Mariage gay ailleurs; c 'est pas tout rose

Inscrit le 06/04/2011
3890 messages publiés
Envoyer un message privé
dannyel , sujet ouvert le 22/01/2013 à 01:05
Un article édifiant sur certains problèmes qui risquent de se présenter.
que ce gouvernement arrête cette folie, il se grandira ...un peu.

http://www.lefigaro....mariage-gay.php
128 réponses
Cliquez ici pour répondre
Inscrit le 09/04/2009
1380 messages publiés
Envoyer un message privé
Les mariages gays ne présentent pas plus de problème que les mariages traditionnaux.
Ton article le montre bien, il y a un cas par ci par la qui pose problème, on pourrait trouver la même chose chez les hétéros. d'ailleurs il suffit de voire le taux de divorces pour se rendre compte que le mariage gay ou pas n'est pas toujours tout rose.

En attendant vu de l'extérieur le peuple Français surprend par ses manifestations pour une privation de droits, ca change, on se bat pour obtenir d'habitude par pour enlever.
En tout cas au Canada ca laisse rêveur, ici les mariages gays sont bien acceptés et ne pose pas plus de problème que les autres.
.
Inscrit le 24/06/2005
910 messages publiés
Envoyer un message privé
Si je reprend les exemples de l'article :

- La femme d'un donneur de sperme qui refuse après coup que le sperme de son mari soit utilisé par un couple de lesbiennes... On peut le faire aussi pour le don d’organes, je veux bien mais pas pour un noir m'sieur ? => problème sans rapport avec le couple homo marié.

- Divorce avec des paillettes de sperme à partager. On a vu bien pire dans des divorces hétéros quand il s'agit du partage de biens acquis en communauté. Allez, un petit rapport aevc le mariage homo, mais il ne s'agit que d'un partage lors d'un divorce que doit régler le juge.

- La mère porteur Belge : Aucun rapport avec le mariage homo. La mère porteuse n'est pas homo, le couple dont la femme est stérile non plus, le couple néerlandais non plus, juste une petite ligne pour dire qu'au milieux de ces pourris hétéros prêts à acheté un enfant, il aurait été aussi proposé à un couple homo (marié ou pas ?), et cela est tellement sur que ledit couple s'il existe n'a pas été inquiété par la justice, bref n'a pas trempé dans la magouille.

- Au texas, un procès en cours de divorce avec enfants, dont le père est homo, mais tout cela n'a rien à voir avec le MARIAGE homo, sensé être le sujet de l'article.

- En australie, je ne vois pas bien le rapport non plus entre le mariage et le fait qu'il ne soit pas possible d'avoir 3 parents, et que le juge ait dû trancher.

- Grande bretagne, un procès en paternité en toute mauvaise foi, en cours, mais toujours sans rapport avec le marriage homo

- et le dernier exemple, encore aucun rapport avec le mariage homo.


Bref, du journalisme de merde : aucun rapport avec le sujet annoncé, mais du sensationnaliste. En gros, ce n'est pas le mariage homo qui pose problème à ce journaliste, mais les homos, et là on est plus dans le même registre...

Godwin en approche...
Inscrit le 28/08/2004
6873 messages publiés
Envoyer un message privé
Même si ce sont là des cas très médiatisés, cela montre bien des situations où la volonté d'avoir un enfant à tout prix cause de sacrés dégâts.

Alors oui, l’article ne parle pas tant du mariage que de l'adoption/filiation. Mais puisque notre cher gouvernement veut lier les deux, cela amène forcément des questions.

Le problème est bien là : la filiation. Dans un couple hétéro, même en cas de rupture, le lien reste gravé dans le marbre: un père, une mère, et personne ne peut leur prendre ou revendiquer leur place sauf si l'un est déchu de ses droits parentaux (ce qui reste rare).
Avec un couple homo, c'est plus flou, puisque la base de la parentalité n’est pas biologique. On en arrive à ces situations intenables où l'enfant peut avoir plusieurs parents légitimes et parfois aucun parent biologique reconnu.
Casse-tête juridique et moral. On voit déjà les cas d’enfants nés sous X, d’adoptions, qui vivent plus ou moins mal que leur filiation soit mal établie voire niée.

La question est donc de se demander si on a le droit de placer sciemment un enfant dans ce cas potentiellement problématique, que ce soit chez un couple homo ou hétéro. En sachant que les conséquences éventuellement négatives ne seront jamais mises sur la place publique puisqu'elles sont du ressort de la cellule familiale qui cultive le secret.


