 30 ans. 

C'est à mon sens l'une des plus belle démonstration des méfais du jacobinisme de notre pays.


PS: Les chiffres que tu donnes sont calculés "à la louche" par la DATAR (ou plutôt les cabinets de conseils qu'elle a missionné pour ce projet) : Ils ont pris le cout du déploiement en ville au km & divisé par le nb d'habitants. Or en ville , le km est très cher : problèmes de circulation, multiplicité des réseaux existants (=>renchérissements des assurances en cas de casse) , ...
En territoire rural, il existe d'autres soucis (de maintenance notamment à long terme) , mais la pose initiale est largement moins chère. Et encore moins lorsque les collectivités locales sont intelligentes & mutualisent les travaux, notamment de voirie : En rural, les routes sont refaites tout les 5 /6 ans , à cause des effets du gel & des machines agricoles. Poser des fourreaux à cette occasion plutôt que de trancher exprès pour (cas pour tes chiffres) économise évidamment des frais, plus encore lorsque tu utilises des techno innovantes (pose de conduites sous l'enrobé plutôt qu'a 60cm en tranchée traditionelle).


Le problème du FTTH en rural n'est pas un problème de cout. C'est un _gros_ problème d'organisation et de résistance au changement de tous les intervenants, qu'ils soient public ou privés. En rural, ya aussi une plus grosse proportion de gens qui sont prêt à payer plus cher un accès internet de qualité - surtout lorsque qu'ils paient déjà entre 60 et 80€/mois pour un accès satellite merdique avec quota et infoutu de lire une vidéo.
Je connais des proprio de chambres d'hote ou de gites qui paieraient plus de 1000 euros pour accéder à une connection decente (l'accès à l'eau+elec, dans les village sur construction neuve ou restauration isolée ça va entre 3000 et 15000 euros selon la difficulté). Le problème est qu'actuellement ce genre d'offre n'existe tout simplement pas _du tout_ , même en payant cher. 
Si l'Etat cédait ces fréquences gratuitement, il déposséderait le peuple de quelque chose qui lui appartient. Il est de son devoir de le monnayer le plus cher possible.

Oui, mais ce "bénéfice" irais à ceux qui n'ont pas de téléphone portable. à plus de 103% d'équippement en France, ça fait pas grand monde.

Pour moi c'est "juste" un transfert de charge : Au final, si l'état avait donné ces fréquences, le pognon il aurait bien dû le prendre quelque part: TVA, redevances, impots directs....

Bref, c'est un camouflet, qui permettra surtout à terme à l'état de passer pour le "gentil" face aux "méchants" opérateurs plein aux as qui montent les tarifs (en réalité ya ni gentil ni méchant, ya juste des flux financiers , qui partent toujours du client final & qui finissent toujours dans des poches de l'état. Qui le redistribue (en salaires , en aides, ... pour faire tourner le machin)

Ce qui me gêne plus, c'est que ce système d'enchère sert surtout à l'état pour récolter un max de thune en un minimum de temps, pour améliorer son bilan à court terme.
Alors qu'il aurait pu soit "louer" ces fréquences (assurant ainsi un récurrent à long terme) ou mieux, imposer des contreparties non monétaires tel que de très fortes obligations de couverture , mobile & FTTH.
Heu... parcequ'on a déjà vu le résultat avec le "référendum populaire" , avec le résultat que l'on sait ?

Et qu'on en a parlé ya pas longtemps ?
Numerama sur les réseaux sociaux