Un Sommet mondial du droit d'auteur sans représentant du public

Inscrit le 13/08/2002
26334 messages publiés
Envoyer un message privé
Guillaume Champeau , sujet ouvert le 28/02/2011 à 15:19
La Confédération Internationale des Sociétés d'Auteurs et Compositeurs (CISAC) organisera les 7 et 8 juin prochain à Bruxelles son nouveau Sommet du droit d'auteur, sur le thème de la "création de valeur dans l'économie numérique". Il s'agit d'un évènement de lobbying majeur puisque lors du deuxième et précédent opus, organisé à Washington en 2009, plus de 600 participants de 68 pays, avec les délégués de 290 sociétés, étaient venus défendre la protection accrue du droit d'auteur devant un parterre de décideurs du monde entier. Christine Albanel en personne aurait dû venir s'y exprimer il y a deux ans, mais c'est ce jour-même où elle avait prévu de défendre la riposte graduée à la française devant tout le gratin du droit d'auteur que le Conseil constitutionnel a sanctionné sa loi Hadopi 1, mettant court à son voyage...

Cette année encore, parmi les principaux intervenants au Sommet figureront le commissaire européen chargé du marché intérieur Michel Barnier, connu pour relayer sans aucune prise de distance les études alarmistes et totalement bidons des industries culturelles, et qui prépare un "plan d'action" contre le piratage. Son homologue Neelie Kroes, chargée de l'Agenda numérique et plus nuancée sur le droit d'auteur, sera également de la partie. Au côté d'une centaine de participants.

"Créateurs de renommée mondiale, sociétés d'auteurs, éditeurs de musique et de livres, producteurs audiovisuels, décideurs politiques, médias et fournisseurs de contenus, FAI et opérateurs de télécommunication, sociétés de services et de matériel informatique, experts juridiques et technologiques participeront à ce Sommet pour échanger leurs points de vues et débattre du futur de la propriété intellectuelle et de la diffusion des œuvres créatives (musique, livres, films et photos) à l'ère numérique", explique la CISAC dans un communiqué.

La liste est longue, presque exhaustive... à une exception près : le public. Aucune association de consommateurs ne semble conviée, pas plus que des représentants du public qui prônent une autre vision du droit d'auteur, comme La Quadrature du Net, l'EFF ou Public Knowledge. L'absence est d'autant plus notable que le programme officiel dit vouloir souligner "la nécessité d'un dialogue constructif sur la protection des droits des auteurs et la diffusion des œuvres à l'ère numérique". Dialoguer sans inviter au dialogue les utilisateurs finaux des oeuvres diffusées, voilà qui est assez curieux. Ou révélateur.

Le droit d'auteur, qui était conçu à l'origine comme l'équilibre entre la nécessaire rémunération des créateurs et le nécessaire accès du public aux oeuvres créées, se conçoit désormais sans inviter ces derniers autour de la table. C'est d'autant plus gênant qu'aujourd'hui, la frontière entre le créateur et le consommateur est extrêmement poreuse. Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre. Le thème "Création de valeur dans l'économie numérique" se subdivise en trois thématiques (Créer, Connecter, Respecter), dont la dernière vise à mieux faire respecter le droit d'auteur dans la société. Mais il ne sera jamais respecté par la société tant qu'il se concevra sans elle ou, pire, contre elle.

"Alors que l'accès aux contenus semble sans limite, et est perçu comme quasiment gratuit par le consommateur, où et comment créer de la valeur dans l'utilisation et la diffusion des œuvres de création? Quels sont les modèles économiques capables de garantir à la fois un vrai retour sur investissement pour les promoteurs de ces plateformes et une juste rémunération pour les ayants-droit ? La solution est-elle dans le " Cloud " ? Quel est le rôle des fournisseurs d'accès à Internet ? Comment les créateurs s'intègrent-ils dans ce nouvel écosystème ? Le Sommet sera le forum idéal pour débattre de ces problématiques, en présence de tous les acteurs du secteur."

Parions qu'il y sera notamment question de filtrage.



