Foxconn et son million de robots ouvriers : une bonne chose, en théori

Inscrit le 13/08/2002
24969 messages publiés
Envoyer un message privé
Guillaume Champeau , sujet ouvert le 02/08/2011 à 17:37
La nouvelle a fait grincer des dents, alors qu'elle devrait au contraire réjouir. Le taïwanais Foxconn, connu pour être l'assembleur des produits électroniques d'un grand nombre de grandes marques (Apple, Sony, HP, Dell, Nokia...), souhaiterait remplacer une partie de ses ouvriers par un million de robots capables de faire le même travail, pour moins cher. Alors qu'elle ne dispose actuellement que de 10 000 robots, l'entreprise qui compte 1,2 million de salariés souhaiterait atteinte le million de robots d'ici trois ans seulement.

Si l'annonce raisonne inévitablement comme un drame social annoncé pour les Chinois dont l'emploi sera supprimé, il s'agit néanmoins, en tout cas en théorie, d'une très bonne chose sur le long terme. A quoi sert en effet la technologie si ce n'est à aider l'homme à se détacher des tâches les plus pénibles et répétitives, pour se concentrer sur celles qui sont les plus gratifiantes ? Si la technologie doit être synonyme de progrès, alors c'est ce progrès social qu'il faut rechercher par la technologie.

Les robots de Foxconn seront dédiés aux tâches routinières comme la pulvérisation, la soudure et l'assemblage des produits électroniques. Autant de travaux qui rendent actuellement la tâche des ouvriers tellement ennuyeuse et pénible que l'entreprise avait fait la une des journaux en 2010, avec une vague de suicides due aux conditions de travail particulièrement rudes.

Travailler moins pour gagner plus ?

Or embaucher des armées d'ouvriers pour ralentir les cadences infernales à l'usine et éviter des licenciements massifs ne rendrait pas ce travail plus gratifiant et moins abrutissant. Ca le rendrait juste un peu moins insupportable, ce dont personne ne peut se satisfaire. C'est le travail lui-même qu'il faut supprimer, pas sa cadence qu'il faut ralentir. Si les robots peuvent y aider, c'est une excellente nouvelle. Même si elle doit provisoirement s'accompagner de drames personnels comment l'ont connu les couturiers, les assembleurs de voitures, les mineurs, etc., etc.

Le problème, c'est qu'il s'agit là de la théorie. En pratique, l'automatisation et l'informatisation qui devaient permettre à l'Homme de gagner du temps l'a au contraire accéléré. Paradoxalement, nous n'avons jamais travaillé aussi vite et jamais autant eu le sentiment de manquer de temps. C'est le principal facteur de stress dans les sociétés industrielles, où le temps libéré par les machines est devenu, non pas du temps libre, mais du temps libéré pour consommer les biens qu'il faudra produire. Refermant ainsi un cercle vicieux que l'on ne pourrait briser que si l'on acceptait enfin de mettre réellement les machines au service de l'homme, et non pas l'homme au service de machines qui doivent toujours fonctionner davantage pour être rentabilisées.

C'est là un débat presque aussi vieux que l'Homme sur la définition-même du progrès. Mais en attendant de trouver la clé, on ne peut que se féliciter que des machines puissent éviter aux Chinois de réaliser des tâches que plus personne en Europe ne souhaite réaliser, dont la pénibilité pousse au suicide.



Lire la suite
51 réponses
Inscrit le 26/07/2011
41 messages publiés
Il ne faut pas tout de suit crier au drame social . FOXCON a mauvaise reputation a cause du travail penible et inhumain.Mais la cause de cela, n'est ce pas les commandent ahurissante en composants? Cela permettra de reduire le temps de travail et d'augmenter la productivité . Les bénéfices augmenteront et si ils sont sympas chez foxconn (et pas con) ils investiront pour former les ouvriers , notament a l'entretien de ces nouveaux robots .
Et la fabrication des robots, leur installations, cela va profiter a l'économie .
In ne reste plus qu'a attendre une annonce ur l'avenir des salariés de la part de foxconn et de voir le résultat de cette robotisation .
Bien sur ceci n'est qu'une analyse sommaire basé principalement sur un plan économique et théorique.
Inscrit le 25/01/2007
2899 messages publiés
ah bah comme ca ils se suicideront passk ils auront plus de boulot.
Inscrit le 16/11/2006
147 messages publiés
Il manque les moines copistes dans ta liste... Maintenant le gros problème c'est que l'économie a toujours été présentée comme une (pseudo) science pourtant il n'y a pas besoin d'une thèse ou d'un MBA pour croiser la démographie et l'augmentation de productivité. Il est clair qu'il n'y aura pas suffisamment de travail (comprendre un salaire) pour tous.

J'ai eu l'occasion il y a plus de 10 ans de travailler sur un projet de remplacement des caisses (autrement dit on vire les caissières mais on embauche des vigiles). Avec du RFID discriminant c'était à l'époque tout à fait faisable... ça posait juste un petit problème d'image ; dans ces cas là personne ne souhaite être le premier.

Maintenant visiblement il n'y a guère de complexe...
Inscrit le 11/03/2009
3541 messages publiés
Ce qui est bien dans l'histoire à l'echelon mondial , c'est qu'à force de virer du monde à tour de bras pour ravir les actionnaires , faire monter le titre faire plus de pognon il n'y aura bientot plus personnes suffisement riche pour acheter leurs produits . Ou seuls les plus riches pourront avoir de tels objets ..foxbidule c'est un parmi des centaines . Socialement ça vas creer un monde encore plus inhumain qu'actuelement où la course aus rares emplois créera une jungle où il ne feras pas bon vivre , bref on passe du modèle pauvre, classe moyenne, riche à celle de tres tres riches et peu nombreux et plein de pauvres .c'est mondial on y court vite ,
Inscrit le 02/08/2011
1 messages publiés
Je commente peu mais là c'est vraiment une chouette analyse du sujet.
Inscrit le 11/03/2009
3541 messages publiés
dans un monde idylique où les richesses seraient plus ou moins equitablement redistribuées les milliards de robots rendraient service à l'humanité effectivement , mais l'époque actuelle de merde que nous vivons c'est tout le contraire .
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
C'est une très bonne chose.

L'être humain n'est fait que pour 4 choses :
- Créer et résoudre des problèmes
- Imaginer
- S'exprimer dans les arts
- S'exprimer socialement (difficile de remplacer un humain pour s'exprimer à d'autres humains)

Ces 4 choses, issues de notre capacité d'abstraction et de notre conscience de soi, sont les seules que jamais les machines ne pourront nous enlever. Et si elles le font, alors il faudra songer à les considérer comme des formes de vies.

Comme le dit Kad, c'est un débat vieux comme le monde (pas exactement, puisqu'il fut initié par Asimov, et Asimov n'est pas si vieux).

Utiliser des humains comme des machines est dénaturant et abrutissant. Ce n'est pas notre destinée.

Certains diront qu'il faut bien trouver du boulot aux abrutis trop arriérés pour utiliser leurs facultés humaines, je leur répondrai "sélection naturelle". L'Homme est fait pour être intelligent, c'est à dire imaginer et créer, pas pour être un robot.

La machine doit remplacer l'Homme partout où elle le pourra, c'est pour cela que nous l'avons créée.
[message édité par Goldoark le 02/08/2011 à 18:47 ]
Inscrit le 13/05/2009
310 messages publiés
Tu va un peu loin en traitant les gens d'abrutis, je pense pas qu'ils fassent ce boulot par choix, mais dans le fond je suis d'accord ça ne peut être que bénéfique sur le long terme (à court et moyen terme ça va faire très mal à la population la moins qualifié par contre).
Inscrit le 12/08/2011
1165 messages publiés
tcuvillier, le 02/08/2011 - 18:52

Tu va un peu loin en traitant les gens d'abrutis, je pense pas qu'ils fassent ce boulot par choix, mais dans le fond je suis d'accord ça ne peut être que bénéfique sur le long terme (à court et moyen terme ça va faire très mal à la population la moins qualifié par contre).


Le travail est abrutissant (soit la tâche), mais il n'est dit nul part que les gens sont des abrutis.

ze_katt, le 04/08/2011 - 22:54

deuxsauvages, le 03/08/2011 - 20:14

La famine existe pourquoi a l'heure actuelle? Serieusement?

'Nos' animaux d'elevage mangent a plus de 75 pourcents des ogm américains cultivés aux US et au Bresil (sur les terres volées aux indigenes dans les deux cas, sur la destruction de la foret amazonienne dans le second), ou dans les pays du 'tiers monde'... les cultures issues de la colonisation et fort a la mode dans les pays riches (café, chocolat, palme, bananes etc) necessitent l'expropriation de bcp de paysans qui produisaient pour l'autosuffisance.

Parce qu'avant la famine n'existait pas?


Si, la famine existait, mais si le gaspillage n'était pas aussi important à cause de l'argent à l'heure actuelle, ça comblerait déjà une partie des estomacs de la planète. Matériellement, nourrir tout le monde c'est faisable. Déjà rien que supprimer les champs de tabac pour y faire pousser de la bouffe ça serait déjà pas mal (le tabac ne se mange pas et c'est pas vraiment très utile niveau survie et nutritionnel). Mais bon c'est trop idéaliste à mon avis.
[message édité par Bretwalda le 04/11/2011 à 09:28 ]
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 02/08/2011 à 19:00
S'il veulent de la main d’½uvre qualifiée pour faire marcher leur robots ca les obligera a investir dans des écoles c'est déjà pas si mal. Puis le temps d'apprendre comment ca marche, les gosses seront pas a l'usine avant de savoir marcher. Ce qui sera pas si mal non plus.
Inscrit le 09/02/2009
872 messages publiés
U. Des meilleurs articles que j ai lu sur numerama !!! Chapeau !
Inscrit le 13/08/2002
24969 messages publiés
horizon, le 02/08/2011 - 19:05
U. Des meilleurs articles que j ai lu sur numerama !!! Chapeau !


Merci
Inscrit le 10/07/2008
3473 messages publiés
En route pour la "société de 20/80" où 20% des gens suffisent à produire l'intégralité des biens nécessaires aux 100%. Nous avons déjà le "Tittytainment" cher à Brzezinski, avec la StarAc et Emma Leprince. Il nous reste à l'expliquer aux chômeurs.

http://fr.wikipedia....i/Tittytainment

Oh! On dirait que la polémique fait rage.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 02/08/2011 à 20:39
dpara, le 02/08/2011 - 20:21

Ce qui va se passer, c'est simple: Foxcon va installer son million de robots, licencier aussi sec 1 million d'employés, les 200000 restants étant suffisant pour faire tourner l'usine.
Les coût de productions baissant, Foxcon va augmenter son bénéfice. Apple voyant ça va renégocier ses accords à la baisse, et donc engranger encore plus de bénéfices.
Le million d'employés laissés pour compte vont sombrer dans la misère et crever de faim, ce qui ne manquera pas de laisser indifférent tous les acheteurs des produits Apple.
On est dans un monde où le capitalisme à outrance transforme ce qui aurait pu être un bien pour les pauvres gens en un enrichissement d'une élite!

Si on suit cette logique la, on devrait détruire tous les fen dans les entreprises et recommencer a porter les colis a la main. Ou remplacer les moissonneuses batteuses par des faucheuses a l'ancienne. Dans l'absolu c'est pas une mauvaise chose que les travaux abrutissants et pénibles soient faits par des machines. Faut trouver un équilibre.
Inscrit le 10/07/2008
3473 messages publiés
ze_katt, le 02/08/2011 - 20:39
Dans l'absolu c'est pas une mauvaise chose que les travaux abrutissants et pénibles soient faits par des machines.


Bien entendu. Sinon, ça serait remettre en cause toute notre notion de "progrès". Nous somme certainement plusieurs ici, comme fbattail, à avoir mis des gens aux chômage. Même si je ne faisais qu'exécuter une commande client, je ne pouvais m'empêcher dans ces moments là, de me regarder comme l'exécuteur des basses-oeuvres. Ca n'est pas rigolo d'être en face des gens que notre système va mettre à la rue, et nous savons parfaitement qu'ils ne se reconvertiront pas tous en ingénieurs robotique, ni même en techniciens de maintenance.