Hélas, le politiquement correct joue à fond: s'interroger sur l'avenir d'un enfant est classé d’office comme de l’homophobie primaire. On préfère parler des droits d'un couple A l’enfant, plutôt que du droit DE l’enfant. La liberté d'un couple avant celui de l'enfant.
[message édité par Elisheva le 22/01/2013 à 11:27 ]
Inscrit le 24/06/2005
910 messages publiés
Envoyer un message privé
Pour ce qui est du lien gravé dans le marbre, en cas de couple non marié, il faut encore que le père se déclare. De plus, combien de cas de procès en filiation où on découvre que le "père" n'a rien de biologique ? Là encore, on doit trouver des cas en justice assez croustillants pour avior les mêmes arguments pour s'opposer au mariage hétéro.

quand au casse-tête juridique, justement cette loi est là pour le régler : à la naissance de l'enfant, le conjoint qui n'est pas parent biologique peut adopter l'enfant et avoir donc l'autorité parentale inaliénable (sauf justice) dessus, au même titre que s'il était le parent biologique.

Bref, aucune différence avec un couple hétéro, dont en fait on est jamais sur que de la mère....

Car si on prend ce travers pour s'opposer au mariage homo, pas de problème, mais opposez-vous avec la même force à tous les cas où la filiation n'est pas directe et biologique : interdiction du don de sperme dans le cas des père stériles, interdiction des mères porteuses, interdiction du don d'ovule, interdiction de l'adoption.... car dans tous ces cas, la filiation n'est que légale, elle n'a rien de biologique.
Inscrit le 06/04/2011
3890 messages publiés
Envoyer un message privé
deusirae, le 22/01/2013 - 11:47
Pour ce qui est du lien gravé dans le marbre, en cas de couple non marié, il faut encore que le père se déclare. De plus, combien de cas de procès en filiation où on découvre que le "père" n'a rien de biologique ? Là encore, on doit trouver des cas en justice assez croustillants pour avior les mêmes arguments pour s'opposer au mariage hétéro.

quand au casse-tête juridique, justement cette loi est là pour le régler : à la naissance de l'enfant, le conjoint qui n'est pas parent biologique peut adopter l'enfant et avoir donc l'autorité parentale inaliénable (sauf justice) dessus, au même titre que s'il était le parent biologique.

Bref, aucune différence avec un couple hétéro, dont en fait on est jamais sur que de la mère....

Car si on prend ce travers pour s'opposer au mariage homo, pas de problème, mais opposez-vous avec la même force à tous les cas où la filiation n'est pas directe et biologique : interdiction du don de sperme dans le cas des père stériles, interdiction des mères porteuses, interdiction du don d'ovule, interdiction de l'adoption.... car dans tous ces cas, la filiation n'est que légale, elle n'a rien de biologique.

Donc, on est bien d 'accord, heureusement que les gens ont rué dans les brancards sinon tous ces problèmes évoqués dans cet article passaient sous le tapis.
Et ça permet de montrer les cas qui apparaissent avec le temps ( Que n ' avons nous pas entendu; que tout se passait bien dans les pays " progressistes " ! Qu 'on était des ringards , etc, etc .....)
Et là, on a du recul pour se faire une idée et que c'est pas aussi simple qu 'on voulait bien nous le faire croire.
Inscrit le 19/10/2011
859 messages publiés
Envoyer un message privé
Article homophobe, de la part d'un journal homophobe, pour des lecteurs homophobes. (cf le commentaire deusirae).
On ne parle pas des problèmes liés aux mariages homosexuels, mais à des problèmes de couples, où on fait intervenir un couple homosexuel (d'ailleurs, les mêmes problèmes pourraient se produire sans couple homo).

Un torchon comme seul le figaro en est capable.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
Envoyer un message privé
En Australie, le père rayé de l'acte de naissance
En 2001, un couple de lesbiennes avait eu une petite fille avec un donneur gay. Celui-ci avait répondu à une annonce recherchant «une figure d'oncle». Mais le couple se sépare. Toutes deux veulent les mêmes droits sur l'enfant. Comme il n'est pas possible d'inscrire trois noms de parents sur un acte de naissance, le juge décide de rayer celui du père, pour inscrire celui de l'ex-compagne de la mère. Dévasté, le quinquagénaire a appris que sa fille de dix ans n'était plus «juridiquement» la sienne.