Lire la suite
40 réponses
Inscrit le 22/09/2010
77 messages publiés
Ben ils ont rien à foutre du public... le public doit payer et fermer sa gueule c'est tout ..
Inscrit le 30/04/2005
12571 messages publiés
Le public n'achète plus, ne pirate plus, il s'en fout de la création médiocre.
Inscrit le 20/09/2009
7355 messages publiés
"la nécessité d'un dialogue constructif sur la protection des droits des auteurs et la diffusion des oeuvres à l'ère numérique"


Propos révolutionnaires !!!

Moi ça me fait penser aux célèbres "Anéfé rejeté" de Christine.
Inscrit le 11/06/2010
417 messages publiés
De toute façon, même si le public avait été représenté ... Ca n'aurait rien changé. Il faut pas se leurrer.
Inscrit le 28/02/2011
2 messages publiés
"[...} Le Sommet sera le forum idéal pour débattre de ces problématiques, en présence de tous les acteurs du secteur." ... ou pas .

Sans les consommateurs de ces contenus, je trouve difficile de dialoguer convenablement. Ils vont encore faire leur petite sauce et nous l'envoyer en pleine tête sans se demander si ça va coller à la réalité. Leur réalité ( à ces gens là ) c'est le profit avant tout :
"[...]Quels sont les modèles économiques capables de garantir à la fois un vrai retour sur investissement pour les promoteurs de ces plateformes et une juste rémunération pour les ayants-droit ?[...]"
On devrai plutôt se demander, au lieu de se rempli les poches : "Comment fournir une offre moins chère pour pouvoir toucher le plus de consommateurs et permettre au artistes de se faire connaître au plus grand nombre".
En outre, je trouve le concept de MymajorCompany assez bon.
Inscrit le 12/03/2008
133 messages publiés
Michel Barnier....

(énorme soupir)....
Inscrit le 10/12/2002
4408 messages publiés
Quels sont les modèles économiques capables de garantir à la fois un vrai retour sur investissement pour les promoteurs de ces plateformes et une juste rémunération pour les ayants-droit ?


Tout est dit je crois. Ca fait 10 ans qu'ils se posent la question et je crois que dans 10 ans ils seront encore comme des poules qui ont trouvé un couteau...
Inscrit le 27/12/2010
938 messages publiés
La Quadrature du Net représentante du public ????
Vite de grandes tapes dans le dos, je suis en train de m'étouffer de rire.
Inscrit le 13/04/2007
8712 messages publiés
stacato, le 28/02/2011 - 16:08

La Quadrature du Net représentante du public ????
Vite de grandes tapes dans le dos, je suis en train de m'étouffer de rire.



Et qui représenterait le public selon toi ?

Les membres de l'UMP, le jeunes POP, Enter, Zabre, Malaga, Opposant, Asparagus et Stacato ?

Tu en rêves, sans doute, mais ce n'est pas le cas ! Et c'est loin de l'être.

Inscrit le 27/12/2010
938 messages publiés
Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre.

Euh... on peut avoir des chiffres qui prouvent cette affirmation péremptoire ?
Inscrit le 20/09/2009
7355 messages publiés
Oui la Quadrature du Net représente pas mal de gens... ou tu crois qu'elle pourrait se payer des salariés sans avoir de nombreux donateurs et des associations qui la soutiennent ?
http://www.laquadrat...adrature-du-net
[message édité par MdMax le 28/02/2011 à 16:14 ]
Inscrit le 10/07/2009
1298 messages publiés
stacato, le 28/02/2011 - 16:10
Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre.

Euh... on peut avoir des chiffres qui prouvent cette affirmation péremptoire ?