Hélas, la société s'est toujours refusé à en envisager les conséquences. Je pense fermement que les dirigeants qui nous bercent de "réduction du chômage" et autres berceuses le savent pertinemment, et que les prestations sociales jouent et joueront un rôle de plus en plus important. En clair, il faut accepter de payer des gens à rien faire. Sauf que primo, les libéraux sont pas d'accord; et secondo, on n'aura bientôt plus les moyens.
Inscrit le 17/02/2010
1205 messages publiés
Le systeme économique actuel n'a qu'un seul et unique objectif, accumuler des benefices, a n'impote quel prix. Au prix de suicides d'employés s'il le faut. Que vous soyez en Chine, aux States, en France, c'est a l'indentique. L'avenir de nos chinois semble tout tracé.

Une certaine partie de la population semble deja avoir compris la position a prendre face a ce systeme de la consommation, mais l'autre vie encore dans le reve "Americain".

Ce que je vois est une abomination, une honte apres tant d'années d'évolution. Il est temps de réagir car le systeme est deja passé a l'étape suivante, le controle de la population.
Inscrit le 24/02/2009
366 messages publiés
Dans l'absolu ce devrait être une très bonne nouvelle : si le travail était une tâche exécutée uniquement par des robots (y compris le travail de maintenance et de création des robots), alors l'économie serait profondément modifiée. Les gens ne touchant plus de salaires, et la production ne coûtant plus en main d'oeuvre, il faudrait complètement repenser le rapport à l'argent, voire la notion même d'argent. Idem pour le travail qui ne serait que facultatif.

Seulement il risque d'y avoir une grande période transitoire entre l'état actuel et la suppression totale du travail : dans un premier temps, seul le travail manuel sera supprimé, les tâches intellectuelles nécessiteront encore une intervention humaine, et par conséquent on se retrouvera avec des millions de chômeurs qu'on parquera un peu partout dans des emplois bas de gamme où l'utilisation d'un robot est encore trop coûteuse, ou son utilisation non-désirée (services à la personne par exemple). D'un côté on fournira des aides à ces gens, de l'autre on les blâmera de ne pas travailler, car ceux qui auront encore un travail n'auront pas encore changé de mode de pensée et verront encore le travail comme le seul moyen de mériter de vivre.

Ensuite, quand viendra le temps où les robots pourront résoudre des problèmes qui nécessitent habituellement une intervention humaine (ce qui sera sûrement rendu possible, en partie grâce aux travaux de recherche actuels qui étudient la possibilité de manipuler l'information sous forme sémantique et non syntaxique grâce à des ordinateurs), à ce moment la situation va sérieusement s'aggraver. Alors il y aura probablement deux possibilités qui vont se présenter : soit on admet pleinement l'utilisation des robots et on supprime le travail, soit on supprime les robots pour rétablir pleinement le travail. Seulement la première option est tellement en contradiction avec notre façon de penser (imaginez un monde où il ne faut pas travailler pour gagner sa vie et pour s'acheter des produits, comment discriminer les riches et les pauvres ?) que j'imagine que c'est la seconde qui s'imposera. Les "remplacés" réclameront du travail car les aides du chômage ne leur permettront pas de survivre, tandis que les "travailleurs" réclameront du travail pour les "remplacés" afin de ne pas financer les aides qui leur permettent de survivre sans travailler.

C'est tout le débat : faut-il y voir un drame social ou bien une transition vers une nouvelle conception du travail ?
Inscrit le 19/03/2006
331 messages publiés
Même si elle doit provisoirement s'accompagner de drames personnels comment l'ont connu les couturiers, les assembleurs de voitures, les mineurs, etc., etc.

Ce n'est un drame que parce que le système actuel fait que c'est un drame. Il faut le changer.

Le travail humain n’est pas un but, mais un moyen : il permet de surmonter les obstacles à la satisfaction des besoins. Regretter la trop grande facilité avec laquelle les obstacles sont franchis (car alors il y a moins de travail pour y parvenir), c’est vouloir combattre le but pour préserver le moyen.

Les humains doivent recevoir le salaire des robots !
Dividende Universel : un enjeu majeur de société

En plus, le débat sur le droit d'auteur est très lié : L'abondance contre l'économie .
[message édité par rom1v le 02/08/2011 à 22:04 ]
Inscrit le 13/08/2002
374 messages publiés
Il faudrait surtout réapprendre aux gens la patience et le respect des cycles de vie...
Accepter le fait que la nature, y compris l'Homme, se construit lentement.
Tout est anti-naturel aujourd'hui dans notre mode de vie.
Tout vouloir toujours plus vite, à n'importe quelle saison.
Travailler sans relâche, au détriment de la vie sociale pourtant ultra nécessaire à l'Homme.
Pas grave, la nature nous rattrapera de toutes façons, et on ne pourra contempler que nos regrets.
Inscrit le 02/08/2011
7 messages publiés
Il va nous falloir lancer un jihad Butlerien bientôt !
Inscrit le 14/07/2004
7836 messages publiés
flob (Modérateur(rice)) le 02/08/2011 à 21:50
groumpf, le 02/08/2011 - 21:37

Il va nous falloir lancer un jihad Butlerien bientôt !
+1
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 02/08/2011 à 21:44
/dev/tty, le 02/08/2011 - 21:01

Hélas, la société s'est toujours refusé à en envisager les conséquences. Je pense fermement que les dirigeants qui nous bercent de "réduction du chômage" et autres berceuses le savent pertinemment, et que les prestations sociales jouent et joueront un rôle de plus en plus important. En clair, il faut accepter de payer des gens à rien faire. Sauf que primo, les libéraux sont pas d'accord; et secondo, on n'aura bientôt plus les moyens.

Mouais, c'est pas sur que la société dans son ensemble s'appauvrisse. même s'il y a de nombreuses raisons de râler, on est quand même globalement plus riche que nos (grands) parents.

