Docstoc supprimera tous ses documents hébergés le 1er décembre

Inscrit le 13/08/2002
26334 messages publiés
Envoyer un message privé
Guillaume Champeau , sujet ouvert le 04/09/2015 à 09:15



Le service de partage de documents en ligne Docstoc a envoyé jeudi un e-mail à tous ses utilisateurs pour les prévenir de sa fermeture. "Nous avons le regret de vous informer que Docstoc sera fermé avec effet le 1er décembre 2015", annonce le concurrent de Scribd et Slideshare, qui n'a pas trouvé sa place sur le marché malgré un positionnement destiné spécifiquement aux entreprises. "A ce moment-là, nous fermerons automatiquement tous les comptes".

Docstoc conseille donc à ceux qui auraient stocké des documents sur le cloud en utilisant ses services de récupérer les fichiers d'ici au plus tard le 30 novembre 2015, au risque sinon de les perdre définitivement.

Le cloud a ses avantages, mais aussi ce défaut de faire dépendre la pérennité de ses données de la viabilité de l'hébergeur, qui peut décider de fermer à tout moment. Tous les sites internet qui ont intégré des documents sur leurs pages en utilisant le code "embed" fourni par Docstoc verront également ces documents disparaître.

La fermeture de Docstoc est une surprise puisque le service avait été racheté pour environ 50 millions de dollars il y a moins de deux ans, par Intuit. Le groupe avait annoncé de mauvais résultats financiers le mois dernier, et un changement de stratégie. Il avait déjà décidé de se séparer de ses logiciels Quickbase, Quicken et Demandforce, pour se concentrer sur l'élaboration d'un écosystème en ligne. Un écosystème dans lequel, visiblement, Docstoc ne trouvait pas sa place.

Sur son site, Docstoc affirme figurer parmi les 500 sites les plus visités au monde et héberger plus de 20 millions de documents professionnels. En plus des documents Word, PDF ou autres Powerpoint, Docstock héberge également des vidéos, des MOOC, ou des articles.


Lire la suite
3 réponses
Inscrit le 20/11/2004
2388 messages publiés
Au moins, ils sont réglo, l'annoncer trois mois à l'avance, c'est beaucoup plus que le délai habituel en cas de fermeture...
Inscrit le 07/12/2005
1148 messages publiés
C'est sympa le klaoude
Inscrit le 08/01/2010
99 messages publiés
J'ajouterais que le "Cloud" a de nombreux autres désavantages :

- ceux liés aux CLUF/contrat même du fournisseur : l'utilisateur perd la posséssion de ses fichiers (des fois même légale : cf. photos de picasa, facebook, etc.)...

- ceux liés à la territorialité : se posent beaucoup de problèmes légaux quant aux différences entre les lois du pays du client et du fournisseur du service, voire des intermédiaires : ex. de mega/megaupload, où les USA (qui font la loi en Australie !) bloquent un service pour des clients internationaux.

- ceux liés au financement : pour les services "gratuits" on dépend aussi du bon vouloir des financeurs/publicitaires (si greenpeace/wikileaks/amnesty international/le canard enchaîné/... se décidaient à utiliser de tels services, on imagine bien que les Monsanto, Servier-Médiator, etc. retireraient immédiatement leurs publicités/financements sur ledit service, comme ils le font dès qu'un scandale les converne et apparaît dans un journal).

- ceux liés aux autres utilisateurs : il y a aussi un paramètre à prendre en compte dans la pérénité du service : c'est qu'on dépend non seulement du nombre d'autres utilisateurs, mais aussi de ce que les autres font : notamment, de la légalité de ce que les autres utilisateurs décident de poser sur le site.  Un exemple : un pote mettait toutes ses photos persos sur un compte (payant) de megaupload, tout ce qu'il y a de plus légalement... Et ce site a été fermé du jour au lendemain, parce que d'autres personnes utilisaient le service pour partager des fichiers illégalement... Comme bcp de gens, mon pote a tout perdu sans aucun moyen de recours, tout en . Et qu'on me dise pas que c'est bien fait pour sa gueule, le pékin moyen n'est pas censé savoir/se tenir au courant de ce que les autres font sur le système, d'autant plus qu'un fois dans un service, on y est piégé, cf. point suivant.

- ceux liés à la compatibilité : un fois nos données/services dans un cloud, il est pour le moment impossible de les transférer vers un autre fournisseur. La géniale Nelly Kross a bien essayé de pousser dans le bon sens, malheureusement, seule face aux lobbies internationnaux (mais surtout amerlocks), la pauvre ne peut pas gd-chose...

La conclusion c'est que le principe du Cloud bien beau et mérite d'être développé chez les entreprises/particuliers qui ont les moyens de le mettre en place chez eux (ownCloud, CRM, etc.), mais c'est tout simplement dangereux/pas viable en passant par des services tiers...

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux

prix indicatifs sujets à variation