http://www.youtube.com/
Inscrit le 04/05/2007
1542 messages publiés
quand j'ai lu la dernière tribune du président du parti pirate j'ai été estomacé du peu de proféssionnalisme qu'il fait part,tout son argumentaire cassé en mille aprés 5 secondes de reflexions sur son projet de licence globale
dans son projet il ne prend pas en compte le coût de la collecte, il explique avec un calcul qui ne tient pas la route que pour la musique un abonnement de 3 € est suffisant puis il oublie la vidéo et les autres médias
ensuite il dit que la licence globale ne doit pas dépasser 10 € pour être compétitif par rapport à mégapourri, mais si on inclue les autres médias on dépasse évidemment les 10€ sans compté les coût de la collecte.
je comprend pourquoi de tel personnage ne sont pas pris au sérieux aprés cela il ne faut pas pleurer...les gars
Inscrit le 02/04/2009
748 messages publiés
La QDN je trouve qu'ils foutent pas grand chose par rapport a odebi, ufc et fdn et autres...
maintenant je passe pas ma vie a étudier ce que fait QDN.
Inscrit le 29/04/2010
393 messages publiés
stacato, le 28/02/2011 - 16:08
La Quadrature du Net représentante du public ????
Vite de grandes tapes dans le dos, je suis en train de m'étouffer de rire.



[...]pas plus que des représentants du public qui prônent une autre vision du droit d'auteur, comme La Quadrature du Net, l'EFF ou Public Knowledge.

La QDN prône autre vision du droit d'auteur et est une association financée par le public.
Inscrit le 28/02/2011
19 messages publiés
ashitaka18, le 28/02/2011 - 16:15
stacato, le 28/02/2011 - 16:10
Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre.

Euh... on peut avoir des chiffres qui prouvent cette affirmation péremptoire ?


http://www.youtube.com/


Egalement http://www.myspace.com, bien que la plupart de ses oeuvres soient maintenant plutôt diffusées dans les fan-pages de http://www.facebook.com avec une protection du droit d'auteur pour le moins précaire.

Et même sans parler des garages-band ou des réalisateurs de courts métrages vidéos, les auteurs des nombreux blogs de poèmes et de nouvelles mériteraient aussi qu'on leur pose la question de la diffusion numérique de leurs oeuvres (les ebooks sont concernés, mais pas seulement).
Inscrit le 02/04/2009
748 messages publiés
VIDEOCLUB, le 28/02/2011 - 16:17
quand j'ai lu la dernière tribune du président du parti pirate j'ai été estomacé du peu de proféssionnalisme qu'il fait part,tout son argumentaire cassé en mille aprés 5 secondes de reflexions sur son projet de licence globale
dans son projet il ne prend pas en compte le coût de la collecte, il explique avec un calcul qui ne tient pas la route que pour la musique un abonnement de 3 € est suffisant puis il oublie la vidéo et les autres médias
ensuite il dit que la licence globale ne doit pas dépasser 10 € pour être compétitif par rapport à mégapourri, mais si on inclue les autres médias on dépasse évidemment les 10€ sans compté les coût de la collecte.
je comprend pourquoi de tel personnage ne sont pas pris au sérieux aprés cela il ne faut pas pleurer...les gars

La license globale j'y crois pas trop... Parceque tout simplement ça se transformerais en une taxe supplémentaire, comme pour les supports vierges et ce pour des gens qui n'en n'on rien a foutre des films et de la musique. Il faut que les médias arretent de croire que tout le monde est intéressé par leur productions. Personellement je commençe a voir que je me porte bien mieux depuis que j'ai réduit mon piratage ET surtout mes achats de musique et de films, je peut enfin faire des choses autres que regarder mon écran toute la journée, je baise, je dors, je fait de l'exercice, je bosse, et il me reste du fric a la fin du mois , des trucs qui a long terme me sont plus utile que Inception 4 ou Tron 5D.
Je vois de plus en plus l'industrie des médias comme un dealer d'informations, même inutiles, les gens deviennent vite accro. et le piratage c'est la même chose sauf que c'est gratuit, ce qui est pire pour la personne qui est accro. Bref c'est le nouveau mal du siècle: information overload. overdose d'information, données etc...
Je suis pour le sevrage des médias et de l'information inutile... Cela ne devrait pas te rejouir cependant videoclub car cela veut dire que tes drogues sur DVD/BluRay vont moins bien se vendre/louer.
Inscrit le 21/07/2010
682 messages publiés
Il faut peut-être ne pas prendre au sérieux ceux de la Quadrature -qui eux au moins ont le mérite de défendre nos libertés-, mais que penser de tes majors, mon cher Videoclub ?

Que va-t-il ressortir de ce sommet ?
QUE DALLE. Je ne serais pas surpris qu'en première proposition on voit apparaitre le filtrage. La réalité est belle et bien là: le consommateur, ils s'en TAMPONNENT.

stacato, point besoin de chiffres que les gus comme Barnier adulent, fais un petit tour hors des frontières de ton Net, et tu verras.
Et propose-nous de bons représentants du public, je sens qu'on va rigoler.
Inscrit le 20/09/2009
7355 messages publiés
Tiens puisqu'on parle d'Artistes, de Créateurs, quelques sites où on en trouve:
http://www.dogmazic.net/
http://www.jamendo.com/
http://www.boxson.net/
http://www.auboutdufil.com/
http://www.musique-libre-de-droit.fr/

etc...

Ils sont invités, tous ces gens, pour débattre à Bruxelles ? J'ai l'impression qu'ils ne sont pas représentés non plus là bas.
Inscrit le 16/12/2009
943 messages publiés
Pourquoi inviter des représentants du public? Si les sociétés d'auteurs et de compositeurs en avaient quelque chose à faire du public ça se saurait non?
Inscrit le 20/07/2009
315 messages publiés
En même temps, curieusement (ou pas), ceux qui pronent une autre vision du droits d'auteur sont assez rarement des auteurs eux memes.
C'est bien beau de reclamer la revolution, une main dans le slip sur la connexion internet et le PC payé par papa.
Inscrit le 03/09/2010
193 messages publiés
De toute façon maintenant qu'il y a HADOPI, les artistes sont sauvés non ? C'est bien ce que nous ont rabaché Christine Albanel, Frank Riester et toute la clique ?

Ergo tout va bien dans le meilleur des mondes, les ayants droits sont saufs, ya pas à discuter.
Inscrit le 20/09/2009
7355 messages publiés
Kiraa, le 28/02/2011 - 16:40

De toute façon maintenant qu'il y a HADOPI, les artistes sont sauvés non ? C'est bien ce que nous ont rabaché Christine Albanel, Frank Riester et toute la clique ?

Ergo tout va bien dans le meilleur des mondes, les ayants droits sont saufs, ya pas à discuter.


+1

Ou alors s'ils continuent de discuter, c'est que la HADOPI ne marche pas. Ce truc coûte au moins 12 millions d'euros par an aux contribuables, ça coûte aussi aux majors qui paient TMG, et ça coûte aux FAI (à leurs actionnaires et aux abonnés), mais ça ne change strictement rien au problème de départ.

Peut-être qu'ils vont tender d'exporter la HADOPI. Histoire que d'autres pays de ce monde puissent également profiter de l'expérience française et améliorer leurs performances dans le domaine du gaspillage de fonds publics, domaine où nous sommes les leaders !

[message édité par MdMax le 28/02/2011 à 16:48 ]
Inscrit le 07/07/2006
148 messages publiés
MdMax, le 28/02/2011 - 16:47

Kiraa, le 28/02/2011 - 16:40

De toute façon maintenant qu'il y a HADOPI, les artistes sont sauvés non ? C'est bien ce que nous ont rabaché Christine Albanel, Frank Riester et toute la clique ?

Ergo tout va bien dans le meilleur des mondes, les ayants droits sont saufs, ya pas à discuter.


+1

Ou alors s'ils continuent de discuter, c'est que la HADOPI ne marche pas. Ce truc coûte au moins 12 millions d'euros par an aux contribuables, ça coûte aussi aux majors qui paient TMG, et ça coûte aux FAI (à leurs actionnaires et aux abonnés), mais ça ne change strictement rien au problème de départ.

Peut-être qu'ils vont tender d'exporter la HADOPI. Histoire que d'autres pays de ce monde puissent également profiter de l'expérience française et améliorer leurs performances dans le domaine du gaspillage de fonds publics, domaine où nous sommes les leaders !




Hello
Ca tombe bien, pour l'exportation des techniques et aptitudes françaises , la grande spécialiste est disponible, depuis hier!
Inscrit le 07/03/2006
2126 messages publiés
"sommet mondial du droit d'auteur".... traduction foireuse de ce sommet tout entier dédié à la gloire de l'industrie et des sociétés de collecte...

Des auteurs ? ou ca ?
le public ? ou ca ?

"Copyright Summit" est le terme adéquat à employer car ils ne pareleront pas de création artistique mais de création de dividendes et de profits...

le thème est : la "création de valeur dans l'économie numérique". Cherchez la place de l'Art dans ce thème !!! ça pourrait être un congrès de vendeurs de balais, ça serait les mêmes ! financiers, lobbys, gestionnaires, décideurs !
Inscrit le 11/04/2004
1311 messages publiés
Joli titre populiste. Le droit d'auteur est un droit fondamental et reconnu de fait à tout citoyen. Le public ? De quoi s'agit-il ? Les spectateurs ? Des spectateurs de quoi ? De quel blockbuster ? Les fanboys de quel groupe de zique ? Le public du dernier match de foot en coupe UEFA ? Un titre bien démago et en commentaires comme d'hab'†àa gobe, on tombe dans le panneau de la manipulation intellectuelle et on court.
Inscrit le 12/03/2008
133 messages publiés
VIDEOCLUB, le 28/02/2011 - 16:17

je comprend pourquoi de tel personnage ne sont pas pris au sérieux aprés cela il ne faut pas pleurer...les gars


Tu as raison Videoclub, faut pas s'intéresser à des amateurs. Prends par exemple Pascal Nègre, un vrai pro lui. Ses potes lobbyistes du disque et lui, en à peine 10 ans, c'est :
- - 65% de CA.
- une capitalisation en berne.
- un gros tiers des effectifs virés.
- un avenir en pointillé.
- des CD toujours aussi chers sur le fond de catalogue.
- des téléchargements payants aussi chers que le CD.
- une politique d'artistes au petit bonheur la chance, avec 6 mois de visibilité.
- Hadopi (son coût, ses péripéties, son inanité, son statut de truc dépassé et hors sujet)
- des trains de retard sur la numérisation, la diffusion, le cloud, etc... (il n'y a qu'à faire un parallèle Google-Apple-Spotify//Universal-autres majors pour avoir une idée du gouffre abyssal entre ces acteurs).
etc etc....

Sûr mon gars, les vrais pros, on sait les reconnaître !
Inscrit le 05/05/2010
579 messages publiés
Makhno, le 28/02/2011 - 17:05
Joli titre populiste. Le droit d'auteur est un droit fondamental et reconnu de fait à tout citoyen. Le public ? De quoi s'agit-il ? Les spectateurs ? Des spectateurs de quoi ? De quel blockbuster ? Les fanboys de quel groupe de zique ? Le public du dernier match de foot en coupe UEFA ? Un titre bien démago et en commentaires comme d'hab'†àa gobe, on tombe dans le panneau de la manipulation intellectuelle et on court.


Excuses Numerama, ils ne sont pas là pour encenser tes amis les lobby et autres créateurs de loi liberticides en prétextant la protection des droits d'auteurs.

Tu nous fais la méthode Sarkozy selon Grolan? Dès qu'ils y a un problème, accusez n'importe qui, le stagiaire, le chat du voisin, etc... du moment qu'on ne reconnait pas ses erreurs c'est le principal.

L'article explique que c'est juste des gens de même bord qui pondent des chiffres hurluberlus, et qu'il veulent faire passer cela pour un forum. Tu veux y aller pour montrer un autre modèle de distribution, non, tu es personna non grata.
Je sais pas pour toi, mais moi je trouve que cela est plus du domaine d'une réunion de sectaires genre témoin de Jéhova.

Il ne parle pas de public, ni des exemples que tu donnes, mais bien de représentants d'organisations qui ont une autre vision de la diffusion des droits d'auteurs et qui aimeraient bien donner leur point de vue.

C'est si dur à comprendre ça? Elle est ou ta pseudo démagogie dans l'article?
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
Oui, mais ce sommet parlera du droit des éditeur, les auteurs, ils s'en tapent.
" Let's make money ! "
Quand au public, c'est aussi son droit de profiter des ?uvres sans voir des libertés bien plus importante que votre "droit-d'auteur-qui-va-dans-les-poches-des-éditeurs" telle que celle de communiquer (coucou le filtrage) menacés par quelque types qui veulent toujours s'en mettre plus dans les poches.
Mais bien entendu Makhno et Videoclub en tant que gens de droite, vous ne pouvez pas comprendre qu'il y a une autre vie que la recherche du profit, vous êtes beaucoup trop stupides pour cela, car de droite.
Inscrit le 20/03/2010
150 messages publiés
VIDEOCLUB, le 28/02/2011 - 16:17
quand j'ai lu la dernière tribune du président du parti pirate j'ai été estomacé du peu de proféssionnalisme qu'il fait part,tout son argumentaire cassé en mille aprés 5 secondes de reflexions sur son projet de licence globale
dans son projet il ne prend pas en compte le coût de la collecte, il explique avec un calcul qui ne tient pas la route que pour la musique un abonnement de 3 � est suffisant puis il oublie la vidéo et les autres médias
ensuite il dit que la licence globale ne doit pas dépasser 10 � pour être compétitif par rapport à mégapourri, mais si on inclue les autres médias on dépasse évidemment les 10� sans compté les coût de la collecte.
je comprend pourquoi de tel personnage ne sont pas pris au sérieux aprés cela il ne faut pas pleurer...les gars


Il n'a pas pondu une thèse sur-argumentée et détaillée, certes.

D'après toi, il faudrait combien alors à peu prêt (petite aide, en 2010 en France, la musique enregistrée c'est 554,4 millions d'euros, la vidéo enregistrées 1,58 milliards, le jeu vidéo 3 milliards et le livre 4,2 milliards) ?

(aucun second degré, c'est une vraie question)

Nicobi, le 28/02/2011 - 16:39
En même temps, curieusement (ou pas), ceux qui pronent une autre vision du droits d'auteur sont assez rarement des auteurs eux memes.
C'est bien beau de reclamer la revolution, une main dans le slip sur la connexion internet et le PC payé par papa.


Il y a une catégorie de gens qui n'apprécie pas trop le tournant très "gros sous" que prend le droit d'auteur en Europe depuis 1985 (au détriment, essentiellement, des auteurs), ce sont les juristes en propriété littéraire et artistique, pour tous ceux que j'ai côtoyé. Tout à fait la description des révolutionnaires que tu donnes en fin de message

Makhno, le 28/02/2011 - 17:05
Joli titre populiste. Le droit d'auteur est un droit fondamental et reconnu de fait à tout citoyen. Le public ? De quoi s'agit-il ? Les spectateurs ? Des spectateurs de quoi ? De quel blockbuster ? Les fanboys de quel groupe de zique ? Le public du dernier match de foot en coupe UEFA ? Un titre bien démago et en commentaires comme d'hab'â� àa gobe, on tombe dans le panneau de la manipulation intellectuelle et on court.


Je pense qu'il faut comprendre par public les destinataires naturels des ?uvres, ou en langage plus consumériste, les clients finaux. En cela des associations de consommateurs, du genre UFC-Que Choisir au minimum, auraient été les bienvenues dans un cadre qui se veut ouvert aux discussions.

Après, parler de "sommet mondial du droit d'auteur", sachant qu'un auteur de livre touchera au mieux 10% du prix de vente HT (jusqu'à 14% au-delà de 10 000 ventes) de ce qu'il a lui-même créé...
[message édité par Gorgoth le 28/02/2011 à 18:28 ]
Inscrit le 16/10/2010
1126 messages publiés
stacato, le 28/02/2011 - 16:10
Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre.

Euh... on peut avoir des chiffres qui prouvent cette affirmation péremptoire ?

Tout simplement, le nombre de gens qui postent des vidéos sur youtube & co, le nombre de gens qui ont un blog photo, etc...

C'est bon, tu peux arrêter de rire, en fait c'est vrai =)
Inscrit le 13/05/2007
153 messages publiés
Je vois que pleins d'étudiants payé par l'industrie (mafia) de la culture viennent pourrire les commentaires de Numerama dont l'avis dérenge.
Inscrit le 07/03/2006
2126 messages publiés
Makhno, le 28/02/2011 - 17:05
Joli titre populiste. Le droit d'auteur est un droit fondamental et reconnu de fait à tout citoyen. Le public ? De quoi s'agit-il ? Les spectateurs ? Des spectateurs de quoi ? De quel blockbuster ? Les fanboys de quel groupe de zique ? Le public du dernier match de foot en coupe UEFA ? Un titre bien démago et en commentaires comme d'hab'†àa gobe, on tombe dans le panneau de la manipulation intellectuelle et on court.


j'ai rien compris... le droit d'auteur est un droit fondamental mais apparemment certains adorent avoir des droits mais se fichent de leur public... le fric, y a que ça qui est clair pour ceux là.
Inscrit le 09/10/2008
443 messages publiés
darthbob, le 28/02/2011 - 16:45
"sommet mondial du droit d'auteur".... traduction foireuse de ce sommet tout entier dédié à la gloire de l'industrie et des sociétés de collecte...

Des auteurs ? ou ca ?
le public ? ou ca ?

"Copyright Summit" est le terme adéquat à employer car ils ne pareleront pas de création artistique mais de création de dividendes et de profits...

le thème est : la "création de valeur dans l'économie numérique". Cherchez la place de l'Art dans ce thème !!! ça pourrait être un congrès de vendeurs de balais, ça serait les mêmes ! financiers, lobbys, gestionnaires, décideurs !

Très bonne analyse de ce qui se prépare.
+1
Et à noter que les artistes ne sont, comme pour n'importe quelle industrie, qu'une variable d'ajustement, une charge.
Le consommateur (le client), prend ce qu'on lui propose, ou ce qu'on lui impose, sans même avoir de choix de concurrence, paye pour acheter un produit, et paye même s'il n'achète pas.
Le but étant de le faire payer de plus en plus, tout en lui en donnant de moins en moins !
[message édité par Nicosan le 28/02/2011 à 19:22 ]
Inscrit le 11/05/2010
158 messages publiés
zanzibar, le 28/02/2011 - 16:27

La license globale j'y crois pas trop... Parceque tout simplement ça se transformerais en une taxe supplémentaire, comme pour les supports vierges et ce pour des gens qui n'en n'on rien a foutre des films et de la musique.


En fait, si on prend simplement le point de vue de l'utilisateur, la licence globale est en effet une taxe supplémentaire, mais en contrepartie, on pourra partager/télécharger (enfin). On pourrait donc si on l'obtient dire qu'onh a gagné et arrêter là le militantisme et laisser les éditeur se débrouiller pour innover pour se financer. Au bilan, ce sont toujours les artistes qui se font avoir, car comme ils ont vendus tous leurs droits aux intermédiaires (éditeurs/maisons de disques/Société de gestions de droits d'auteur...), ils ne toucheront pas un liard de cet argent.

Ils feraient bien de se réveiller et de faire valoir leur point de vue et leurs droits : le flux d'argent doit aller du public vers les artistes avec une petite part pour les intermédiaires en échange de leur expertise et de leur service de com/diffusion/distribution/etc. Et non pas l'inverse (du public vers les intermédiaires avec une petite part pour les auteurs).
Sinon, ils vont se retrouver les grands perdant lorsque les militant arrêteront de demander une réforme du droit d'auteur dès que la licence globale sera en place.
Inscrit le 10/06/2010
725 messages publiés
L-observateur, le 28/02/2011 - 15:42
Le public n'achète plus, ne pirate plus, il s'en fout de la création médiocre.

+1! Moi en tant qu'artiste, je serais fière de pouvoir dire "moi je suis piraté!". Le classement de the pirate bay vaut mieux que les oscars. (oui, je pousse le bouchon un peu loin et non, je n'ai rien fumé!)
Inscrit le 18/02/2011
35 messages publiés
la solution tien en quelques mots


le publique n'a qu'a faire comme moi et tout boycotter leurs produits

(ps merci de ne pas de boycotter pour videoclub car sinon il vas deprimer et ne nous feras plus rire avec ses idees a 2 balles)
Inscrit le 09/10/2008
443 messages publiés
Makhno, le 28/02/2011 - 17:05
Joli titre populiste. Le droit d'auteur est un droit fondamental et reconnu de fait à tout citoyen. Le public .....

Un droit fondamental ? C'est juste un droit.
Je ne l'ai pas vu dans "la constitution" ou "les droits de l'homme et du citoyen", qui le protège déjà sans le nommer.
Mais soit... Même si le droit d'auteur est "considéré" comme fondamental, il ne peut, et ne doit pas primer les autres droits et libertés publics.(liberté d'expression, de penser, le respect de la vie privée, pouvoir se déplacer librement ainsi que pour ses idées,..., et bien d'autres encore égratignés par ce droit d'auteur que l'on impose d'une manière totalitaire.)
Tu trouves ca "populiste" ?
Pour moi, le populisme, ce sont tes idées et ta vision du droit (celui que tu aimerais voir mettre en place peut être !)
Mais, la question est, "de quels droit d'auteur parles tu ?
Le droit d'auteur et la propriété intellectuelle, incessible et inaliénable, droit premier créé pour protéger les artistes et les créateurs de l'avidité et la cupidité de certains producteurs, distributeurs et maintenant industriels...
Ou le droit d'exploitation des œuvres, unique privilège accordé à ces producteurs, distributeurs et maintenant industriels, qui se nomment aujourd'hui "ayants droits", dont le privilège est limité (à leur grand désarrois) à 70 ans après la mort de l'artiste et du créateur.
Le but de ce forum mondial, ainsi que les précédant, les différentes réformes du "droit d'exploitation des œuvres" et les batailles juridiques et sémantiques depuis des décennies ne sont que des moyens détournés de tentatives de prises de contrôle du "droit de propriété intellectuelle" (incessibles et inaliénables, faut il encore le rappeler), qui donnerait à ces industriels des droits d'exploitations "inaliénables", enfin!
On assiste à une véritable tentative de spoliation, un vrai vol crapuleux, autrement plus important que celui que l'on fait porter par le "piratage", bouc émissaire douteux, puisse qu'étant aujourd'hui un vecteur très important de leurs succès. Le "piratage" est une des tendances de la transmission des connaissances de la conscience collective universelle, et que sans cette transmission de connaissances et de communications, les produits dits "culturels" des "ayants droits" ne vaudraient rien: Un produit qui ne s'échange pas ne vaut rien ! Il ne peut y avoir de marcher sans valeur, sans valeur pas d'échanges.

Que faut il attendre de ce genre de rencontre ?
Rien, ni pour l'artiste, ni pour le consommateur, qui ne sont que des variables d'ajustement pour les industriels du divertissement.
D'ailleurs, cette rencontre ne concernent ni les artistes ni les consommateurs, car on y parlera "business".
Et oui, on ne demande pas aux moutons comment ils souhaitent être cuits ni à quelle sauce ils veulent être accommodés !
Populiste tout celà, n'est ce pas ?!
[message édité par Nicosan le 28/02/2011 à 21:25 ]
Inscrit le 16/11/2009
1079 messages publiés
Nicobi, le 28/02/2011 - 16:39
En même temps, curieusement (ou pas), ceux qui pronent une autre vision du droits d'auteur sont assez rarement des auteurs eux mêmes.
C'est bien beau de réclamer la révolution, une main dans le slip sur la connexion internet et le PC payé par papa.

Ce n'est pas faux; si ce n'est que les ayant droits (assez rarement des auteurs eux mêmes) qui vont s'y congratuler, sous l'oeil bienveillant des ministères de la Kultur, vont eux aussi réclamer, la main dans le slip, les contre-parties aux gouvernements largement arrosés. (pas seulement les valises de fric, mais aussi leur contribution à l'idiocratie)
[message édité par Schlock le 01/03/2011 à 11:03 ]
Inscrit le 10/12/2002
4408 messages publiés
stacato, le 28/02/2011 - 16:10

Il n'y a jamais eu autant de créateurs amateurs qu'aujourd'hui, et eux aussi ont un droit d'auteur qui mérite voix au chapitre.

Euh... on peut avoir des chiffres qui prouvent cette affirmation péremptoire ?

La progression de la pratique en amateur
La tendance à la hausse semble générale.

http://www2.culture....evculturel.html
J'ajoute que t'entendre parler, toi, de péremptoire, a quelque-chose de savoureux...

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux

prix indicatifs sujets à variation