Pomination, le 02/08/2011 - 21:21

Il faudrait surtout réapprendre aux gens la patience et le respect des cycles de vie...
Accepter le fait que la nature, y compris l'Homme, se construit lentement.
Tout est anti-naturel aujourd'hui dans notre mode de vie.
Tout vouloir toujours plus vite, à n'importe quelle saison.
Travailler sans relâche, au détriment de la vie sociale pourtant ultra nécessaire à l'Homme.
Pas grave, la nature nous rattrapera de toutes façons, et on ne pourra contempler que nos regrets.

Tu veux dire recommencer à vivre comme au néolithique?
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 02/08/2011 à 22:21
Tu veux dire élever des enfant pour qu'il pensent comme des machines, si besoin a l'aide de drogues?
Inscrit le 13/08/2002
374 messages publiés
Non, je ne renie pas la progrès (à ne pas confondre avec l'innovation) et non je ne souhaite pas retourner au néolithique.
Je dis juste que la course au temps c'est tout sauf naturel.
Travailler de façon solitaire et de façon spécialisée c'est pas naturel non plus.
Notre mode de vie actuel est usant au sens littéral.
Il use l'homme et la nature. C'est donc cela le progrès ?
Inscrit le 27/06/2008
707 messages publiés
Très bon article en effet.

En fait, la robotisation, c'est vieux comme le monde. Si l'on admet que les robots - des êtres non vivants - sont nos esclaves, et si on remplace "robot" ou "traitement automatisé", "automation" ou tout ce que l'on veut dans ce style par "esclave", on se rendra compte que l'on retombera sur des sociétés qui marchaient... du moins pour ceux qui n'étaient pas réduits au statut d'esclave (exemple : les propriétaires blancs aux Antilles).

Si l'esclavage humain (et j'y compte aussi tout travail qui n'épanouit pas le travailleur, que ce dernier n'accomplit que pour tenter de gagner de quoi vivre) est une abomination, je vois au contraire d'un très bon oeil l'esclavage des machines à notre service.

"Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le communisme, c'est exactement l'inverse"
- Woody Allen.

Comme quoi, suffit de sortir l'humain du coté exploité de l'équation et on devrait faire un pas de géant vers davantage de justice sociale.

P.S. : Kad, hier, j'ai bénéficié d'une journée de vacances (merci les congés payés, liés directement au progrès technique). J'en ai profité pour me rendre à pied dans une réserve naturelle proche de chez moi, ou j'aime me ressourcer. Son accès est gratuit. Preuve est faite que le temps libéré par le progrès technique ne sert pas qu'à consommer plus (la vision du travailler plus pour passer le restant de sa vie au centre commercial, je la laisse à d'autres que j'espère ne plus voir à leur poste dès début mai 2012...)
Inscrit le 11/07/2011
99 messages publiés
ze_katt, le 02/08/2011 - 21:44
/dev/tty, le 02/08/2011 - 21:01

Hélas, la société s'est toujours refusé à en envisager les conséquences. Je pense fermement que les dirigeants qui nous bercent de "réduction du chômage" et autres berceuses le savent pertinemment, et que les prestations sociales jouent et joueront un rôle de plus en plus important. En clair, il faut accepter de payer des gens à rien faire. Sauf que primo, les libéraux sont pas d'accord; et secondo, on n'aura bientôt plus les moyens.

Mouais, c'est pas sur que la société dans son ensemble s'appauvrisse. même s'il y a de nombreuses raisons de râler, on est quand même globalement plus riche que nos (grands) parents.


Economiquement je sais pas, juste on délocalise la misere, en transformant des paysans qui en general vivent correctement et dignement en prolétaires pour fabriquer nos merdes.

Donc effectivement dans certains endroits on est plus riches que nos grands parents.
Et alors?

La richesse économique au prix de la misere sociale est ce que ca vaut le coup?
Je sais pas. Mais c'est etonnant dans les pays pauvres les gens sont plus acceuillants et moins radins qu'ici...

Va comprendre


Pomination, le 02/08/2011 - 21:21

Il faudrait surtout réapprendre aux gens la patience et le respect des cycles de vie...
Accepter le fait que la nature, y compris l'Homme, se construit lentement.
Tout est anti-naturel aujourd'hui dans notre mode de vie.
Tout vouloir toujours plus vite, à n'importe quelle saison.
Travailler sans relâche, au détriment de la vie sociale pourtant ultra nécessaire à l'Homme.
Pas grave, la nature nous rattrapera de toutes façons, et on ne pourra contempler que nos regrets.

Tu veux dire recommencer à vivre comme au néolithique?


Y'a une difference entre le néolithique (qui etait pas forcement si mal, age de pierre age d'abondance dit on!) et ralentir un peu la machine qui va de l'avant pour aller de l'avant, en broyant sur son passage de l'humain et la terre (on est en train de detruire les sols europeens et meme les sols de la terre entiere avec l'agriculture industrielle, ou plutot c'est deja fait: en europe les sols sont morts, voir les travaux de claude & lydia bourguignon par exemple...


Et a aller toujours plus vite on a moins de temps par ce qu'on apprend pas a vivre dans l'instant présent.

Est ce que 80 ans a fond a courrir et vivre dans un monde fliqué et stressant c'est qualitativement mieux que 50 ans peinard en prennant le temps de vivre, de sentir et d'exister dans un monde vivable pour les generations futures et dans un contexte de vie qui a un sens sur le plan metaphysique et vis a vis de l''homme et la terre'?

Je pense pas mais personnellement je n'ai pas trop gout en la société de la consommation de masse. Je trouve ca plus chiant qu'autre chose les smartphones, l'obscolescence programmé, l'aliénation et la bouffe industrielle...
Inscrit le 19/03/2006
331 messages publiés
deuxsauvages, le 03/08/2011 - 00:08
ralentir un peu la machine qui va de l'avant pour aller de l'avant, en broyant sur son passage de l'humain et la terre […]

Et a aller toujours plus vite on a moins de temps par ce qu'on apprend pas a vivre dans l'instant présent.

Et surtout il faut sortir de la schizophrénie du système actuel :
- il faut travailler pour satisfaire les besoins
- il faut créer de nouveaux besoins pour avoir du travail

C'est stupide ! D'un côté on tente de gagner en efficacité, de l'autre il faut casser cette efficacité (par exemple par l'obsolescence programmée, regardez "Prêt à jeter" diffusé sur Arte) afin de garder suffisamment d'obstacles pour que tout le monde ait un emploi.

Dans ces conditions, on ne peut pas dire que travailler ne sert qu'à satisfaire les besoins, et que si on travaillait moins on reviendrait à l'âge de pierre… C'est faux. On est capable d'effectuer beaucoup plus de travail en 5 heures aujourd'hui qu'en 100 heures il y a un siècle (augmentation de la productivité

Quand on entend le PS proposer de créer 300000 emplois en gros "pour rendre service", on croit rêver : on les ferait creuser des trous pour les reboucher que ça ne gênerait personne…
L'UMP c'est pire, ils veulent carrément les faire travailler sans revenu.

Sans même parler de la redistribution des richesses de la population vers les banques, par le mécanisme inique de la création monétaire…
[message édité par rom1v le 03/08/2011 à 00:28 ]
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 03/08/2011 à 13:32
deuxsauvages, le 03/08/2011 - 00:08

Est ce que 80 ans a fond a courrir et vivre dans un monde fliqué et stressant c'est qualitativement mieux que 50 ans peinard en prennant le temps de vivre, de sentir et d'exister dans un monde vivable pour les generations futures et dans un contexte de vie qui a un sens sur le plan metaphysique et vis a vis de l''homme et la terre'?

Est ce qu'une femme qui a un enfant par an, en perd la moitié avant l'age de deux ans et meurt de vieillesse avant d'avoir 30 ans profite de la vie ?
Inscrit le 26/01/2006
46 messages publiés
Mouais autant je trouve ça très bien que des boulots les plus pénibles physiquement disparaissent grâce au progrès, autant quand on voit comment le progrès a été exploité par les grandes industries et par l'oligarchie depuis 100 ans, je ne me fais aucune illusion sur l'avenir et sur le "progrès social sur le plus long terme" sans gros bouleversement...
[message édité par Gimmygimmycheak le 03/08/2011 à 00:29 ]
Inscrit le 03/04/2009
962 messages publiés
En dehors de toutes considerations "philosophiques" ce qui est surtout inquiétant c'est que même des "semi esclaves" qui font 240h/mois pour environs 350$ sont, aux yeux de certains, encore trop couteux ... Cela vous laisse imaginer ce qu'ils comptent faire du "droit du travail", la ou il existe encore ...
Ne vous inquietez pas, "ces gens la" ont de grands projets pour nous ...
[message édité par Silver974 le 03/08/2011 à 05:46 ]
Inscrit le 05/04/2011
1712 messages publiés
Ah la la ! Encore l'analyse purement comptable : une machine en plus = un homme en moins. Le même discours qu'on nous sert avec le piratage (un titre piraté, c'est un titre vendu de moins).
Si tout était aussi simple, nous n'aurions pas inventé les ordinateurs et nous ferions encore tout à la main. Un bon moyen de résorber le chômage.
Mais un robot, il faut le concevoir, le construire, le programmer, le réparer. Les ouvriers qui construisaient assemblaient les pièces, assembleront et répareront les robots !!!
Et un homme n'est pas cantonné à être cantonnier toute sa vie. Il peut évoluer, apprendre un autre métier. Seul celui qui refuse de s'adapter au changement finit par disparaître...
Inscrit le 03/04/2009
962 messages publiés
ccomp, le 03/08/2011 - 08:04
Ah la la ! Encore l'analyse purement comptable : une machine en plus = un homme en moins. Le même discours qu'on nous sert avec le piratage (un titre piraté, c'est un titre vendu de moins).
Si tout était aussi simple, nous n'aurions pas inventé les ordinateurs et nous ferions encore tout à la main. Un bon moyen de résorber le chômage.
Mais un robot, il faut le concevoir, le construire, le programmer, le réparer. Les ouvriers qui construisaient assemblaient les pièces, assembleront et répareront les robots !!!
Et un homme n'est pas cantonné à être cantonnier toute sa vie. Il peut évoluer, apprendre un autre métier. Seul celui qui refuse de s'adapter au changement finit par disparaître...


Oui, bien sur, on nous a servit le même discours en "occident" il y a une vingtaine d'années ... On cherche encore ces "nvx emplois de substitutions", mais il n'y a pas a aller tres loin pour trouver les chomeurs ...
Inscrit le 11/07/2011
99 messages publiés
En dehors de toutes considerations "philosophiques" ce qui est surtout inquiétant c'est que même des "semi esclaves" qui font 240h/mois pour environs 350$ sont, aux yeux de certains, encore trop couteux ... Cela vous laisse imaginer ce qu'ils comptent faire du "droit du travail", la ou il existe encore ...
Ne vous inquietez pas, "ces gens la" ont de grands projets pour nous ...


350 dollars tu reves...

En Slovakie le smic est a a peine plus de 150 euros (ceux qui assemblent les machines a laver laden par exemple) en chine et en inde y'a des boulots entre 1 et 3 dollars la journée... (mines, chaine en usine, etc)...
Inscrit le 01/08/2011
50 messages publiés
La nouvelle a fait grincer des dents, alors qu'elle devrait au contraire réjouir.

Il faudrait se réjouir de quoi ?
Inscrit le 21/01/2010
348 messages publiés
ccomp, le 03/08/2011 - 08:04
Ah la la ! Encore l'analyse purement comptable : une machine en plus = un homme en moins. Le même discours qu'on nous sert avec le piratage (un titre piraté, c'est un titre vendu de moins).
Si tout était aussi simple, nous n'aurions pas inventé les ordinateurs et nous ferions encore tout à la main. Un bon moyen de résorber le chômage.
Mais un robot, il faut le concevoir, le construire, le programmer, le réparer. Les ouvriers qui construisaient assemblaient les pièces, assembleront et répareront les robots !!!
Et un homme n'est pas cantonné à être cantonnier toute sa vie. Il peut évoluer, apprendre un autre métier. Seul celui qui refuse de s'adapter au changement finit par disparaître...

C'est vrai qu'il faut construire le robot, mais un robot, ça ne s'use pas vite. Sachant qu'un robot remplace facilement une vingtaine d'ouvriers (rapidité, travail jour et nuit), et qu'il suffit d'un ouvrier pour contrôler 10 robots, le calcul semble simple.
C'est le progrès qu'ils disent, ouvriers coûtent chers => robots => usines coûtent chers => délocalisation => ouvriers chinois coûtent chers => robots => ... c'est quoi la suite, actionnaires coûtent chers => zéro dividendes => patrons coûtent chers => au smic
Faudra peut être qu'un jour nos grands manitous comprennent que c'est le travail qui crée la richesse d'un pays. Pourquoi la chine a t elle un tel essor ? Parce qu'ils font le travail qu'on ne fait plus, et c'est pour ça que notre économie se casse la gueule.
Les services sont la clef qu'ils disent, services aux chômeurs ? Payé par qui ? Avec quoi ?
Nous, on est intelligent, on conçoit, ils fabriquent, et on garde le pognon.
Eux, ils sont bêtes, ils conçoivent, on duplique, on fabrique, on améliore et on garde le pognon et demain on concevra, on fabriquera et on leur vendra.

Alors certes, le boulot d'ouvrier n'est pas forcément d'un grand intérêt mais dans les usines en France, c'est pas non plus de l'esclavage, faut arrêter de dire n'importe quoi.
[message édité par barbapoux le 03/08/2011 à 12:06 ]
barbapoux, le 03/08/2011 - 12:05
C'est vrai qu'il faut construire le robot, mais un robot, ça ne s'use pas vite. Sachant qu'un robot remplace facilement une vingtaine d'ouvriers (rapidité, travail jour et nuit), et qu'il suffit d'un ouvrier pour contrôler 10 robots, le calcul semble simple.

Sauf qu'un robot coûte plus cher qu'un humain mal payé... sinon on n'aurait pas délocalisé, on aurait utilisé des robots.
Si les pays vers lesquels on a délocalisé se mettent aux robots, c'est que la main d'oeuvre commence à couter trop cher, et donc nous n'aurons bientôt plus l'utilité de délocaliser.
Inscrit le 11/07/2011
99 messages publiés
Oui bien sur, avant la société de consommation les gens mourraient a 30 ans...

Tout comme maintenant les paysans qui sont encore paysans en amerique du sud ils crevent de faim et meurent tous..

Faut pas croire tout ce qu'on t'a dit a l'école hein, c'était de l'idéologie...

Perdre un enfant sur deux avant la fin de l'alaitement j'y croit pas trop, avec un minimum d'hygiene et une alimentation saine y'a pas vraiment de raison - et en mangeant végétarien sauf zones de montagnes, y'a largement moyen d'avoir une alimentation saine pour tou-te-s sur terre...
deuxsauvages, le 03/08/2011 - 17:09

Oui bien sur, avant la société de consommation les gens mourraient a 30 ans...

Je pense que ze_katt mettait plutôt en valeur l'aspect complètement caricatural des "80 ans à courir, etc"
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 03/08/2011 à 17:55
Ben c'est bien, je viens d'apprendre que la famine n'existe pas.

Sérieusement, en 1950 un enfant sur 4 n’atteignait pas l'age de 5 ans en Afrique aujourd'hui une femme sur 16 meurt en couches, mais bon tant qu'on mange végétarien.
Inscrit le 11/07/2011
99 messages publiés
La famine existe pourquoi a l'heure actuelle? Serieusement?

'Nos' animaux d'elevage mangent a plus de 75 pourcents des ogm américains cultivés aux US et au Bresil (sur les terres volées aux indigenes dans les deux cas, sur la destruction de la foret amazonienne dans le second), ou dans les pays du 'tiers monde'... les cultures issues de la colonisation et fort a la mode dans les pays riches (café, chocolat, palme, bananes etc) necessitent l'expropriation de bcp de paysans qui produisaient pour l'autosuffisance.

Si on mangeait végétariens, de fait on aurait de quoi nourrir l'humanité largement: il faut 8 proteines vegetales pour creer une proteine animale (boeuf) et 4 pour les petits animaux. Hors avant la viande c'etait un luxe reservé aux riches, ou un truc des gens des montagnes, ou un truc de repas de fete. Maintenant c'est la norme (chaque jour sa viande) en occident, american way of life oblige...

C'est la speculation sur les matieres premieres & la consommation de viande de l'occident qui crée les famines, pas le manque de ces dites manieres premieres...

Par contre vu que les sols sont en train de mourrir sous la chimie, peut etre que dans quelques decenies la famines ne sera pas qu'un outil économique, quoi qu'il restera les steppes a coloniser - et les gros groupes agro industriels rachettent deja des miliers d'hectares dans le monde...

Quant a la mortalité, en dehors de la medecine y'a deja l'hygiene qui fait beaucoup (voir par exemple Nemesis medicale, d'illich, si le sujet t'interesse) - avec des petites maternité de campagne et une bonne preparation a la naissance, et eventuellement de l'oxitocine, tu réduis déjà bien les risques...

Apres faut voir aussi si on est totalement contre ou pas la selection naturelle: un enfant pas viable, on le fout dans une machine pour le forcer a vivre pendant des mois? Pourquoi pas. Apres il risque de passer toute sa vie dans les mains de la medecine. C'est douloureux d'etre acceuilli dans le monde par des tuyaux, du plastique et la douleur des machines, et ca forme un rapport au monde (je dis ca par expérience..)

Enfin, dans tous les cas c'est ainsi, on est là ou on est, et le monde entier travaille comme des chiens pour qu'on puisse glander dans notre bourgeoisie du monde, fliquée et chiante a mourrir, ou faire les touristes partout.

Tant qu'on peut consommer du petrole, de la camelotte electronique et croire que on s'en fout, on est pas responsable de la destruction ecologique en cours par ce que "c'est la faute a sarko" ou aux industriels (tellement confortable!)... on pourra toujours dire "le jour ou ca saute, ca s'ra pas de notre faute"...

Tient, dans le theme de la discution "Pret a Jeter" qui est passé sur arté il y a qqes temps est assez interessant, sur la production des dechets et le cycle ('recyclage' a la main par les gamins en afrique et reintroduction des matieres premieres dans les 'economies' des pays 'developpees').

Mais tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, puisqu'avant c'était l'horreur ma p'tite dame.

Suffit d'aller parler avec des vieux dans les montagnes qui ont encore des souvenirs pour comprendre que oui c'etait dur, mais y'avait une dignité, et peut etre bien que c'est la vie dure et le grand air qui leur a permis d'arriver a cet age en bon etat...

(Sans parler des erreurs agronomiques comme le labour ou le surpaturage qui ont transformé le croissant fertile en desert, en pratiquant l'agriculture naturelle (fukuoka) on pourrait nourrir tout le monde assez facilement... et avoir de l'autonomie et du temps libre!)
[message édité par deuxsauvages le 03/08/2011 à 20:17 ]
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 04/08/2011 à 22:54
deuxsauvages, le 03/08/2011 - 20:14

La famine existe pourquoi a l'heure actuelle? Serieusement?

'Nos' animaux d'elevage mangent a plus de 75 pourcents des ogm américains cultivés aux US et au Bresil (sur les terres volées aux indigenes dans les deux cas, sur la destruction de la foret amazonienne dans le second), ou dans les pays du 'tiers monde'... les cultures issues de la colonisation et fort a la mode dans les pays riches (café, chocolat, palme, bananes etc) necessitent l'expropriation de bcp de paysans qui produisaient pour l'autosuffisance.

Parce qu'avant la famine n'existait pas?

Bismarck, le 04/08/2011 - 12:37

La suppression de ces tâches ingrates ne conduit pas à libérer l'homme, il conduit à exclure les plus faibles. On n'a pas besoin d'un pays avec 95% d'ingénieurs. On a surtout besoin de travail pour tous : donc oui il faut des caissières de supermarché, oui il faut des pompistes, oui il faut des conducteurs de métro, ... Tous ces emplois qui tendent à être supprimés (c'est déjà fait pour les pompistes du moins en France) mais dont ceux qui tenaient ces emplois ne sont pas recasés.

A condition qu'ils bossent pas 10 heures par jour 7 jour par semaine.
Inscrit le 11/05/2011
263 messages publiés
Il n'existe, à priori, que deux réponses (à l'échelle de la planète) à ce que l'humanité est en train de s'infliger (bon d'accord une toute petite partie de l'humanité l'inflige au reste...) : le conflit armé et/ou la pandémie.

C'est la nature même de nos rapports entre humains qu'il faut revisiter pour éviter de perdre la moitié de la population mondiale en route.
La course éperdue au profit conduit à la mise au rebut d'une partie des individus de cette planète.
Dans le même temps, les échangent (déplacements physiques) à l'échelle du globe se font de plus en plus rapidement.
Si le niveau de misère global (artificiellement minoré dans nos sociétés occidentales pour des questions bassement politiques) continue sa progression, nous allons nous retrouver avec de plus en plus de gens dans la misère qui n'auront plus de quoi maintenir un niveau de vie acceptable et seront la proie facile à toute une série de maladies plus ou moins curables qui ne demanderont qu'à se répandre.
Parallèlement, la misère conduit généralement à la révolte. N'ayant plus rien à perdre de toute façon, pourquoi ne pas partir "en beauté" (l'histoire vient de nous le rappeler il n'y a pas si longtemps).

Sans remise en question (et en perspective) de nos actes et surtout de nos habitudes, le progrès ne mènera qu'à la ruine.
Il est amusant de noter d'ailleurs qu'on parle de travail de nos jours quand on sait qu'à l'origine il s'agissait des douleurs de l'enfantement ou de torture ! (source lexilogos)
L'opposition qui est faite en l'Homme et la Machine ne sert qu'à entretenir un système (économique, humain, moral) qui est de plus en plus dépassé.
A l'heure où les machines peuvent manufacturer nos biens avec plus d'efficacité et moins de souffrances que nous, il semble logique que l'Humain se détache progressivement de cette voie et que le "travail" cesse d'être une obligation et une source de souffrance et devienne une envie véritable source d'épanouissement personnel et collectif.

Même si cette vision ressemble à une utopie je crois sincèrement qu'elle a une chance de fonctionner de bien meilleure façon et pour tout le monde que cette société dans laquelle nous vivons.

La seule contrainte pour que ça fonctionne c'est que chacun s'astreigne à faire preuve de raison et c'est, curieusement, une des choses qui semble manquer le plus ces dernières années.
Inscrit le 12/06/2009
367 messages publiés
Sauf que quand on connait les conditions de vie en Chine (la plupart de ces "esclaves" venant des régions paysannes reculées), ils ne crachent sur le travail pénible et harassant. Sans efforts sur le capital humain, le risque est immense de voir plonger dans le pauvreté la plus totale des millions de familles. Et on l'aura, notre société du progrès...

Encore que là, l'automatisation est possible pour les profits de l'entreprise puisque c'est un secteur industriel porté sur l'exportation. Ils n'ont pas de soucis à se faire, vu les coûts, par rapport à la demande. J'espère simplement que ce genre de mesure permettra vraiment aux Chinois de se poser des questions sur leur modèle social et agir en conséquence.
Inscrit le 01/08/2011
50 messages publiés
A quoi sert en effet la technologie si ce n'est à aider l'homme à se détacher des tâches les plus pénibles et répétitives, pour se concentrer sur celles qui sont les plus gratifiantes ?

Vous en êtes encore à ce vieux poncif ?

Oui à la technologie pour aider l'homme. Non à la technologie pour remplacer l'homme.

La mécanisation à outrance a conduit à supprimer des emplois non qualifiés pour les remplacer par des robots ou des automates. Pour que l'homme se concentre sur des tâches plus gratifiantes. En oubliant simplement un paramètre : il y a des gens qui ne veulent pas (ou qui le plus souvent ne peuvent pas) effectuer des tâches un peu complexes.

La suppression de ces tâches ingrates ne conduit pas à libérer l'homme, il conduit à exclure les plus faibles. On n'a pas besoin d'un pays avec 95% d'ingénieurs. On a surtout besoin de travail pour tous : donc oui il faut des caissières de supermarché, oui il faut des pompistes, oui il faut des conducteurs de métro, ... Tous ces emplois qui tendent à être supprimés (c'est déjà fait pour les pompistes du moins en France) mais dont ceux qui tenaient ces emplois ne sont pas recasés.
Inscrit le 24/02/2009
366 messages publiés
On a surtout besoin de travail pour tous


Non, justement.

On n'a absolument pas besoin d'un travail pour tous, si un travail peut être effectué par un robot, on n'a pas besoin de mettre un humain à la place pour que cette personne puisse gagner sa vie. Il faut repenser notre rapport au travail : imagine que du jour au lendemain on puisse remplacer tous les travailleurs par des robots, et que plus personne n'ait besoin de travailler (pour toutes les tâches quelles qu'elles soient, imaginons), faudrait-il s'en priver pour que chacun ait un travail ? Si les robots se mettaient à remplacer tout le monde, serions nous tous pauvres et sans salaires ? Non, nous repenserions totalement notre conception du travail et notre rapport à l'argent, il n'y aurait plus besoin de travailler pour vivre convenablement. Maintenant, mettons que cette transition prenne plus de temps, qu'elle ne se fasse pas du jour au lendemain et que les postes non-qualifiés soient les premiers remplacés, faudrait-il alors s'opposer à cette transition, ou bien la préparer de la manière la plus douce possible ?
Inscrit le 04/08/2011
2 messages publiés
bonjours.
d habitude je ne poste jamais mais la j'avoue que l'article est les commentaire sont vraiment très très intéressent et pertinent pour certains...vraiment merci pour se débat que je suit depuis le portugal merci de vos point de vue!! bonne vacance a toutes et a tous!++
Inscrit le 04/11/2011
2 messages publiés
Cette évolution vient confirmer la nécessité du nouveau concept social appelé Économie Basée sur les Ressources et développé chaque jour par des milliers de personnes au sein du Projet Venus.
Inscrit le 04/11/2011
2 messages publiés
doublon
[message édité par Nikopol_Derechkova le 04/11/2011 à 01:01 ]
Inscrit le 23/08/2010
17 messages publiés
C'est surtout un faux débat (je parle de l'article). Le problème n'est pas tant un problème de vitesse, de machines qui libèrent les hommes de tâches répétitives ou au contraire les asservissent encore plus. Le problème est la base de notre marché, qui entend toujours plus produire de richesses, qui se base sur une artificielle rareté pour augmenter les prix,et qui s'enferme dans un cycle de consommation de plus en plus effreiné. On produit des machines conçues pour ne pas durer plus de quelques années, irréparables, à remplacer rapidement. Au lieu de produire des machines durables. On ne peut plus remplacer des pièces d'usure de nos machines à laver (les roulements), parce que la cuve n'est plus démontable (!). Il faudrait produire moins, produire durablement, nous n'aurions plus à acheter que deux machines à laver de notre vivant, et pas une tous les 4 ou 5 ans. L'économie devrait être pensée au service de la société entière, et non pour l'enrichissement de quelques-uns. Nous ne passerions plus nos journées à produire toujours plus, à jeter toujours plus.
Comme dirait un aîné, indignez-vous !
[message édité par oliw3k le 24/02/2012 à 17:37 ]
Inscrit le 23/08/2010
17 messages publiés
Aldebran, le 04/08/2011 - 17:10
On a surtout besoin de travail pour tous


Non, justement.

On n'a absolument pas besoin d'un travail pour tous, si un travail peut être effectué par un robot, on n'a pas besoin de mettre un humain à la place pour que cette personne puisse gagner sa vie. Il faut repenser notre rapport au travail : imagine que du jour au lendemain on puisse remplacer tous les travailleurs par des robots, et que plus personne n'ait besoin de travailler (pour toutes les tâches quelles qu'elles soient, imaginons), faudrait-il s'en priver pour que chacun ait un travail ? Si les robots se mettaient à remplacer tout le monde, serions nous tous pauvres et sans salaires ? Non, nous repenserions totalement notre conception du travail et notre rapport à l'argent, il n'y aurait plus besoin de travailler pour vivre convenablement. Maintenant, mettons que cette transition prenne plus de temps, qu'elle ne se fasse pas du jour au lendemain et que les postes non-qualifiés soient les premiers remplacés, faudrait-il alors s'opposer à cette transition, ou bien la préparer de la manière la plus douce possible ?

Tant que le monde tournera avec une logique de "libre marché", l'homme ne travaillera jamais moinsIl continuera à travailler plus pour enrichir autrui. C'est bien ce que Sarkozy demande : oublier les acquis sociaux, travailler plus (pas tant pour gagner plus que pour faire gagner plus à certains). Il faudrait un énorme changement d'orientation pour que l'homme puisse enfin produire ce qui lui est vital, s'en satisfaire, et profiter du temps dégagé.
Inscrit le 23/08/2010
17 messages publiés
Bismarck, le 04/08/2011 - 12:37
A quoi sert en effet la technologie si ce n'est à aider l'homme à se détacher des tâches les plus pénibles et répétitives, pour se concentrer sur celles qui sont les plus gratifiantes ?

Vous en êtes encore à ce vieux poncif ?

Oui à la technologie pour aider l'homme. Non à la technologie pour remplacer l'homme.

La mécanisation à outrance a conduit à supprimer des emplois non qualifiés pour les remplacer par des robots ou des automates. Pour que l'homme se concentre sur des tâches plus gratifiantes. En oubliant simplement un paramètre : il y a des gens qui ne veulent pas (ou qui le plus souvent ne peuvent pas) effectuer des tâches un peu complexes.

La suppression de ces tâches ingrates ne conduit pas à libérer l'homme, il conduit à exclure les plus faibles. On n'a pas besoin d'un pays avec 95% d'ingénieurs. On a surtout besoin de travail pour tous : donc oui il faut des caissières de supermarché, oui il faut des pompistes, oui il faut des conducteurs de métro, ... Tous ces emplois qui tendent à être supprimés (c'est déjà fait pour les pompistes du moins en France) mais dont ceux qui tenaient ces emplois ne sont pas recasés.

on est bien d'accord...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux