Festivals, projets annulés, suspendus, supprimés...

44 réponses
-->
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
ze_katt, le 27/03/2015 - 12:38

Après je veux bien croire que le festival a coté de chez toi reçoit 20 000 visiteurs, n'a aucune subvention et fonctionne avec uniquement des bénévoles. Difficile a vérifier quand on en connaît pas le nom. Mais un festival gratuit qui reçoit 20 000 visiteurs et qui assure la sécurité minimum, moi j'en connais pas.

Et puis bon, ca change pas le fait que les touristes qui venaient pour cet événement, ils viendront plus. Ce qui va être un gros manque à gagner pour les hôtels et les resto et au final pour les impôts de la ville.

Il y a aussi des animations médiévales dans le coin, c'est pratiqué par des personnes du centre équestre, bénévolement (avec remboursement des frais), il y a aussi des combats à pied, un centre des horreurs, des petites boutiques, resto-buvette ... par contre l'entrée est en générale payante (2 ou 3 euros) parce que le but n'est pas l'animation mais de l'aide pour la restauration d'une église, et les gens viennent quand même passer 2 ou 3 h pour 2 euros avec les animations et/ou pour manger un truc. Et ça marche, en tout, ils ont récupéré plus de 150000 euros pour la réfection de l'église.
Je ne sais pas combien coûte le festival, mais si les animations sont réalisées par des professionnels, peut-être peuvent-ils baisser leur tarifs, peut-être la ville peut-elle sortir quelques sous, et les commerçants.
Maintenant, le problème, c'est peut-être le "gratuit". Pourquoi l'Etat devrait payer pour une fête à pétaouchnok. ça ne regarde que les locaux. A part quelques énormes festivals comme les vieilles charrues, ça reste des trucs locaux.
Ici il y a pas mal d'associations qui récupèrent du fric par les buvettes. Accès gratuit, mais buvette in the pocket.
Bref, il faut s'organiser un peu plutôt que de pleurer parce que la manne céleste s'est tarie. On peut faire plusieurs petits trucs payants pour financer un gros truc gratuit.
Pour la scène, je parlais de tes festivals (1er post).
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
ze_katt, le 27/03/2015 - 13:54
Idem, on sait pas dans quelle mesure ils reçoivent des subventions, puisqu'on sait pas ou c'est.
16 000 personnes dans une commune de 2000 habitants ca demande une infrastructure qui tient la route, surtout que généralement il n'y a pas de transports en communs et qu'il faut gérer au moins 5000  voitures en stationnement, les livraisons, les véhicules des exposants. Si c'est la police municipale qui s'en occupe c'est une subvention, si la ville prête des terrains ou des bâtiments, c'est une subvention.


Bien sur qu'on le sait: Ca fait partie des points soulevée lors des conseils municipaux (dans ce cas précis, y'a une subvention de 20 000 € du département et de 9 000 € de la part de la commune pour toutes les activités du musée durant l'année, dont fait partis ce festival. Avant le communauté de commune finançait le prix d'entrée pour les écoles le vendredi réservé aux scolaires, ce n'est plus le cas désormais) Pour donner un ordre d'idée, le budget de la commune est de 3.5 millions d'euros, et y'a environ 110 000 € versé en subventions (principalement les sorties scolaires en faite, et après les associations comme le cas de ce festival géré comme telle par des bénévoles). Les 3/4 du budget sert à financé le fonctionnement même de la commune (personnel, voirie, électricité, ...)


Les voitures en stationnement ? Bah le long des routes, la ville est archi bouchée, jusqu'à ces sorties, et le maire donne comme consigne à la gendarmerie de ne pas verbaliser.

Les 9 000 € de subventions prou la taille du festival, c'est juste pour dire que la commune participe (sans rien donner), car pour donner un point de référence, la moindre sortie piscine / poney, ... pour une classe de quelques dizaines de gamins, c'est déjà plus de 1 000 € de subventions que la commune donne pour que les parents ne payent pas directement.

Le cout du festival est d'environ 150 000 €, il est "pas rentable" (mais pas déficitaire). ça fonctionne uniquement car les entrées sont payantes et que l'ensemble du personnel est bénévole, chacun ramène ses trucs, (mine de rien 1 000 figurants qui campent pendant 2 jours sur le terrain, faut qu'ils mangent, bah c'est eux qui ramène leur truc, "à la bonne franquette").  L'objectif de l'organisateur y'a quelques années était d'avoir 20 000 entrées pour être vraiment "tenable" économiquement et totalement indépendant.

Après, le prêt de terrain, c'est un bon compromis: ça coute rien, il était dispo et libre, et remis en état / nettoyé par les bénévoles.

Y'a aucune police municipale (en faite depuis 2 ans, y'a une seule policière municipale qui fait surtout la sortie des écoles  mais le spectacle existe depuis environ 20 ans)
[message édité par Chitzitoune le 27/03/2015 à 15:00 ]
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Pareil chez nous, zéro police (sauf la gendarmerie qui passe de temps en temps), parking gratuit dans des prés prêtés par des paysans, ou le long des routes, tous les points d'accès du bourg sont bloqués ou servent de caisse, il y a un accès réservé pour les livraisons et les secours. Avant on faisaient la garde de nuit à tour de rôle (puisque c'est sur plusieurs jours), maintenant, ce sont des vigiles qui patrouillent. Les décorations sont faites par les villageois, les caisses sont tenues par les villageois, les buvettes sont tenues par les villageois, bref une vie de village et quand tout est fini, il y a un grand banquet comme dans Astérix.

Alors, après je dis pas, c'est sûr qu'en ville, c'est pas pareil, y a toujours un connard pour se plaindre ou foutre la merde ; dès que tu veux bloquer une rue, c'est tout un merdier ; mais bon, il y a de plus en plus de centre piétonnier, ou de jardin public, bref, si le maire n'est pas qu'un gros con qui pense être supérieur à ses ouailles, ça peut le faire.
Inscrit le 24/10/2012
876 messages publiés
Envoyer un message privé
Perso du moment que le festival de la quenelle se porte bien, je suis satisfait.

Image IPB
Inscrit le 10/06/2005
8358 messages publiés
Envoyer un message privé
On passe quand même d'un coté de 0 subvention a 29 000 euros sans compter les avantages en nature (prêt de matériel, de site, de locaux), ca commence a être un budget conséquent et a des vigiles qui circulent nuit pour l'autre, ce qui chiffre a la grosse a 1000 euros la nuit par vigile. Ne sachant toujours pas ou sont situes ces festivals, difficile de dire s'ils n'ont pas de subventions de la Sacem ou Spedidam ou autre, mais tous les logo que vous voyez sur les affiches c'est des organismes qui casquent.

Après, localement quand 20 000 personnes passent plusieurs jours dans une ville, elles font des dépenses qui font vivre le commerce local, ce qui est utile aux commerçants bien sur mais aussi à la ville qui touche plus d’impôts et aux citoyens qui ont tout intérêt a avoir des commerces en bonne santé a coté de chez eux plutôt que des magasins fermés, pour leur vie quotidienne, mais aussi pour la revente éventuelle de leur logement. Il vaut mieux payer une subvention ou abandonner le festival?
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Les vigiles sont payés par l'association qui monte l'activité. L'activité est bénéficiaire, elle n'a pas besoin de subvention, c'est même elle qui "verse" une somme au village pour son entretien et son amélioration (village fleurie), ravalement des façades.
Les seuls extérieurs au village, c'est la presse et France bleue.
Mais on sent que tu es passé de "c'est pas possible de se passer du financement de l'Etat" à "Ce n'est pas possible qu'il n'y ait pas des trucs d'ailleurs".
Entendons-nous bien. Si les commerçants ou une organisation locale participent financièrement (ce n'est pas le cas ici) à un festival, moyennant pub, ça ne me dérange pas. Pour eux, c'est un investissement. Si l'Elysée ou le ministère de la culture sort son carnet de chèque, là ça me dérange, parce que le festival des castors juniors à Trifouillis sur Loire, 99.999% de la population française s'en bat les bretelles et ne voit pas pourquoi leurs impôts devraient servir à ça.

Activité locale avec financement local, ça me va. Même si c'est la commune qui met quelques sous.
Logiquement, ton festival devraient être autosuffisant, le problème c'est que tu veux faire du gratuit avec un truc qui ne l'est pas, alors soit c'est financé par les commerçants, soit c'est payant, soit c'est le parking, ou les exposants ... mais la source locale tu dois forcément l'avoir quelque part. Ou comme je le disais supra, tu peux organiser plusieurs petits trucs qui ramènent du fric pendant l'année, afin de monter ton grand truc gratuit à une date précise (le premier mai c'est quand même moyen, c'est le seul jour de l'année où tous les commerçants doivent être fermé, du coup retombée quasi nulle).

Après, il y a des mecs qui sont super fort pour trouver du fric. J'ai vu un mec se faire financer la destruction d'un bief de moulin par des écologistes européens, sous le prétexte qu'un moulin perturbe le cours naturel de la rivière, c'est mauvais pour l'écosystème. Pour un moulin qui existe depuis 500 ans, je ne suis pas sûr que ça ne soit pas la destruction du bief qui pose un problème d'écosystème, surtout qu'il permettait d'éviter l'asséchement de la rivière en temps de sécheresse, mais bon, en politique, n'est pas écologiste qui veut.  
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
ze_katt, le 27/03/2015 - 23:00
On passe quand même d'un coté de 0 subvention a 29 000 euros sans compter les avantages en nature (prêt de matériel, de site, de locaux), ca commence a être un budget conséquent et a des vigiles qui circulent nuit pour l'autre, ce qui chiffre a la grosse a 1000 euros la nuit par vigile. Ne sachant toujours pas ou sont situes ces festivals, difficile de dire s'ils n'ont pas de subventions de la Sacem ou Spedidam ou autre, mais tous les logo que vous voyez sur les affiches c'est des organismes qui casquent.

Après, localement quand 20 000 personnes passent plusieurs jours dans une ville, elles font des dépenses qui font vivre le commerce local, ce qui est utile aux commerçants bien sur mais aussi à la ville qui touche plus d’impôts et aux citoyens qui ont tout intérêt a avoir des commerces en bonne santé a coté de chez eux plutôt que des magasins fermés, pour leur vie quotidienne, mais aussi pour la revente éventuelle de leur logement. Il vaut mieux payer une subvention ou abandonner le festival?


Tout ce qui est sécurité (vigile, mais aussi présence de pompier médecin du samu,...) sont payé par l'association, comme dans toutes les manifestations légales (ha, c'est à payer d'avance, donc niveau budget, pour une association, faut le prévoir)

Financement, ça serait possible sans aucune subvention, mais faudrait supprimer le tarif réduit des locaux ( qui payent moitié prix), ainsi que les entrées"offertes" (écoles locales par exemple).

Niveau "volume", on a en gros 30 000 € de subventions optionnelles sur un budget de plus de 150 000 € (des couts très nettement supérieur en réalité, mais pris en charge par les bénévoles au final, comme le budget bouffe / boisson, logement, que les figurants puissent se laver,....). Ton festival d’Orléans, un peu plus grand en trafic, il est entièrement gratuit, sous entendu, il est 100% subventionné sur les couts obligatoires. Tu comprends pourquoi c'est pas tenable ?


Les affiches, la SACEM, c'est pas des subventions, au contraire, c'est un cout, dans le budget du festival à prévoir, comme la sécurité (faudrait que je recherche ce document, je l'ai plus sous la main, car c'est une chose qui a été annulé, mais de mémoire, le budget "pubs": affiches, tracts,  ... sur la zone "large" de la région était de plus 40 000 €, au vu du prix / budget, ça été mis au oubliettes, avec uniquement des affiches locales, et des invitations aux journalistes de France 3 qui ont fait quelques reportages avant sur les chaines locales) . Et de ce coté je rejoins tout à fait une vision du directeur du parc "Le PAL", qui disait ne faire que ed la pub local, car en dehos ça coutait très cher, pour "relativement" pas de retour (on a quand même des gens qui font plusieurs centaines de kms qui viennent, et même des anglais, des belges, des allemands, des hollandais,..... mais généralement, c'est un tout: ce sont des gens qui sont venus dans le coin, et en profite pour passer la, et non des gens qui viennent juste pour ça)

Le prêt de terrain / local à titre gracieux, c'est très très courant au niveau associatif (seul les non locaux et les activités à but lucrative payent). C'est une subvention (au sens très large de la définition), mais dont le cout est nul: Qu'il soit utilisé ou pas, le cout est le même. L'une des raisons pour laquelle c'est payé, c'est entre autre car justement, le prix de l'entrée est calculé pour "juste" rentrer dans les frais / dépenses. Si l'association voudrait gagner plus d'argent, ça serait plus prêté, mais loué. Elle a donc des comptes à rendre à la commune sur ses recettes / dépenses.

De part le coté vraiment local et lien que je peux avoir avec, tu comprendras que j'ai pas tellement envie de dire exactement le nom du festival / commune où ça se passe sur un forum . Mais si j'ai les données sous le coude, y'a aucun soucis pour les partager, surtout que ce sont des données "publiques" (tout le monde qui est intéressé peut venir, aussi bien à l'association qu'à la mairie avec qui s'est organisé, même si ils mettent pas forcement la main dans la caisse)

Sur les financements, je suis entièrement d'accord avec Centurien: Y'a aucune raison que l'état finance ce genre de festival. C'est pas son rôle. Dans mon exemple, l'association avait aussi demandé un financement européen (chose que j'approuve pas sur le fond), ça été refusé car le thème était "trop large", il aurait fallu fait quelque chose de beaucoup plus ciblé niveau historique (comme expliqué, c'est pas seulement médiéval, y'a divers "camps" avec plusieurs époques, de la préhistoire au XXieme siècle, même si l'époque romaine et médiévales sont les plus "importantes" à tous les niveaux: reconstituions d’attaques de fort, combat de gladiateur, joutes / cavalerie, ... rien que niveau espace, c'est énorme)

Tout comme l'Europe à subventionné 80% des travaux de remise en état des remparts l'année dernière. Est ce vraiment son rôle ? (oui, c'est cool pour ma commune, mais d'un point de vue global, ça veut dire qu'elle le fait pour toutes les communes, et que cet argent, il vient des impôts notamment. Est ce bien le rôle de l’Europe de prendre en charge cela ?)
[message édité par Chitzitoune le 28/03/2015 à 07:57 ]
Inscrit le 10/06/2005
8358 messages publiés
Envoyer un message privé
Le 1er mai, les commerces n'ont pas l’obligation d’être fermés. Heureusement parce qu'il y avait plein de stands, ca aurait été dommage qu'il s doivent regarder le public sans rien vendre.

J'ai pas dit que les affiches c’était de la subvention, mais que la Sacem subventionne le spectacle vivant. Après c'est pas forcement le cas de celui là. Pour la 3eme fois, ne sachant pas de quel festival il s'agit, j'ai pas de boule de cristal pour le savoir.

On parle de fêtes et festivals qui avaient plus de 20 ans d'ancienneté. Pour le festival jazz'orleans, il était en plein centre ville. Une partie en plein air au pied de la cathédrale, une partie dans les jardins de l’évêché, une partie dans les rues les plus commerçantes. Il était géré par des bénévoles, les concerts payants, finançant les animations gratuites en ville. Pendant les 11 jours du festival, tous les bras restaurant de la ville tournaient à 200%. Les fetes de Jeanne d'arc drainnent des milliers de personnes à Orléans . C'est incohérent que le maire, après avoir retourné toute la ville pendant 10 ans pour faire venir les touristes, ferme les seules activités touristiques de la ville.

L’état finance bien l’opéra, les stades de foot, la télé réalité, pourquoi pas les fêtes médiévales ? Pourquoi il n'y aurait qu'à Paris que les gens auraient droit a des fêtes gratuites ? Ceci dit, les festivals ne ferment pas parce que l’état ne les finance plus, les festivals ferment parce que les mairies et les régions ne les financent plus sous prétexte que l’état ne les subventionne plus assez sur d'autres plans qui n'ont rien à voir.

Alors se pose la question de savoir si c'est a l’État ou l'Europe ou je ne sais quelle collectivité, c'est vrai, mais aussi a quoi doivent servir nos impôts. Est ce que la culture c'est pour tout  le monde ? A l'heure ou les gens ne peuvent plus se payer une place de ciné, est ce que c'est juste de les priver de la sortie annuelle avec leurs enfant ?  Qui doit payer pour un monument que tout le monde vient voir de partout ? Est ce qu'on doit vivre dans un monde uniquement fonctionnel ou est ce qu'on a le droit d'avoir aussi du "beau" pour notre santé mentale?
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
ze_katt, le 28/03/2015 - 11:48
Le 1er mai, les commerces n'ont pas l’obligation d’être fermés. Heureusement parce qu'il y avait plein de stands, ca aurait été dommage qu'il s doivent regarder le public sans rien vendre.

J'ai pas dit que les affiches c’était de la subvention, mais que la Sacem subventionne le spectacle vivant. Après c'est pas forcement le cas de celui là. Pour la 3eme fois, ne sachant pas de quel festival il s'agit, j'ai pas de boule de cristal pour le savoir.

On parle de fêtes et festivals qui avaient plus de 20 ans d'ancienneté. Pour le festival jazz'orleans, il était en plein centre ville. Une partie en plein air au pied de la cathédrale, une partie dans les jardins de l’évêché, une partie dans les rues les plus commerçantes. Il était géré par des bénévoles, les concerts payants, finançant les animations gratuites en ville. Pendant les 11 jours du festival, tous les bras restaurant de la ville tournaient à 200%. Les fetes de Jeanne d'arc drainnent des milliers de personnes à Orléans . C'est incohérent que le maire, après avoir retourné toute la ville pendant 10 ans pour faire venir les touristes, ferme les seules activités touristiques de la ville.


Même si je suis entièrement d'accord sur le manque de cohérence du maire enter une volonté de développer le tourisme et couper les subventions pour des festivals, si vraiment la sitaution est telle que décrite, alors il peut avoir lieu sans subvention de la mairie.

La SACEM, elle peut subventionner des festivals de musique, mais pas vraiment des événements multi-culturel (et même pour la musique, faut voir les critères... )





L’état finance bien l’opéra, les stades de foot, la télé réalité, pourquoi pas les fêtes médiévales ? Pourquoi il n'y aurait qu'à Paris que les gens auraient droit a des fêtes gratuites ?


J'aurais tendance à avoir la vision inverse: pourquoi l'état devrait financer ces secteurs ? (qui sont plus du loisir que de la culture à mon sens)
Faut etre honnête, si y'a des dizaines de milliers de personnes dans un festival médiéval, c'est pas pour s'instruire sur les différentes ateliers culturels / démonstrations / historique, qui sont qu'une infime partie du festival, mais bien pour le coté festif / familiale.





Ceci dit, les festivals ne ferment pas parce que l’état ne les finance plus, les festivals ferment parce que les mairies et les régions ne les financent plus sous prétexte que l’état ne les subventionne plus assez sur d'autres plans qui n'ont rien à voir


Le sujet n'a peut être rien à voir par le contenu, mais ça fait partie du budget:
Si une collectivité locale a besoin d'augmenter la part de dépenses pour ces frais de fonctionnement, mécaniquement, elle aura moins d'argent pour les subventions facultatives / loisirs.

La dotation globale de fonctionnement que l'état verse est très variable suivant les communes. Dans le cas que je connais le plus, c'est en gros 20% des recettes. Hors, y'a déja grossomerdo 80% des recettes qui servent pour le fonctionnement "de base" (personnel, voirie, eau, électricité, contingent, ...). Si l'état ne donne plus rien, c'est simple, pour une petite commune, y'a plus rien du tout en loisir / facultatif.

C'est une question de priorité, faute de budget suffisant, faut mieux ne plus financer un loisir facultatif qu'une école, les routes, le réseau électrique, etc...
Si y'avait assez, oui, on pourrait tout payer


Alors se pose la question de savoir si c'est a l’État ou l'Europe ou je ne sais quelle collectivité, c'est vrai, mais aussi a quoi doivent servir nos impôts. Est ce que la culture c'est pour tout  le monde ? A l'heure ou les gens ne peuvent plus se payer une place de ciné, est ce que c'est juste de les priver de la sortie annuelle avec leurs enfant ?  Qui doit payer pour un monument que tout le monde vient voir de partout ? Est ce qu'on doit vivre dans un monde uniquement fonctionnel ou est ce qu'on a le droit d'avoir aussi du "beau" pour notre santé mentale?


C'est en effet une question importante, avec une seconde question de fond importante: c'est quoi la culture ?
Un festival médiéval en est il ? A quelles conditions ? Quelle proportions ? (dans l'exemple dont je parle l'Europe a justement refusé de la subventionner car "le sujet couvert est trop large", faut pas parler de l'histoire de France dans son ensemble à priori pour être culturel)

Y'a vraiment un problème de fond qui est de savoir qui doit payer et pourquoi. J'aurais tendance à dire qu'un festival local, c'est aux locaux de financer. Festival national ou international, à l'état (voir plusieurs) de participer, et cela à la condition qu'on considère que ça relève de l’intérêt général (à l’échelle de la manifestation). Pour le reste, c'est aux organisateurs de se débrouiller à trouver des recettes, que ça soit les entrées, les stands boissons, la vente de produits, des partenariats privés, etc...
[message édité par Chitzitoune le 28/03/2015 à 14:01 ]
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Après, un stade de foot dans chaque village de France, avec 11 connards qui courent après une balle uniquement le vendredi soir, histoire de faire marcher les projecteurs. Je ne suis pas sûr que ça soit véritablement une dépense utile.
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
Centaurien, le 28/03/2015 - 18:09
Après, un stade de foot dans chaque village de France, avec 11 connards qui courent après une balle uniquement le vendredi soir, histoire de faire marcher les projecteurs. Je ne suis pas sûr que ça soit véritablement une dépense utile.


Chaque commune fait selon ces moyens / besoins
Dans la plupart des villages, le "stade" de foot, c'est 2 poteaux dans un champ.  Y'a aucune tribune, aucun siège, aucun local, aucun projecteurs,...... C'est relativement minime comme investissement et ça permet d'avoir une activité sportive quand même de proposé (et pourtant, j'aime pas du tout le foot )
Après, on tombe sur les mêmes questions de fond: C'est le rôle de qui de financer et de quelle manière ?
Après dans beaucoup de petites communes, il n'y a pas plus de "petites activités" notamment à cause de la lourdeur administrative, des responsabilités,.. Un simple accident sur un toboggan ou avec un poteau de foot et c'est une source d'emmerdes pas possible niveau responsabilités, alors que des particuliers dans exactement la même situation n'ont pas ce genre de soucis, c'est un accident et c'est tout.
[message édité par Chitzitoune le 28/03/2015 à 21:05 ]
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Qu'un terrain soit réservé à du sport, ça coûte pas une blinde.
Quand il y a des vestiaires, des projecteurs style PSG et une petite tribune, c'est déjà autre chose, surtout pour des bleds de 300 péquins (dont 5 qui courent après des balles).
Inscrit le 10/06/2005
8358 messages publiés
Envoyer un message privé
Pourquoi on devrait trouver normal de financer l’Opéra et pas normal de financer Orleans'Jazz (au pif) qui accueille autant de monde en 11 jours que l’opéra pendant une année entière ? Le rayonnement international, mais tous les ans on avait des pointures dans le domaine du jazz, qui acceptaient de baisser leurs cachet en sachant que l'after était gratuit. Pourquoi on peut trouver 800 000 euros pour miss France pour 2000 spectateurs et pas trouver 20 000 euros pour pour une fête médiévale qui en attire 20 000 ?

Et puis c'est oublier bien vite que ces festivals ont vocation à faire venir des touristes. Je pense que l’année prochaine, on va voir des professionnels du secteur pleurer. Parce que le touriste, s'il a le choix entre une ville ou il y a une fête et une ville ou il va passer sa journée a faire la rue principale dans tous les sens avec les mêmes enseignes que celles qu'il a chez lui, il va pas hésiter longtemps.

Il y a des dizaines et des dizaines de festivals qui ferment, des festivals avec des décennies d’ancienneté et des bénévoles par centaines. un effet du hasard? Des bénévoles par milliers qui deviennent tout d'un coup incapables?
[message édité par ze_katt le 28/03/2015 à 23:50 ]
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
Centaurien, le 28/03/2015 - 22:48
Qu'un terrain soit réservé à du sport, ça coûte pas une blinde.
Quand il y a des vestiaires, des projecteurs style PSG et une petite tribune, c'est déjà autre chose, surtout pour des bleds de 300 péquins (dont 5 qui courent après des balles).

J'ai rarement vu le second cas, hors commune qui avait des recettes "exceptionnelles".
Cas concret: une caserne militaire qui a payé une piscine pour s'entrainer, avec des jours / heures qui leur sont réservés, et le reste du temps ouvert au public pour rentabiliser un minimum et proposer des activités (sans cela, vu la taille, y'aurait même pas eu l'idée d'avoir une piscine)
Ou encore certains petites communes avec des une très grosse entreprise, qui devient une manne exceptionnelle et permet de proposer des services dignes d'une commune beaucoup plus grande (loisirs en tout genre mais aussi garderie, embellissement de la ville, des monuments, etc....). Par exemple, j'a le cas d'une usine SEVESO 2 qui payé la rénovation du toit d'une église, ainsi que des éclairages publiques autour des lieux historiques (certains diront que c'est que c'est une vision sociale de l'entreprise, d'autres que c'est un moyen de graisser les pattes )
Après, j'avoue n'avoir jamais connu de commune ayant décidé d'utiliser ces recettes pour baisser au maximum (voir supprimer) les impôts locaux.
Inscrit le 10/08/2010
3004 messages publiés
Envoyer un message privé
ze_katt, le 28/03/2015 - 23:33
Pourquoi on devrait trouver normal de financer l’Opéra et pas normal de financer Orleans'Jazz (au pif) qui accueille autant de monde en 11 jours que l’opéra pendant une année entière ? Le rayonnement international, mais tous les ans on avait des pointures dans le domaine du jazz, qui acceptaient de baisser leurs cachet en sachant que l'after était gratuit. Pourquoi on peut trouver 800 000 euros pour miss France pour 2000 spectateurs et pas trouver 20 000 euros pour pour une fête médiévale qui en attire 20 000 ?

Et puis c'est oublier bien vite que ces festivals ont vocation à faire venir des touristes. Je pense que l’année prochaine, on va voir des professionnels du secteur pleurer. Parce que le touriste, s'il a le choix entre une ville ou il y a une fête et une ville ou il va passer sa journée a faire la rue principale dans tous les sens avec les mêmes enseignes que celles qu'il a chez lui, il va pas hésiter longtemps.

Il y a des dizaines et des dizaines de festivals qui ferment, des festivals avec des décennies d’ancienneté et des bénévoles par centaines. un effet du hasard? Des bénévoles par milliers qui deviennent tout d'un coup incapables?


Je suis entièrement d'accord sur ces points, par contre, n'est ce pas plutôt la dépense faite pour miss France qu'il faut critiquer ? (et non réclamer le même "débordement" pour tout ceux qui veulent organiser une manifestation)

Une commune qui a une vision touristique a tout intérêt à promouvoir ce genre de genre festivals (pas forcement à les financer entièrement, mais au moins à les aider, notamment en moyens logistiques, organisation, etc...et mettre aussi un peu d'argent de façon intelligente.)

Ceux qui ferment sont rarement à cause de bénévoles qui sont "incapables", mais plutôt de gens qui sont dans une mentalité "tout doit être payé par la collectivité". Vivre de façon entièrement subventionné, c'est le risque que si cette personne part, bah y'a plus rien (que ça soit une collectivité ou un intérieure privé d'ailleurs). Et dans le contexte actuel, d'alourdissement des efforts financiers imposés aux citoyens, c'est peut être pas très intelligent de vivre au crochet des subventions publiques pour une activité de loisirs.

Un festival géré de façon "saine", avec 20 000 personnes, si il perd sa subvention de 20 000 €, il ferme pas, il survie largement en faisant quelques coups franches dans certains domaines "moins importants", en faisant les choses peut etre un peu moins en grand, etc... (1 € par personne, ça se trouve). Si la grande partie des recettes 'étaient des subventions d'une collectivité, qu'il faut trouver plus de 10 € par personne en plus, la oui, il est dans la merde, mais c'est de la faute des organisateurs / gestionnaires, et non des communes.
.
[message édité par Chitzitoune le 29/03/2015 à 09:42 ]
Inscrit le 10/06/2005
8358 messages publiés
Envoyer un message privé
Je sais pas ou vous avez pris que les festivals cités étaient financés à 100% ? Pour avoir fréquenté un e bon nombre de festivals et autre  en 35 ans comme organisateur, comme bénévole, comme visiteur, voire comme salariée, dasn le domaine de la musique, lla voiture, les sports mécaniques, le théâtre,  le plus compliqué c'est l'infrastructure et les avantages en nature du genre lieux prêtés, soutient de la police, logistique de la mairie etc. Et quand la mairie dit stop, généralement ca s’arrête, même si la subvention en numéraire est largement minoritaire. Quand on doit faire tenir les voitures de 20 000 visiteurs en centre ville, c'est pas les bénévoles qui vont pouvoir s'en charger, et il y a généralement assez peu de champs à prêter dans un rayon proche. Si la mairie dit, on vous prête plus la Campo-Santo, on peut toujours dire ce qu'on veut... c'est eux qui auront le dernier mot. Je comprends pas trop ce faux procès. Surtout en citant des exemples plutôt bien dotés.

Sino, quand on subventionne l'automobile, on trouve a normal mais pas quand on subventionne la culture, alors que  : http://www.latribune...automobile.html
[message édité par ze_katt le 30/03/2015 à 22:59 ]
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Y a pas de faux procès, c'est toi qui balance une liste de 800 festivals annulés pour cause d'arrêt de financement de l'Etat, et qui après nous parle d'un seul festival dont l'arrêt n'est à priori pas lié à un problème de subvention.
Nous, on dit juste qu'il y a des événements qui arrivent à se démerder sans aide (pognon) de l'Etat, et que pour les autres, ben il y a peut-être un problème d'organisation, genre je loue une salle à 100000 euros dont 10000 in the pocket pour mes frais de bouche, mais j'ai pas l'once d'un quart de billet pour ce festival.
Inscrit le 09/02/2009
1190 messages publiés
Envoyer un message privé
J'ai travaillé pendant un moment au festival des Voix du Gaou en tant que technicien  et malgré le fait que j'y perds quelques cachets on ne peux pas vraiment parler de grosses perte.  Je me permet de reposter un statut que j'ai vu passer dans mes contact :

Non seulement ce modèle était condamné, mais en plus je l'affirme, et je ne suis pas le seul (j'espère...), c'est un progrès pour la culture française de voir disparaitre un à un ces gros évènements mass-médiatiques!!!
Non la culture ne dépend pas de ces festivals fourre-tout ou l'important c'est de faire du "passe à la télé" pour générer de la communication pour des villes touristiques en mal de visibilité
Non ce n'est pas normal qu'une ville comme Six-Fours dote de presque 400000 euros une boite privée, amputant d'autant son budget culturel (ça fait combien/habitant?), pour organiser un évènement qui dure 5/6 jours et emmerde la moitié de la population
Non ce modèle économique n'est pas viable, pour preuve depuis des années les petites salles agonisent, les festivals indépendants n'existent quasiment plus, et les artistes émergents ont un mal fou à tourner... Dans le théatre c'est pire, et 2015 sera terrible pour de nombreux acteur de ce que nous avons la prétention d'encore appeler la "culture", alors que nous ne savons même plus rassembler les gens autour de valeurs positives et génératrices, justement, de progrès...
Par contre faut arrêter de nous prendre pour des cons, et même si ça fera un peu moins de boulot pour les techniciens du coin ( ah l'eternel chantage à l'emploi des nantis du patronat... ça ferait presque rire), ce dont vous pleurez la mort, monsieur l'ancien directeur, c'est un gros bizeness juteux qui rapporte juste moins qu'avant... La Culture, c'est autre chose.
Reste à voir si ça nous/vous intéresse...


http://leplus.nouvel...t-condamne.html
[message édité par horizon le 31/03/2015 à 09:58 ]
Inscrit le 10/06/2005
8358 messages publiés
Envoyer un message privé
Centaurien, le 31/03/2015 - 01:18
Y a pas de faux procès, c'est toi qui balance une liste de 800 festivals annulés pour cause d'arrêt de financement de l'Etat, et qui après nous parle d'un seul festival dont l'arrêt n'est à priori pas lié à un problème de subvention.
Nous, on dit juste qu'il y a des événements qui arrivent à se démerder sans aide (pognon) de l'Etat, et que pour les autres, ben il y a peut-être un problème d'organisation, genre je loue une salle à 100000 euros dont 10000 in the pocket pour mes frais de bouche, mais j'ai pas l'once d'un quart de billet pour ce festival.

Et pour me prouver ca, vous me citez des festivals qui ont 28 000 euros de dotation pour 20 000 visiteurs +  une billetterie, ce qui est énorme. Faut arrêter la mauvaise foi.
Inscrit le 03/10/2011
9233 messages publiés
Envoyer un message privé
Ben, j'ai parlé d'un événement avec zéro subvention.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux