paulau1

Inscrit depuis le le 18/02/2013 à 15:40
16 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers sujets de paulau1 :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par paulau1 - 16 messages - Ouvert le 18 février 2013
59
Derniers messages de paulau1 :
ludopower, le 19/02/2013 - 20:41

paulau1, le 19/02/2013 - 14:16

Akumetsu, le 18/02/2013 - 22:11

paulau1, le 18/02/2013 - 20:38
De la merde homophobe







Vous pouvez développer ?



Akumetsu est grossier, certes, mais je constate que vous préférez le relancer plutôt que de répondre à mes arguments ou à la question simplissime d'Elro sur votre conception personnelle de la normalité.
Mais je crois à vrai dire que vous avez répondu à cette question lorsque vous avez déclaré :

" L'homosexualité est une déviance de l'orientation sexuelle."

Je crois que c'est d'ailleurs précisément ce que l'indélicat Akumetsu voulait dire. Il n'y a pas besoin de développer ses propos à la lumière de votre déclaration méprisante et, je le répète, homophobe .

La vérité est homophobe.
Je suis l'interlocuteur , car auteur de ce texte extrait d'un document plus complet :

http://www.agoravox....contre-le-51857
Donner le droit de vote aux immigrés lors des élections locales serait une erreur. En effet la modification du corps électoral des municipales et des autres élections locales faites en y adjoignant des étrangers non communautaires mettrait ces derniers en position d’arbitre de consultations se gagnant à la marge. Accorder ce droit de vote créerait automatiquement des tensions entre Français et étrangers non communautaires. Tel n’est pas le cas pour les étrangers communautaires puisqu’il existe des systèmes de réciprocité qui favorise, par nos concitoyens, l’acceptation de ce droit de vote des étrangers.

La mise en œuvre du droit de vote aux immigrés lors des élections locales est plus propre à semer la discorde qu’à favoriser l’intégration des non communautaires, alors que les conditions pour devenir Français, et donc pouvoir légitimement voter à toutes les élections, sont souples. En particulier notre pays accepte la bi nationalité.
Devenir national est une possibilité largement ouverte et constitue le meilleur instrument d’intégration. Le préserver nécessite de ne pas morceler les attributs qui lui sont liés.
Il y aurait beaucoup à dire sur l'emploi du terme "homophobe", destiné à éviter toute discussion sur le problème de l'orientation sexuelle, et également à, artificiellement, prendre en défaut son interlocuteur.
Akumetsu, le 18/02/2013 - 22:11

paulau1, le 18/02/2013 - 20:38
De la merde homophobe



Vous pouvez développer ?
Réponse au dernier message de la page 2 :

Pas le lobby gay en tous les cas.l
Je ne suis pas un fana de la "normalité" , elle est à définir cas par cas. Par exemple il n'est pas normal que l'on passe son temps à vouloir faire croire aux autres qu' une vessie est une lanterne.
Elro, le 19/02/2013 - 12:44

paulau1, le 19/02/2013 - 12:19

Elro, le 18/02/2013 - 20:47
Je vais lire ton texte, mais j'aimerais que tu me donnes TA définition du mot normal, avec TES propres mots s'il te plait.
N'évite pas une nouvelle fois la question ...



Dans un univers sexué, la normalité est d'être attiré par l'autre sexe. L'homosexualité est une déviance de l'orientation sexuelle.


Je ne te demande pas un copier coller. Je te demande la définition de la normalité au sens général du terme. Certains ont répondu plus haut ... Si ça peut t'aider à trouver tes mots ...

La normalité se définit cas par cas. Au cas particulier de l'homosexualité tout le monde sait que c'est une déviance de l'orientation sexuelle, donc c'est anormal. Tout le monde le sait, et c'est même pour cela que certains nous rabâchent le contraire , histoire de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Elro, le 18/02/2013 - 20:47
Je vais lire ton texte, mais j'aimerais que tu me donnes TA définition du mot normal, avec TES propres mots s'il te plait.
N'évite pas une nouvelle fois la question ...

Dans un univers sexué, la normalité est d'être attiré par l'autre sexe. L'homosexualité est une déviance de l'orientation sexuelle.
Mon texte initial est extrait d'un texte plus long, trop pour un forum. Cependant je donne ci-dessous le texte en entier car je vois que le sujet intéresse beaucoup.
ci-dessous le texte complet
Non au mariage gay et à la reconnaissance juridique de l' homoparentalité.
I. Le langage
La normalophobie.
L'habitude a été prise, depuis une douzaine d’années, d’utiliser systématiquement les termes d’homosexualité ou d’hétérosexualité, au point que personne ne parle plus d'orientation sexuelle normale ou d'orientation sexuelle déviante. Certains sympathisants de la cause homosexuelle refusent même l’emploi du terme « normal » quand il s’applique à la sexualité. Ils ne tolèrent pas que l’on puisse ainsi porter un jugement sur les orientations sexuelles ni, par conséquent, réfléchir sur le mariage gay et l’homoparentalité.
Des mots précis.
L'emploi d'un même terme pour désigner deux réalités différentes conduit à des confusions.
On ne peut donner un même nom, en l'occurrence "couple" à l'union homosexuelle et à l'union hétérosexuelle. En effet l'union d'un homme et d'une femme est différente de l'union entre deux hommes ou entre deux femmes, à moins de considérer que l'homme est identique à la femme.
L'homosexualité est une forme d' intolérance à l'altérité sexuelle alors que l'hétérosexualité fait vivre la complémentarité sexuelle.
L'utilisation d'un même terme, "couple" pour désigner deux réalités différentes, et même antagonistes, est anormale.
A deux types d'unions différentes il faut donner des noms différents : "couple", comme on l'utilise depuis toujours pour les unions hétérosexuelles et, pour les unions homosexuelles, on peut préconiser le terme "paire" car cette union concerne deux personnes de sexe identique.
Si le couple est composé de deux personnes c'est qu'il y a deux sexes différents. Le chiffre "2", en tant que tel, n'ouvre aucun droit. S' agissant d’homosexuels, le sexe étant le même pour les deux personnes, cette reconnaissance juridique de la vie à deux n’offre pas plus de pertinence qu’une reconnaissance juridique de la vie à trois, quatre ou cinq.
Toute confusion dans les termes entraîne une confusion dans la perception de ces deux réalités. Cette confusion peut amener à souhaiter un même régime juridique , en l'occurrence le mariage, pour des unions qui sont différentes.
II. La loi et le mariage
Avec le mariage la société reconnaît juridiquement l'importance de l'altérité sexuelle et lui rend hommage, en mariant par exemple des couples qui ne peuvent pas, ou plus, enfanter. La société sait que seule l' union d’un homme et d’une femme permet potentiellement d' assurer son avenir. Les hétérosexuels n'ont jamais eu besoin de réclamer un droit au mariage , car une telle possibilité est évidente depuis la nuit des temps.
Le mariage n’a pas été créé pour permettre au législateur de remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité récréative, homo ou hétéro, ni pour s’occuper d’amour. Le maire n’a d’ailleurs pas à demander aux futurs époux s’ils s’aiment ou non. Il ne leur demande pas non plus leur orientation sexuelle, cette dernière, quelle qu'elle soit, ne confère aucun droit. Le mariage est ouvert à tous. Il ne crée ni une injustice ni une discrimination envers les personnes qui sont incapables d’établir une relation complète avec le sexe opposé. Leur déviance de l'orientation sexuelle est la seule cause de leur incapacité à se marier.
Si chaque individu peut librement se marier, est l' égal des autres devant le mariage, l'union homosexuelle, elle, n'est pas égale à l'union hétérosexuelle. Seules des choses identiques peuvent être traitées d'une façon égale.
Malgré le chantage à l'homophobie le législateur n’a pas à étendre le mariage à une union différente de celle pour lequel il est prévu, cela d’autant plus qu’ avec le mariage, le plus souvent, un tiers est concerné : l’enfant . Le législateur, par le mariage, propose un cadre au couple afin de l’aider à se stabiliser et protéger ainsi l’enfant né ou à naître.
S’il est exact que des homosexuels peuvent avoir la charge d’enfants, la demande de reconnaissance juridique de l’homoparentalité comme une forme de paternité est inutile, l'enfant ayant un état civil et donc un régime juridique clair.
III. L’enfant
Une fraction du lobby homosexuel souhaiterait assimiler le couple avec enfant et une paire d ' homosexuels élevant un enfant. En effet l’apparence de ces derniers se rapproche de celle du couple normal. Les demandes d’accès au mariage et à l’adoption peuvent de ce fait apparaître parfois comme destinées à faire oublier le caractère spécifique de l’homosexualité. L’enfant deviendrait alors un moyen mis au service d’une cause qui n’est pas la sienne.
Les maltraitances d' enfants, quant à elles, doivent être sanctionnées si des parents sont indignes. Les enfants placés dans une famille d’adoption doivent y retrouver le père et la mère qui leur manquent. On ne doit pas utiliser le malheur de ces enfants afin de démontrer qu’ils seraient mieux dans une famille de deux hommes ou deux femmes que dans leur famille d’origine et les transformer ainsi en propagandiste obligés de l’homoparentalité. Quant à l’adoption par un célibataire elle devrait prioritairement permettre que des enfants puissent être adoptés par leur oncle, leur tante, ou un autre membre célibataire de sa propre famille.
La loi n’a pas à entériner toutes les situations de fait découlant du comportement de tel ou tel individu sauf à créer une règle par individu et par situation ce qui entraînerait la disparition de la notion même de droit. L’homosexualité a toujours existé, elle est admise par notre société. Ce comportement n’a cependant pas vocation à être à l’origine d’une modification de la législation sur le mariage.
IV Non au mariage pour les gays
L'union hétérosexuelle peut donner la vie, pas l'union homosexuelle. La première respecte l'altérité sexuelle, la seconde l'ignore. Les principes d'égalité, de non-discrimination, ne s'opposent pas à ce que le législateur règle de façon différentes des situations différentes.
Le mariage pour les gays est un non-sens.
Elro, le 18/02/2013 - 19:39

paulau1, le 18/02/2013 - 19:36

Dans un monde sexué il est normal d'aller vers le sexe opposé; le contraire est anormal.



Pourquoi ?
Ca veut dire quoi normal ?
paulau1, le 18/02/2013 - 19:36

Sont qui s'opposent au mariage gay accepte la différence des homosexuels, c'est d'ailleurs cette différence qui les empêche de se marier.


Pas très français tout ça ... Ca veut dire quoi ?

J'ai corrigé, avec mes excuses.
plop42, le 18/02/2013 - 19:09

paulau1, le 18/02/2013 - 17:44

En effet, mais ils n'ont jamais , jusqu'alors tenté de singer les gens ayant une orientation sexuelle normale.


orientation sexuelle normale...
Il n'y a rien d'anormal à être homosexuel.
Et ils ne singent pas les hétéros... ils demandent les mêmes droits et de ne pas être stigmatisé par des intolérants qui refusent leur différences.


Dans un monde sexué il est normal d'aller vers le sexe opposé; le contraire est anormal.
Le terme "singer" est une image
quant au droit, tout le monde à le droit de se marier , dès lors que l'on remplit les conditions
Ceux qui s'opposent au mariage gay accepte la différence des homosexuels, c'est d'ailleurs cette différence qui empêche les homosexuel de se marier.
plop42, le 18/02/2013 - 17:31

paulau1, le 18/02/2013 - 17:23
X


Les homosexuels ont existé de tous temps.
Et ils n'ont jamais ébranlé la survie de l'espèce humaine...

En effet, mais ils n'ont jamais , jusqu'alors tenté de singer les gens ayant une orientation sexuelle normale.
zig, le 18/02/2013 - 17:10
Il faut donc interdire le mariage des hommes et des femmes qui sont stériles.
Ou alors quand un vieux monsieur de 75 ans épouse une vieille dame de 77 ans.

Et obliger les couples qui n'ont pas eu d'enfant au bout de 3 ans à divorcer.

L'altérité sexuelle est tellement importante pour la société, c'est la condition de sa survie, que celle-ci a toujours marié les hommes et les femmes , même sans être certaine qu' ils allaient avoir des enfants, ou même en étant sûre qu'en raison de l'âge des époux ne pouvaient concevoir.
Un homme uni à un homme, une femme unie à une femme, constituent des unions qui rejettent l'altérité sexuelle et ne peuvent , sauf à faire appel à un tiers ( location d'utérus, don de sperme pour la pma ), faire d'enfants.
L'union d'un homme et une femme elle, fait vivre, elle, l'altérité sexuelle, et peut permettre d'engendrer des enfants.
L 'union homosexuelle est donc différente de l'union hétérosexuelle. De ce fait, un même mot ne peut les définir, il faut, puisque l'on peut distinguer ces deux types d'unions, employer pour chacune d'elle un mot spécifique.
On peut préconiser d'utiliser le mot couple pour l'union hétérosexuelle et un autre mot, paire par exemple pour les unions homosexuelles puisque ces unions unissent des personnes de sexe identique.
Toute confusion dans les termes entraîne une confusion dans la perception de ces deux réalités différentes que sont l'union hétérosexuelles et l'union homosexuelles.
Cette confusion peut amener à souhaiter un même régime juridique , en l'occurrence le mariage, pour des unions qui sont différentes.
Numerama sur les réseaux sociaux