Si les 2 femmes n'avaient pas été mariées, le juge aurait-il effacé le nom du père biologique (qui avait reconnu l'enfant puisque son nom est sur l'acte de naissance)? On peut pas juste mettre un mouchoir par dessus et faire comme si la question ne se posait pas. Biologiquement 2 hommes ou 2 femmes ne peuvent pas avoir d'enfant. Il va falloir à un moment ou un autre clarifier le statut des tiers qui vont les aider à contourner cette impossibilité.
Inscrit le 24/06/2005
910 messages publiés
Envoyer un message privé
Comme je le disais précédemment, le problème des "tiers" se pose exactement à l'identique pour les couples ne pouvant avoir d'enfants tout en étant de sexe différent. dans ce cas, c'est tout le processus "don de sperme, d'ovules, mère porteurs, FIV, adoption...." qui est à revoir, et il concerne aujourd'hui bien plus les hétéros que les homos...En France par exemple, on ne peut rayer une personne de l'acte de naissance. En Australie on le peut il semble.

On compare un état de fait sans savoir quelle est la loi locale....Au Texas on peut tuer légalement (la peine de mort existe). Si je pond un article comme quoi des fonctionnaires tue des gens en toute impunité au Texas et donc que les fonctionnaires sont des gros salops, sans préciser que la loi Texane prévoit la peine de mort et que c'est un fonctionnaire qui est chargé de l'appliquer en cas de condamnation, je fais le même genre de torchon que celui cité plus haut.

Bref, si vous voulez vous servir des enfants comme bouclier pour lutter contre cette loi, luttez en même temps contre tout ce qui peut avoir les mêmes effets dans les lois actuelles (divorce, adoption monoparentale, aides à la fécondation...) et vous vous apercevrez vite qu'en fait, vous êtes contre le mariage et les loi familiales que nous avons actuellement, puisque tous les problèmes soulevés dans le cadre des enfants pour le mariage homo existent das le cadre du mariage hétéro actuel.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
Envoyer un message privé
deusirae, le 22/01/2013 - 14:45
Comme je le disais précédemment, le problème des "tiers" se pose exactement à l'identique pour les couples ne pouvant avoir d'enfants tout en étant de sexe différent. dans ce cas, c'est tout le processus "don de sperme, d'ovules, mère porteurs, FIV, adoption...." qui est à revoir, et il concerne aujourd'hui bien plus les hétéros que les homos...En France par exemple, on ne peut rayer une personne de l'acte de naissance. En Australie on le peut il semble.

On compare un état de fait sans savoir quelle est la loi locale....Au Texas on peut tuer légalement (la peine de mort existe). Si je pond un article comme quoi des fonctionnaires tue des gens en toute impunité au Texas et donc que les fonctionnaires sont des gros salops, sans préciser que la loi Texane prévoit la peine de mort et que c'est un fonctionnaire qui est chargé de l'appliquer en cas de condamnation, je fais le même genre de torchon que celui cité plus haut.

Bref, si vous voulez vous servir des enfants comme bouclier pour lutter contre cette loi, luttez en même temps contre tout ce qui peut avoir les mêmes effets dans les lois actuelles (divorce, adoption monoparentale, aides à la fécondation...) et vous vous apercevrez vite qu'en fait, vous êtes contre le mariage et les loi familiales que nous avons actuellement, puisque tous les problèmes soulevés dans le cadre des enfants pour le mariage homo existent das le cadre du mariage hétéro actuel.

Si tu commençais par arrêter de prétendre savoir ce que je pense ? C’est pas parce qu'on se met la tête dans le sable que les difficultés vont disparaitre. Avant de se trouver devant des enfants démolis par des situations invraisemblables, il faut poser le problème et trouver des issues acceptables. Parce qu’immanquablement, s'il y a mariage, il y aura divorce et des enfants qui paient le prix fort.
Pour ceux que ca intéresse : https://www.caf.fr/s...93-CDesjeux.pdf
Inscrit le 28/08/2004
6873 messages publiés
Envoyer un message privé
Pour ce qui est du lien gravé dans le marbre, en cas de couple non marié, il faut encore que le père se déclare.


Certes, mais le lien existe, reconnu ou pas. Son non-établissement est un accident de parcours, souvent mal vécu. Pas un choix délibéré adoubé par la Loi de l'effacer.

A ce sujet, j'ai bien dit plus haut que les couples hétéros eux aussi doivent se montrer responsables. Des hétéros qui feraient n'importe quoi, je leur tiendrais le même discours.

On peut envisager un statut de beau-parent, mais cela ne résout pas le problème: pour l'enfant, il y a une origine en dehors de son cadre de vie, et pour ceux qui vivent déjà cette situation, c'est un problème. Demande aux enfants nés sous X, ils peuvent témoigner que c'est une blessure de ne pas connaître son origine. Et cela, aucune loi sur l'homoparentalité ne peut l'effacer.
De plus, combien de cas de procès en filiation où on découvre que le "père" n'a rien de biologique ? Là encore, on doit trouver des cas en justice assez croustillants pour avior les mêmes arguments pour s'opposer au mariage hétéro.


Prendre un cas où l'un a triché/délaissé sa famille ne veut pas dire que tous les couples hétéros le vivront.
Et tu démontres au passage que la filiation doit être claire et reconnue pour que les choses se passent bien.

Pour la filiation naturelle, au moins, il n'y a aucune contestation possible: deux parents précis, qui sauf cas extrêmes le resteront. Le cas des homos pose souci car ils ne pourront jamais être tous les deux les parents.
Car si on prend ce travers pour s'opposer au mariage homo, pas de problème, mais opposez-vous avec la même force à tous les cas où la filiation n'est pas directe et biologique : interdiction du don de sperme dans le cas des père stériles, interdiction des mères porteuses, interdiction du don d'ovule, interdiction de l'adoption.... car dans tous ces cas, la filiation n'est que légale, elle n'a rien de biologique.


A part l'adoption, je suis effectivement opposée à tout cela, car on joue avec la filiation de l'enfant, et on fait comme si, forcément, il allait s'en moquer. Cela en gêne certains, même on le dit peu car cela n'est pas "dans l'air du temps"...sans compter les soucis de ne pas connaître les antécédents médicaux.

La seule exception: l'adoption, qui a vocation justement à corriger un drame au départ, le statut d'orphelin. Et cela implique de donner à l'enfant une famille la plus stable et la plus ressemblante à sa famille d'origine.

Peut-on mettre un couple homo dans ce cas? La pédopsychiatrie a largement évoqué le rôle des parents, mais tout le monde s'improvise expert ces derniers temps. Quel dommage que l'idéologie passe avant la recherche du bien pour un enfant...
[message édité par Elisheva le 22/01/2013 à 15:49 ]
Inscrit le 13/10/2008
1735 messages publiés
Envoyer un message privé
Elisheva, le 22/01/2013 - 15:46

Pour ce qui est du lien gravé dans le marbre, en cas de couple non marié, il faut encore que le père se déclare.



Certes, mais le lien existe, reconnu ou pas. Son non-établissement est un accident de parcours, souvent mal vécu. Pas un choix délibéré adoubé par la Loi de l'effacer.

A ce sujet, j'ai bien dit plus haut que les couples hétéros eux aussi doivent se montrer responsables. Des hétéros qui feraient n'importe quoi, je leur tiendrais le même discours.

On peut envisager un statut de beau-parent, mais cela ne résout pas le problème: pour l'enfant, il y a une origine en dehors de son cadre de vie, et pour ceux qui vivent déjà cette situation, c'est un problème. Demande aux enfants nés sous X, ils peuvent témoigner que c'est une blessure de ne pas connaître son origine. Et cela, aucune loi sur l'homoparentalité ne peut l'effacer.
De plus, combien de cas de procès en filiation où on découvre que le "père" n'a rien de biologique ? Là encore, on doit trouver des cas en justice assez croustillants pour avior les mêmes arguments pour s'opposer au mariage hétéro.



Prendre un cas où l'un a triché/délaissé sa famille ne veut pas dire que tous les couples hétéros le vivront.
Et tu démontres au passage que la filiation doit être claire et reconnue pour que les choses se passent bien.

Pour la filiation naturelle, au moins, il n'y a aucune contestation possible: deux parents précis, qui sauf cas extrêmes le resteront. Le cas des homos pose souci car ils ne pourront jamais être tous les deux les parents.
Car si on prend ce travers pour s'opposer au mariage homo, pas de problème, mais opposez-vous avec la même force à tous les cas où la filiation n'est pas directe et biologique : interdiction du don de sperme dans le cas des père stériles, interdiction des mères porteuses, interdiction du don d'ovule, interdiction de l'adoption.... car dans tous ces cas, la filiation n'est que légale, elle n'a rien de biologique.



A part l'adoption, je suis effectivement opposée à tout cela, car on joue avec la filiation de l'enfant, et on fait comme si, forcément, il allait s'en moquer. Cela en gêne certains, même on le dit peu car cela n'est pas "dans l'air du temps"...sans compter les soucis de ne pas connaître les antécédents médicaux.

La seule exception: l'adoption, qui a vocation justement à corriger un drame au départ, le statut d'orphelin. Et cela implique de donner à l'enfant une famille la plus stable et la plus ressemblante à sa famille d'origine.

Peut-on mettre un couple homo dans ce cas? La pédopsychiatrie a largement évoqué le rôle des parents, mais tout le monde s'improvise expert ces derniers temps. Quel dommage que l'idéologie passe avant la recherche du bien pour un enfant...


Quel dommage de balancer des préjugés (c'est contre nature tout ça...) sous couvert de la protection de l'enfance.
[message édité par petitepoupee le 22/01/2013 à 16:25 ]
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Envoyer un message privé
Message supprimé par l'auteur
[message édité par zig et puce le 23/01/2013 à 00:05 ]
Inscrit le 04/11/2005
7663 messages publiés
Envoyer un message privé
Elisheva, le 22/01/2013 - 15:46
Peut-on mettre un couple homo dans ce cas?


La réponse est oui bien sur, pourquoi pas ? Il y a des couples hétéros beaucoup plus instables que des couple homos. D'ailleurs,
Elisheva, le 22/01/2013 - 15:46
La pédopsychiatrie a largement évoqué le rôle des parents,


Et a d'ailleurs statué que deux parents de même sexe, s'ils sont sains et scrupuleux, s'en sortent très bien, et l'enfant également.

Elisheva, le 22/01/2013 - 15:46
mais tout le monde s'improvise expert ces derniers temps. Quel dommage que l'idéologie passe avant la recherche du bien pour un enfant...


Là excuse moi c'est l'hôpital qui se fout de la charité... Idéologie ?? Tu es pas croyante Eli ? Ne viens tu pas ici nous expliquer la position des instances religieuses dont tu dépends ?
[message édité par FRUiT94 le 22/01/2013 à 17:12 ]
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
Envoyer un message privé
zig, le 22/01/2013 - 16:55

Si tu commençais par arrêter de prétendre savoir ce que je pense ? C'est pas parce qu'on se met la tête dans le sable que les difficultés vont disparaitre. Avant de se trouver devant des enfants démolis par des situations invraisemblables, il faut poser le problème et trouver des issues acceptables. Parce qu'immanquablement, s'il y a mariage, il y aura divorce et des enfants qui paient le prix fort.
Pour ceux que ca intéresse : https://www.caf.fr/s...93-CDesjeux.pdf



Deux réflexions :
1) Les couples homosexuels existent déjà et ils ont déjà des enfants. Il n'ont pas attendu le mariage.
Donc tous les problèmes évoqués existent déjà.
Par contre, légalement, seul l'un des membres du couple est son père (ou sa mère).
Cas concret qui se passe aujourd'hui : une homosexuelle se fait faire un gamin par un copain ou par un mec de passage. Elle déclare l'enfant né de père inconnu. Cet enfant est élevé par sa mère biologique et par la compagne de celle-ci. Au bout de 10 ans, la mère biologique meurt.
L'autre femme n'a strictement aucun droit sur l'enfant qui peut du jour au lendemain, être placée en orphelinat.
Est-ce acceptable ?

2) On peut légitimement se poser la question : est-ce qu'avoir un enfant est un droit ? Effectivement, un couple de même sexe a t'il le droit d'avoir un enfant ? Ou est-ce qu'on doit leur ouvrir des droits spécifiques pour l'adoption ou la PMA ?
Mais on peut également se poser la question pour un couple hétérosexuel stérile : en vertu de quel principe on leur accorde le droit d'avoir un enfant ?
Justement, cette question du droit à avoir un enfant est apparu depuis que les progrès médicaux permettent de palier les problèmes "naturels". Il y a désormais une revendication de la part des couples qui ne peuvent pas naturellement avoir d'enfants pour dire "nous aussi, nous avons le droit, comme les couples féconds, d'avoir un enfant".

Se poser des questions n'est pas être un infame suppot de l'homophobie. Au contraire, c'est pas rendre service aux parents homo que d'éluder des problèmes qui leur reviendront en pleine figure à un moment ou un autre. J'imagine le ramdam que ca va faire le jour ou un enfant ne sera pas confié à sa mère biologique mais à son autre mère lors d'un divorce.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Envoyer un message privé
Article du Figaro hum... Le figaro... Un journal impartial et pas du tout orienté non ?

Un article plus "sérieux" :

http://www.rue89.com/2013/01/21/douze-ans-de-mariage-gay-en-hollande-un-bilan-terrifiant-238818


edit : J'adore les interrogations des rétrogrades ici présent "ha mais attend, les couples homos ont dessoucis aussi !" Non sans blague ?
SI on refuse le droit aux couples homos d'avoir des enfants parce que "ça pourrait poser problème dans certains cas" va falloir donner aux couples hétéros un "droit d'enfanter".
Pourquoi seuls les couples hétéros auraient le droit de faire souffrir leurs enfants ?
[message édité par tass_ le 22/01/2013 à 17:29 ]
Inscrit le 06/04/2011
3890 messages publiés
Envoyer un message privé
Elro, le 22/01/2013 - 13:51
Article homophobe, de la part d'un journal homophobe, pour des lecteurs homophobes. (cf le commentaire deusirae).
On ne parle pas des problèmes liés aux mariages homosexuels, mais à des problèmes de couples, où on fait intervenir un couple homosexuel (d'ailleurs, les mêmes problèmes pourraient se produire sans couple homo).

Un torchon comme seul le figaro en est capable.

C 'est balayer d ' un revers de main les problèmes que rencontrent ces personnes croyant découvrir le paradis et qui découvrent l ' enfer.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Envoyer un message privé
dannyel, le 22/01/2013 - 17:29

Elro, le 22/01/2013 - 13:51
X


C 'est balayer d ' un revers de main les problèmes que rencontrent ces personnes croyant découvrir le paradis et qui découvrent l ' enfer.

Cite un seul soucis de ton article qui ne peut pas être transposé à un couple hétéro et on en reparle.
Inscrit le 06/04/2011
3890 messages publiés
Envoyer un message privé
deusirae, le 22/01/2013 - 14:45
Comme je le disais précédemment, le problème des "tiers" se pose exactement à l'identique pour les couples ne pouvant avoir d'enfants tout en étant de sexe différent. dans ce cas, c'est tout le processus "don de sperme, d'ovules, mère porteurs, FIV, adoption...." qui est à revoir, et il concerne aujourd'hui bien plus les hétéros que les homos...En France par exemple, on ne peut rayer une personne de l'acte de naissance. En Australie on le peut il semble.

On compare un état de fait sans savoir quelle est la loi locale....Au Texas on peut tuer légalement (la peine de mort existe). Si je pond un article comme quoi des fonctionnaires tue des gens en toute impunité au Texas et donc que les fonctionnaires sont des gros salops, sans préciser que la loi Texane prévoit la peine de mort et que c'est un fonctionnaire qui est chargé de l'appliquer en cas de condamnation, je fais le même genre de torchon que celui cité plus haut.

Bref, si vous voulez vous servir des enfants comme bouclier pour lutter contre cette loi, luttez en même temps contre tout ce qui peut avoir les mêmes effets dans les lois actuelles (divorce, adoption monoparentale, aides à la fécondation...) et vous vous apercevrez vite qu'en fait, vous êtes contre le mariage et les loi familiales que nous avons actuellement, puisque tous les problèmes soulevés dans le cadre des enfants pour le mariage homo existent das le cadre du mariage hétéro actuel.


Ah mais, quand on nous raconte que 10 pays ont adopté le mariage gay,( on ne parle pas des130 autres qui ne postulent pas; trop cons, sans doute ) personne ne met sur le tapis comment la loi a été rédigée et ce qu 'elle contient au juste.
La PS nous prend pour des blaireaux et ne prend des exemples dans les pays que quand ça l ' arrange et évite de gratter le vernis.
[message édité par dannyel le 22/01/2013 à 17:42 ]
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Envoyer un message privé
dannyel, le 22/01/2013 - 17:36

La PS nous prend pour des blaireaux et ne prend des exemples dans les pays que quand ça l ' arrange et évite de gratter le vernis.

Celui qui nous prend pour un blaireau c'est le "journaliste" du Figaro et toi qui prennent des exemples de couples homos qui ont le même comportement que des couples hétéros pour dire "bouhh regardez les homos aussi s'engueulent".
Franchement faut arrêter de nous prendre pour des cons.
Dans ce cas on enlève les enfants à tous les parents célibataires, à tous les parents violents, au QI trop faible, qui n'ont pas les bonnes idées politiques...
C'est fou ça de se dire qu'ils vaut mieux des parents hétéros violents que des parents homos respectueux.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux