Point de vue sur la crise via Internet

Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
Envoyer un message privé
Goldoark , sujet ouvert le 17/11/2010 à 16:41
Cet article n'est pas une news, c'est plutôt une synthèse, un point de vue qui a pour but d'aider à savoir où l'on en est.

Une multitude de papiers macro-économiques très intéressants viennent de sortir. Le GEAB notamment, porte une analyse pas mauvaise sur l'ère actuelle, enfin pour ceux qui ont accès la version payante (et oui comme quoi il reste des internautes prêts à payer pour de l'information de qualité.

Cela m'a donné l'envie de faire une petite réflexion sur l'ère actuelle, et sur les liens entre Internet et la crise économique, liens qui semblent assez directs.

Je vous préviens tout de suite, c'est de la réflexion made in Goldoark, donc un peu décousue. Je n'ai pas le temps de tout réorganiser pour faire un plan précis, donc il vous faudra intégrer comme ça, mais je suis sûr que vous êtes assez intelligents pour y arriver.



1 - La fin de la crise : une nième tentative de manipulation

Les journaux nous annoncent que la crise est terminée. Bien entendu, c'est totalement faux.

Vous l'aurez compris, en macro-économie, ce qui compte c'est la confiance. Et non, ce n'est pas l'argent qui est à la base de tout, c'est la confiance.

La confiance est le lien qui uni les humains. Sans confiance, pas d'argent, pas d'échange, pas d'amour, pas de couples, pas de société... Rien.

Et j'irais même jusqu'à dire que pour créer la confiance, il faut un geste, un engagement, et que celui-ci passe par le don, donc le partage.

Le partage est donc le ciment qui fait la base de l'humanité, c'est la conclusion à laquelle m'a conduit un raisonnement que j'ai essayé de faire aussi logique que possible.

Mais bon, partage et confiance à la base de l'humanité au lieu du commerce, allez donc expliquer ça à un businessman... Voir pire, à un lobbyiste, qui ont précisément l'habitude de ne rien partager et de ne faire confiance à personne...

Donc en économie, les mauvaises informations sont dangereuses, puisqu'elles font perdre de la confiance en le système, donc indirectement de l'argent.

Donc il ne faut surtout pas balancer de l'information économique fiable aux masses, sinon on ne peut plus diriger le troupeau de consommateurs comme on le souhaite. Logique.

Le principe actuel est donc de raconter des salades dans les médias afin de faire croire aux gens que la crise est terminée.

Je vous ai expliqué dans mes news précédentes que la crise actuelle était due aux parasites économiques.


2 - Petit rappel sur les réalités économiques

La macro-économie que l'on vous apprend en fac ou en école, c'est souvent de la merde. On y comprend pas grand chose et on se noie dans des formules aléatoires qui seront invalidées dès que la théorie qu'elles soutiennent s'effondrera, ce qui arrivera forcément.

En fait, pour bien comprendre la macro-économie, vous devez penser pratique et concret, et y aller pas à pas. Tout finit alors par s'emboîter comme un puzzle.

Question fondamentale : Qu'est-ce que l'argent, pourquoi l'a-t-on inventé ?

On dit souvent que l'argent est la source de tous les problèmes. Réflexion primitive et stupide, bien entendu, l'argent n'est qu'un outil et son devenir dépend de son utilisateur.

L'argent est seulement un intermédiaire pour le troc. C'est tout. Un symbole pour s'assurer que l'on s'échange des objets de même valeur.

L'argent s'échange donc contre des biens réels qu'ils soient directs (boulanger qui vend son pain, artiste qui vend sa toile, inventeur qui vend son invention, agriculteur qui vend sa culture...) ou indirects (commercial qui fait connaître un produit et le vend, médecin qui soigne un créateur, informaticien qui vend un service, etc.).

Il existe par dessus des métiers qui ne servent à rien, mais qui sont tolérés en tant que "luxe social".

Par exemple, la gériatrie. Economiquement parlant, dès qu'un vieux n'est plus en mesure de travailler, il faudrait se dépêcher de recycler son corps en savon ou autres matières réutilisables, afin qu'il ne coûte rien à la société. Mais comme nous sommes des êtres humains dotés d'une conscience, et pas des machines, nous soignons nos vieux pour les remercier d'avoir été des créateurs durant leurs jeunes années.

Donc pour bien savoir si vous êtes utiles, posez-vous cette simple question : A quoi je sers concrètement, qu'est-ce que je crée, en quoi suis-je un créateur ?

Car le problème, enfin l'un des mais le principal problème de la crise actuelle, c'est que se sont glissés dans le système tout un tas de parasites économiques, c'est à dire des gens qui bouffent énormément d'argent au système sans fournir de biens ou de services concrets.

J'ai nommé par exemple

- les directeurs de banques : ils gèrent l'argent des autres, c'est un bien indirect mineur, mais est-ce que ça ne leur donne pas le droit de taper dans la caisse ?
Dans les jeux de rôle, est-ce que le gardien du trésor a le droit de se servir au passage et allègrement ? Bien sûr que non.

- les politiciens et hauts-fonctionnaires : directeurs d'hôpitaux par exemple, sénateurs et députés, qui sont bien trop payés (sans parler de leur retraite) pour les services qu'ils fournissent

- les directeurs de boîtes inutiles nommés par favoritisme parce qu'ils ont fait la même grande école que le patron, etc.

- les intermédiaires commerciaux innombrables de la filière alimentaire, qui font obstacle entre le producteur et le distributeur en se servant allègrement au passage

- les organismes de gestion des droits d'auteur, qui collectent des droits pour les artistes et prélèvent au passage une quantité épouvantable d'argent

- etc bref, on pourrait en trouver une pléthore, de ces parasites économiques, il suffit de regarder et de réfléchir.

Au stade de déséquilibre du système économique où nous en sommes, l'existence de cas gens et surtout de ce qu'ils prélèvent est intolérable.

Comme le disait Kenneth, "un humain qui pense que la croissance exponentielle peut continuer à l'infini est soit un fou, soit un économiste".

Il est donc important de changer les mentalités pour faire évoluer ce système basé sur une dette et le faire revenir sur un système basé sur de l'argent réel.

Certes il y aura moins de croissance, nous évoluerons moins vite, mais notre évolution sera plus stable, et préviendra alors les risques de catastrophes que nous allons vivre bientôt.

Nous devons bien cela à nos enfants.


3 - Une culture américaine viciée à la base

L'exemple des traders en bourse est le plus criant : ils utilisent des failles du système boursier pour générer du fric.
Que représente ce fric concrètement ? Rien.
Qu'ont-ils fait de réel et de concret pour le mériter ? Rien.

La base de la culture américaine est de "jouer en bourse", comme si c'était un casino. C'est une perversion du système.

Normalement, on ne devrait pas pouvoir "jouer en bourse", sauf pour perdre et donner du fric au système.

Dans un casino normal, tout est fait pour que vous perdiez de l'argent, et qu'un type chanceux en gagne pour donner aux autres envie de rejouer.

Mais que se passe-t-il si le casino se garnit de tricheurs ? Et bien il perd de l'argent et coule.

C'est exactement ce qui se passe avec la bourse, qui ne marche plus actuellement qu'avec des dizaines de délits d'initiés par jours, des ententes sur les prix et des collaborations de lobbies permanentes.

Regardez le pétrole ou l'alimentaire, ou encore les fournisseurs d'accès à internet ou de téléphonie mobile, ils ne se cachent même plus de leur absence de concurrence...

Les délits existent toujours, ils ont juste changé de noms. Maintenant, pour "corruption" on parle de "lobbyisme", pour "entente sur les prix" on parle de "dîners entres amis du même milieu" ou de "politique économique conjointe", bref...

Le système du "jouer en bourse" a donc été perverti, et la bourse "génère" de l'argent alors qu'elle devrait en faire perdre pour alimenter le système.

Ce fric est de l'argent virtuel, qui ne provient de rien de concret. C'est du fric qui ne devrait pas exister, de l'argent volé (enfin en économie on dit pas "volé", on dit "emprunté à durée indéterminée") de l'argent qui s'entasse dans une dette qu'on ne veut surtout pas rembourser.

Notion d'argent virtuel, très important

Pour illustrer cela, l'exemple le plus criant était celui des subprimes. Il repose sur une faille du système qui veut qu'un banquier touche des coms sur des emprunts alors que ceux-ci ne sont pas finis de rembourser.

Normalement, on devrait rémunérer un banquier en fonction des taux d'intérêts et des revenus réguliers des emprunts qu'il a fourgué. Donc si un emprunteur ne paye plus, et bien le banquier cesse d'être payé. Mais ça ne marche pas comme ça, et c'est une erreur, une faille.

Partant de ce principe, un américain égoïste et stupide (pléonasme) a créé les subprimes, un emprunt sur 40 à 60 ans de plusieurs millions de dollars, accessible aux pauvres, et a taux variable en plus.

Lorsque des pauvres n'ont pas pu payer, car il faut être fou pour prendre un taux variable sur 50 ans, et bien il a fallu répercuter les pertes sur les autres, ce qui a fait grimper les taux d'intérêt et a conduit d'autres pauvres à ne plus pouvoir payer.

L'inventeur de cette merde a touché du fric sur ces emprunts, mais c'était de l'argent virtuel. La banque déclarait qu'elle possédait du fric qu'elle ne possédait pas encore, c'était de l'argent virtuel.

Dans un délai immédiat, ce système transformait les pauvres en riches multimillionnaires. Mais cet argent n'existait pas ailleurs que sur le papier, en prévision dans 40 à 60 ans.

En économie, l'accumulation d'argent virtuel, on appelle cela une "bulle spéculative".

Et au final, lorsque les banques ont dû rendre leur bilan, c'est à dire informer sur l'argent réel qu'elles possèdent en caisse, on a constaté que les chiffres sur lesquels tout le monde s'était appuyé étaient faux, et qu'au lieu d'être riches, les banques étaient en dette de plusieurs milliards.

Donc lorsque vous faîtes des manipulations financières, posez-vous toujours la question : mon argent est-il réel et mérité, ou ne suis-je rien d'autre qu'un voleur en costard-cravate ?


Un respect inutile

Dans cette culture américaine de merde qui a déteinte sur nous, on nous a appris à respecter voir vénérer ces gens friqués ayant fait de l'argent facile comme s'ils étaient plus intelligents que nous.

Mais c'est une connerie. Regardez-les, pour beaucoup d'entre eux, ils n'ont rien créé de réel.

Je ne parle pas de ceux dont on parle le plus, comme Bill Gates ou Steve Jobs, qui eux ont créé (ou volé des invention réelles, mais des hauts-financiers qui sont un peu moins riches, mais de manière beaucoup moins légitime.

Ces gens ne sont rien d'autre que des parasites nuisibles, et tout l'argent qu'ils ont gagné est de l'argent volé.

Ils ne méritent que du mépris et des crachats.

Leur argent est de l' argent de l'argent virtuel, c'est à dire de l'argent qui a été généré par erreur, sans provenir d'un service ou d'un bien réel.

Morale

La morale de ce monde est simple : Les petits voleurs sont arrêtés par la police, les grands voleurs la contrôlent.

Et au milieu, qui c'est qui prend tout dans la gueule ? C'est nous, les honnêtes gens, les classes moyennes.


Tout cet argent volé s'entasse dans "la dette" (interne comme externe, publique comme privée), une dette qui génère des bulles spéculatives qui ont finit par exploser et donner la crise actuelle.

La dette est toujours là, le chômage est toujours là, l'argent volé n'a toujours pas été rendu, au contraire les abus continuent de plus belle.

Donc non, la crise est toujours là, et encore pour longtemps.



4 - Intro sur le G20 de Séoul

Récemment, Sa Sérénissime et Impériale Altesse Naboléon Sarko 1er a organisé le G20 à Séoul.

L'objectif bien trop pompeux et présomptueux était de "résoudre la crise". OMG, même le génie que je suis n'y parviendrait pas, alors ce crétin de Sarko n'avait bien aucune chance d'y parvenir.

Bilan, Sarko s'est fait humilier par le sens des réalités.

Et oui, entre la chine qui ne veut surtout pas devenir le 1er pays du monde car cela ferait chuter sa monnaie et lèverait le voile sur ses taux de croissance falsifiés, une chine qui emmerde les USA parce qu'avec ses mensonges elle fait plonger encore plus vite leur économie...

... et des USA qui emmerdent la chine à imprimer sans cesse des dollars pour créer une inflation, à racheter illégalement et en sous main leurs propres bons du trésor par la FED, ce qui fait plonger la chine...

... Jin-tao et Obama, ils ne sont pas très copains.

Et Sarko, et bien entre les deux, il fait figure de nabo, et on lui a vite fait comprendre qu'il devait fermer sa gueule.

Vous l'aurez compris, la croissance de la chine est basée sur un mensonge. Un mensonge n'est valable que tant que l'on y croit. Lorsque ce mensonge cessera d'être cru, toute l'économie chinoise s'effondrera et le chômage explosera, et dévoilera les ressources publiques que la chine tient tant à cacher, qui sont sans doute pas très loin de zéro voir déjà en-dessous.

Quant aux USA, pratiquement toutes leurs grandes fortunes sont une épouvantable bande de voleurs, et ce sont ces voleurs qui tiennent le pouvoir. Tant qu'ils n'auront pas été ruinés, rien ne s'améliorera.


Pauvre Obama

Aux USA, Obama est détesté. Je l'avais déjà dit lors de son investiture, ceux qui me lisent s'en souviendront, mais la négritude d'Obama va malheureusement desservir les noirs d'USA.

Obama est un excellent président, sans doute le meilleur que les USA n'aient jamais eu. Seulement il a hérité d'un Titanic en train de couler, déjà percuté par l'iceberg Bush.

Obama a pris les bonnes décisions, mais comme ces cons d'américains ne voient que le court-terme, ils vont imputer la chute des USA à Obama, et celui-ci va morfler pour Bush.

Je vois d'ailleurs que Obama ne se représentera pas en 2012.
http://www.washingto...ml?nav=hcmodule

Une sage décision...

Finalement, les USA vont sans doute retomber dans le racisme, Sarah Palin va revenir sur la sellette, et les USA vont lentement et sûrement sombrer dans une dictature économico-religieuse de plus en plus évidente.


L'ère géopolitique du chacun pour soi

Comme je vous le disais, la base de l'économie, c'est la confiance. Or l'économie américaine cultivée ces 100 dernières années fut celle de l'arnaque. Plus personne n'a confiance.

Donc maintenant, chacun lutte pour sa gueule, nous sommes entré dans l'ère économique du "chacun pour soi".

Tant que cet état d'esprit perdurera, on ne sortira pas de la crise.

Cette crise est dans notre tête, pas dans notre portefeuille, tout cela n'est qu'une conséquence.

Le GEAB annonce une crise de 10 ans, en réalité, elle sera bien plus longue, car il faudra longtemps avant que les mentalités n'évoluent.

La crise que nous vivons actuellement est due à une évolution des mentalités et à une perte de confiance en le système.

Et Internet en est la clé.


5 - Internet et les raisons de la crise

En effet, Internet a permis d'apporter 2 éléments qui ont déstabilisé le système : une information fiable, et un partage d'opinion des individus.

Les mentalités se sont éveillées à la pourriture qui gouverne ce monde, à la corruption qui gangrène notre politique et notre système financier, et cela a précipité la demande de comptes à nos instances directrices.

La crise est donc basée sur 2 éléments :

1 - Amplification des tendances utilisées de puis des décennies : Arnaques, délits d'initiés, corruption, génération d'argent virtuel, trading et autres impostures économiques comme le fait qu'une banque puisse prêter de l'argent qu'elle n'a pas.

2 - Prise de conscience globale de ces abus, qui avant internet pouvaient se faire de manière sereine grâce au contrôle des médias.

Tout ce système fonctionnait avant parce que les gens y croyaient et ne se posaient pas de question.

Mais la croissance intellectuelle imposée par internet a fait sauter aux yeux des gens l'évidence de l'illogisme du système. Et sans confiance, pas d'argent.

Sarkozy essaye actuellement de nous faire croire par manipulation médiatique que tout est redevenu comme avant, que tout est beau et transparent.

Mais cela n'a aucune chance de marcher. Depuis Woerth-Bettencourt jusqu'à Bush et Halliburton, sur tous les continents du monde le goût de la pourriture est désormais dans la bouche de ceux qui pensent à la politique et à l'économie.

Sarkozy essaye, comme avec l'Hadopi, de nous faire revenir dans l'illusion du "c'était mieux avant, revenons dans le passé".

Illusion stupide, mais je ne doute plus que Sarkozy soit un con. Un bon magouilleur, certes, mais un con quand même.

La politique de Sarkozy est une politique de vieux, à savoir "revenons dans le passé". Je pense que c'est pour cela qu'Internet est son ennemi juré, sans internet et sa liberté d'expression, nous serions encore leurré par les ombres de la caverne que sont les médias passifs.


6 - Poursuite sur le G20

La base de la résolution de la crise, comme l'avait déjà expliqué Marx au siècle dernier dans son livre "The Capital", repose sur la création d'une évaluation des monnaies reposant sur la qualité et la quantité de productivité d'un pays.

Mais tant que l'OMC et tant que la chine seront debout, rien ne pourra se faire.

Car l'économie des USA repose sur le virtuel et l'OMC sur une logique de profit sans tenir compte du social, ce qui nuit à l'humanité, et celle de la chine sur la production de masse en mauvaise qualité en exploitant un déséquilibre basé sur le virtuel.

Ce G20 fut donc un lamentable échec. L'instauration d'une nouvelle devise ne pouvait pas aboutir.


Vieilles mentalités

Qui plus est, toutes nos instances gouvernantes actuelles sont des "vieux-pensants", dont la mentalité est encore fondée sur le modèle d'un contrôle centralisé, et non sur un modèle de partage.

Par conséquent, pour "penser" un nouveau système, il va falloir renouveler nos dirigeants. Les vieux croutons qui nous gouvernent actuellement sont bien incapables de nous faire prendre une nouvelle direction.

Il va donc falloir attendre 2012 / 2013, date du renouvellement de la plupart des acteurs économiques et politiques mondiaux pour que les choses puissent commencer à changer.

D'ici là, toutes les tentatives entreprises comme ce G20 se solderont par des échecs.

Asia Times explique bien cet état de fait et humilie Sarkozy en montrant bien la manque de pertinence des sujets abordés lors de ce sommet.
http://www.atimes.co...y/LJ27Dj04.html


L'ère du chacun pour soi, l'isolationnisme

De manière générale, ce G20 a prouvé une chose : la fin de la suprématie américains. Le bilan catastrophique des USA est tombé et a effrayé tout le monde. Les anglais suivent les USA dans leur chute avec une City qui n'en finit plus de boire la tasse.

La panique de ce G20 a concrétisé ces 2 tendances qui ont faites cette crise, et qui marquant un tournant dans la dislocation géopolitique globale.

Les seules solutions qui auraient pu être bénéfiques n'ont pas été écoutées. Le GEAB avait pourtant fait une lettre ouverte très bien écrite aux dirigeants :
http://www.leap2020....iale_a3009.html

Mais ce G20 n'en a abordé aucun point, ils n'ont fait que se disputer sans adopter de mesure concrète.

Nous sommes donc actuellement dans une phase de transition des mentalités qui se traduit par une économie du chacun pour soi, tout le monde dans son coin et chacun pour sa gueule.

L'égoïsme est ce qui nous a mené à cette crise, c'est sûr qu'avec ce genre d'attitude on va aller loin...

Cela s'exprime concrètement par une multiplication rapide des mouvements monétaires et donc des pertes, des difficultés économiques de gestion croissantes, des pertes d'initiatives dues à un défaut de confiance, des défaillances budgétaires, et des conflits monétaires multiples.

Cela s'exprime aussi socialement par un sentiment de mal être : On a l'impression de ne plus savoir dans quel monde on vit, où se monde se dirige, quel but il poursuit.

Si vous avez parfois l'impression que ce monde est paumé, que vous ne savez plus où vous en êtes, et que tout le monde cherche à vous tirer du fric et à vous écrabouiller, rassurez-vous, c'est normal, et vous êtes loin d'être le seul
.

A partir de maintenant, nous entrons donc dans une ère encore plus chaotique que d'ordinaire.

Les modèles macro-économiques linéaires que nous utilisons ne vont plus s'appliquer, et l'économie va devenir chaotique. Tant en terme économiques que monétaires, financiers, sociaux et politiques.


A lire

Il y a un excellent bouquin qui est sorti sur le sujet, le manuel d'anticipation politique de Marie-Hélène Caillol
http://www.anticipolis.eu/en_index.php
je vous le recommande si vous voulez en savoir plus.

Ce livre présente 6 types de transitions économiques et politiques, 6 possibilités qui vont pouvoir s'effectuer pour nous mener sur une nouvelle ère.

Et je pense qu'elle est dans le vrai, même si mon niveau d'anglais économique ne m'a pas toujours permis d'apprécier la portée de sa réflexion à sa juste valeur (et oui, même moi j'ai mes limites ).


7 - La FED est ENFIN contrôlée

Comme nous l'avions vu, la FED (la réserve fédérale nationale américaine) rachetait presque illégalement et en sous-main ses propres bons du trésor US.

Sur le papier, ce n'est pas illégal, car c'est une faille de la loi, mais dans le principe, c'est illégal si l'on suit la logique fondamentale du système capitaliste :

un pays ne devrait pas pouvoir emprunter éternellement toujours plus d'argent à lui-même en faisant tourner la planche à billet pour racheter sa propre dette et tenter de faire croire aux autres que son économie se redresse... Jusqu'au prochain bilan des comptes.



En effet, les ricains mettent en bourse leur propre dette afin d'inciter les autres pays à la rembourser, ce sont les bons du trésor US.

De ce fait, ils rejettent leur dette sur les autres pays, et font ainsi du problème du dollar le problème des autres pays.

De plus, ils en viennent finalement à faire du fric avec cette dette, ce qui la creuse encore plus, donc ils se font du fric sur notre dos. L'égoïsme américain l'emporte sur le bon sens et le respect.

Et cette tendance dure depuis 1945.

Mais jusqu'ici, personne n'osait pester contre la 1ère puissance mondiale (en théorie seulement, car en pratique depuis les années 70, les USA ont toujours été le pays du tier monde le plus pauvre de la planète. Je me souviens quand je leur disait cela à 15 ans, mes professeurs me riaient au nez...).

Sauf ces dernières années, car les américains étaient donc les seuls au monde à croire en l'économie américaine, les seuls à racheter leurs bons du trésor pour dire "Hé, regardez, yen a encore qui achètent, donc le monde a encore confiance en nous !".

Cette opération était baptisée par la FED le "Quantitative Easing".

La FED a récemment essayé de lancer son "Quantitative Easing 2", avec le rachat de 600 milliards de dollars de bons du Trésor US d'ici Juin 2011.

Cette nouvelle a fuité et a provoqué, pour la première fois depuis 1945, l'ire générale et virulente de la quasi-totalité des autres puissances mondiales que sont Japon, Brésil, Chine, Inde, Allemagne, etc.

Et oui, car comme je l'ai dit plus haut, cette attitude fait monter les prix en Chine. Et avec une hausse des prix officiellement à 4,4% (le plus haut niveau depuis plus de 2 ans), Pékin ne va pas rester sans réagir aux risques inflationnistes créés par la FED.
http://www.chinadail...nt_11463393.htm
http://www.chinadail...nt_11534295.htm

Même les Philippines, ancienne colonie américaine sous leur influence directe, ont osé exprimer clairement leur mécontentement. Le président Begnino Aquino a même déclaré qu'au-delà des Philippines, Singapour et la Thaïlande ressentent les conséquences négatives de la décision de la FED.
http://business.inqu...lippine-economy

Les autres partenaires européens sont restés d'un silence éloquent devant ce flux de critiques.

Et c'est d'ailleurs un autre enseignement de cette réaction négative à la décision de la FED :
même les alliés traditionnels des USA ont réagi négativement : l'Allemagne ou les pays de l'Asean étant même parmi les plus agressifs.

Ainsi, même les éditorialistes britanniques du Telegraph, pourtant très attachés à leur cousin américain, expriment-ils désormais leurs doutes publiquement sur la pertinence des décisions de la FED et prédisent dorénavant la fin de l'ère du dollar
http://www.telegraph...-super-put.html
http://www.telegraph...to-a-close.html

Mais ce n'est pas la décision de la FED qui marque une rupture, c'est le fait que pour la première fois, la banque centrale US se fait littéralement assommer par le reste du monde.

Ainsi, à l'image de nombreuses économies en risque de surchauffe, l'Australie continue à accroître ses taux d'intérêt pour lutter contre l'effet FED, afin de créer une hausse du Dollar australien par rapport au Dollar US. Comme pour le Dollar canadien et le Franc suisse, la devise australienne casse la barrière de la parité avec une devise américaine en pleine déconfiture. L'Inde a agit de la même façon que l'Australie.
Wall Street Journal : http://online.wsj.co...1846845530.html
http://www.telegraph...tightening.html

*****************************************
A lire aussi, très bien expliqué

Michael Hudson avait déjà prédit cette riposte dans son article "Contre-coup : Comment l'américaine a lancé une guerre économique mondiale et comment le reste du monde va-t-il riposter"
http://www.counterpu...on10112010.html
*****************************************


Le reste du monde a clairement signifié en Novembre 2010 qu'il ne comptait plus laisser la FED imprimer à volonté des dollars pour essayer de résoudre les problèmes des USA sur le dos des autres pays de la planète.

Comme l'écrit Doug Noland le 05/11/2010 dans son Credit Bubble Bulletin
http://prudentbear.c...ew?art_id=10458
"les décideurs mondiaux doivent désormais être exaspérés".

Nous sommes bien loin d'un simple conflit entre la chine et les USA, nous sommes en présence d'un tournant majeur où le reste du monde a dit merde aux USA.


Et concrètement ?

CONCRETEMENT, CELA VA SE TRADUIRE PAR L'ECROULEMENT TOTAL DES USA !!! YOUPIIIIII !!! ENFIN !
(désolé c'est compulsif, j'adore voir les trucs se péter la gueule (non non, le WTC c'est pas moi qui ait mis les explosifs)).

Depuis le temps que j'attends ce moment, ça va bientôt faire 8 ans que je prédis cela, et 8 ans qu'ils repoussent toujours la situation. On arrive ENFIN au blocage complet du système. Et c'est pour le second ou troisième trimestre 2011.

La destruction créatrice de Schumpeter bat ici son plein et de manière systémique !
http://fr.wikipedia...._cr%C3%A9atrice

Le dollar va redevenir ce que devrait être toute devise nationale : une simple monnaie. Sa gestion sera donc le problème du seul pays qui l'imprime, et donc celui-ci va chuter de manière épouvantable.

Les USA ne pourront plus acheter le pétrole qui fait vivre leur économie, car les lobbies se sont bien assurés de ne pas avoir de concurrence, et sans transport, les USA vont de disloquer.



La fin du dollar

En cette fin 2010, nous venons ainsi de vivre la fin de l'époque où le dollar était la monnaie des USA et le problème du reste du monde, comme l'avait fort bien résumé John Connally en 1971 lors de la décision unilatérale US de supprimer sa convertibilité en or.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la FED doit désormais compter avec l'opinion du reste du monde.

Il faut aussi considérer les voix de plus en plus nombreuses (y compris au sein de la FED) qui s'inquiètent du bilan dégradé de la banque centrale américaine.

Car ses actifs sont plus que douteux : hypothèques détenues par Fannie Mae et Freddie Mac ainsi que leurs titres, actions d'AIG et Bear Stearns, etc. La majorité des actifs de la FED sont des actifs-fantômes dont la valeur est quasi-nulle.

Il semble bien que la banque centrale américaine soit ruinée, même si personne n'ose l'avouer tant est redouté le cataclysme qui en suivrait.

Pour le reste, si la FED avait l'habitude de se contenter de demander l'avis de ses "primary dealers" pour estimer le volume de ses opérations d'achats de bons du trésor, elle va devoir apprendre à demander l'avis des autres banques centrales.

Le volume et la valeur réelle des opérations d'achat de la FED ne pourront donc plus être falsifiés.
http://www.bloomberg...-purchases.html

Même le président de la réserve fédérale de Dallas dit clairement qu'il estime que la politique actuelle de la réserve fédérale nationale (FED) est une erreur.
http://247wallst.com...waste-of-money/

Comme l'a décrit Liam Halligan, dans le Telegraph du 06/11/2010
http://www.telegraph...more-money.html
la FED n'est pas encore sous-tutelle mais en "résidence surveillée".

(Dans cet article, le journaliste fait une référence à la crise du canal de Suez
http://fr.wikipedia....u_canal_de_Suez
en disant que les USA vivent leur Suez économique.

En 1956 lorsque les 2 premières puissances coloniales qu'étaient le Royaume-Uni et France ont tenté d'empêcher militairement la nationalisation du Canal de Suez par le Colonel Nasser, elles ont dû s'arrêter net quand les USA et l'URSS, affirmant leur nouveau statut de maîtres du monde, leur ont signifié qu'ils étaient opposés à cette intervention. La crise du Canal de Suez marqua la prise de conscience généralisée que l'époque coloniale était terminée et que les puissances d'hier ne seraient pas celles de demain.

Le parallèle que fait Liam Halligan avec notre époque est donc très pertinent, les USA vivent ici leur prise de conscience que le reste du monde les tient désormais par les couilles, sans pour autant qu'un nouveau leader n'émerge, puisque la Chine, qui reste (tout du moins sur le papier) la plus adaptée pour jouer ce rôle le refuse).



On peut ainsi déjà être certain qu'il n'y aura pas de "Quantitative Easing 2", et encore moins de "Quantitative Easing 3", quelles que soient les opinions des futurs dirigeants américains sur le sujet.

Car Goldman Sachs estime à 4000 Milliards de dollars le besoin de "Quantative Easing" qu'il faudrait pour encore réussir à pallier temporairement les déficiences de l'économie US. Donc aucune chance que le reste du monde ne laisse les USA leur creuser la dette à ce point là.
http://www.zerohedge...llion-new-money

Il se déroulera donc fin 2011 sur un probable conflit géopolitique majeur suite à l'effondrement du dollar.


Risque de guerre ?

Même à l'intérieur des USA les inquiétudes se font jour sur le caractère éminemment dangereux de la politique de la FED, posant même la question de savoir si la FED ne va pas déclencher une guerre civile aux USA.
http://curiouscapita...d-to-civil-war/

Compte tenu du climat actuel, si celui-ci s'empirait encore, le scénario catastrophe d'une 3ème guerre mondiale ou d'une seconde guerre froide ne serait lui non plus pas exclu, même si très peu probable à cause de l'existence de la bombe atomique qui redéfinit sérieusement la donne.

L'attitude de la FED consistant à faire tourner la planche à billet pour temporairement et virtuellement combler le déficit des USA jusqu'au recompte des bilans a désormais prise fin, et la FED entre désormais en surveillance étroite, car tous les pays mondiaux dont la chine exigent désormais une transparence totale (un comble pour la chine) et un contrôle strict de la gestion.



8 - Et en Europe, qu'est-ce qui se passe ?

Tout d'abord, multiplication des résistances sociales

L'isolationnisme de l'ère actuelle conduit à une montée des magouilles, et à un besoin monétaire croissant.

La nature même purement économiste de nos dirigeant les met donc sur la voie logique de vouloir extorquer de plus en plus de fric.

En France, cela se traduit par une baisse des retraites (réforme foireuse suffisamment bien critiquée pour que je n'y revienne pas), une augmentation des impôts (la redevance TV va être donnée à tous ceux qui ont un ordinateur, c'est à dire tout le monde (lol... ou pas)), etc.

De Paris à Berlin, de Lisbonne à Dublin, de Vilnius à Bucarest, de Londres à Rome, les manifestations et les grèves se multiplient.

En France, les manifs sont habituelles, et souvent injustifiées, je le conçois. Mais même en Allemagne, où les manifestations sont peu fréquentes, où les syndicalistes sont intelligents (si c'est possible), et où la crise économique a eu le moins d'impact, les manifestations sont fréquentes comme jamais.
http://www.reuters.c...E6AC21M20101113

Pour résister à la crise, une politique d'austérité a été prise par tous les dirigeants européens, c'est à dire une politique d'économie, de réduction des dépenses publiques.

Malheureusement pour nos dirigeants représentants, cette politique révèle d'autant plus les manoeuvres de corruption, car elles deviennent bien plus apparentes et plus méprisées.

C'est surtout de cas dans l'un des pays les plus corrompus de toute l'Europe : la France, dans laquelle les dépenses de Sarkozy n'ont jamais été aussi élevées tandis que les crédits de l'état se réduisent comme peau de chagrin.

La politique d'austérité décidée par les dirigeants européens donne une répercussion logique : l'opinion publique sort de sa torpeur et les manifestants de leur trou, car concrètement affectés par les retombées de la crise, ils prennent conscience de sa durée et de son coût, et tolèrent de moins en moins la corruption.

C'est également le cas des collectivités locales, qui, comme en France avec les départements, commencent à affronter des situations budgétaires intenables.
http://www.lexpress....tml#xtor=AL-447

Les prochaines élections devraient donc faire payer très cher toutes les équipes au pouvoir qui ont perdu de vue que sans équité, l'austérité ne bénéficierait d'aucun soutien populaire.

Sans honnêteté et sans réduction des magouilles, l'austérité ne s'attire que du mécontentement. Si nos dirigeants décident de réduire le fric qu'ils nous donnent, alors ils doivent réduire le fric qu'ils prennent, et d'autant plus celui qu'ils volent. Logique.

Les prochaines élections devraient donc balayer toute la politique de favoritisme des friqués mise en place, en France par Sarkozy, en Italie par Berlusconi, il y a fort à parier que Sarkozy ne passera même pas le 1er tour.


Ensuite, réaction des dirigeants

Comme ils ne pensent pas comme nous (et qu'ils ne lisent pas ce genre d'articles), nos dirigeants sont incapables d'avoir un minimum de recul sur la situation actuelle.

Donc ils ne comprennent rien, et font ce qu'ils font de mieux : la sourde oreille et la tête dans le sable.

Pour l'instant, les équipes au pouvoir font comme d'habitude la sourde oreille et continuent essentiellement à appliquer les recettes de cuisine de la période d'avant la crise, à savoir des solutions néo-libérales stupides basées sur la réduction d'impôts pour les ménages les plus aisés et l'augmentation d'impôts indirects en tout genre pour les classes moyennes.

Pourquoi font-ils cela ? En espérant que les classes élevées vont créer plus d'emplois.

Tout comme le néo-libéralisme économique dans son ensemble, c'est évidemment complètement con.

Un riche avec plus de fric garde son fric pour lui, il ne va pas créer plus d'emploi. Non mais quel est le con qui a été assez triso pour me pondre un mode de pensée aussi stupide ?

Pour créer plus d'emploi, il faut diminuer les charges et faciliter les démarches administratives (épouvantables en France) afin d'aider les entrepreneurs à créer des entreprises, et ce en passant par les banques.

Un riche qui a déjà une grosse entreprise ne va pas risquer son fric pour en créer de nouvelles, c'est pourtant limpide. En revanche, un entrepreneur bouillant d'énergie qui a une idée, il a envie de créer son entreprise, il faut donc l'aider pour favoriser la croissance. Logique.


L'avenir ? Extrémisme

Mais l'inévitable montée en puissance des conflits sociaux et les changements politiques qui vont apparaître dans les élections nationales pays après pays vont générer une remise en cause de ces solutions. Le bouclier fiscal ne va par exemple pas faire long feu.

Donc bye-bye néo-libéralisme, et franchement c'est tant...
45 réponses
Cliquez ici pour répondre
Inscrit le 11/03/2009
3541 messages publiés
Envoyer un message privé
bon , j ai pas encore tout lu mais je reagi avant d oublier ce que je voulait dire

et si le 21 dec 2012 qu on nous bassine c etait pas apophis en plein tete ou une giga catastrophe apocalyptique mais la fin de ce monde là ; celui que tu decris si bien , ce monde où 0.0000000000003 % de pourris possedent quasiment tout ; ce monde egoiste , ce monde de mensonge , d exploitation , foutage de gueulle

finalement si c est ça , vivement fin 2012 ( faut bien s accrocher à un espoir de monde meilleur


long à lire ( j en suis à peine à plus de la moitié mais passionnant
Inscrit le 11/03/2009
3541 messages publiés
Envoyer un message privé
tiens question , à une époque passée , l emission de bifton monnaie papier etait son equivalent or , puis ( quand ??) ça a changé , qui en est à l origine? , but annoncé? , but réel ? tu saurai où trouver de l info la dessus ?
Inscrit le 11/03/2009
3541 messages publiés
Envoyer un message privé
tiens j ai trouvé ça ,j ai a peu pret mes reponses http://fr.wikipedia....e_Bretton_Woods
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
Envoyer un message privé
Au fait, il y a pas longtemps, sur 4chan/b lors des manifestations anti-réforme-d'Obama, je suis tombé sur un truc qui disait


You didn't get mad when you were manipulated by Fox news to vote for Bush.

You didn't get mad when it has been proved that Bush cheated.

You didn't get mad when the supreme court stopped a legal recount and appointed Bush as president.

You didn't get mad when Dick Cheney allowed energy company officials to dictate energy policy, with all the conflicts of interest and consequences it implies about the oil dependance.

You didn't get mad when the US government crashed planes on the WTC towers and make them collapse with explosives, covering thousand of insider tradings, creating a "new pearl harbor", to invade Iraq without any single link with Al Qaeda.
(see "Loose Change final cut", Reopen 911, Fahrenheit 911, Le Monde selon Bush, etc.)

You didn't get mad when a covert CIA operative got outed by the white house.

You didn't get mad when the Patriot Act got passed without even being read.

You didn't get mad when US army illegally invaded a country that posed no threat to US people, just to allow rotten businessmen to earn money with weapons and oil.

You didn't get mad when USA spent over 600 billion (and counting) dollars on said illegal war, according 80 billion dollars to Bush corporations by illegal and fake calls for bids.

You didn't get mad when over 10 billion dollars just disappeared in Iraq, with investigations stopped by the US government.

You didn't get mad when you saw horrible Abu Ghraib abuse photos.

You didn't get mad when you found USA, the pretended "country of justice and freedom" (LOL) were torturing innocent people.
http://www.antiwar.c...?articleid=8560

You didn't get mad when the government was illegally wiretaping Americans.

You didn't get mad when USA didn't catch Bin Laden, despite of all government promises.

You didn't get mad when USA government and lobbies tried to censore Fahrenheit 9/11from Michael Moore, showing the truth about all these official lies, and despite all of this, you closed your eyes on it.

You didn't get mad when you saw the conditions at Walter Reed Army Medical Center.

You didn't get mad when US government let a major US city in New Orleans drowned by a hurricane.

You didn't get mad when the deficit hit the trillion dollar mark.

But...

You finally got mad when... When... When... When... Wait for hit... When the Obama's government decided that people in America deserved the right to see a doctor if they are sick ?!



Oh my God. Oh Lord, please, help me, save me from these fucking retarded pinheads.



Illegal wars, lies, corruption, torture, stealing your tax dollars to make the riches richer destroying the middle class, and we NEVER heard about any money-conservation ?!

All of these shits are all OK with you, but using money to help other american people, no ?! And according to the argument of conservation ?!

ARE YOU COMPLETELY NUTS ?!

You people have lost your fucking minds, or maybe I think you never had anyone.

You are selfish, greedy, obnoxious, narcissistic, hypocrites, obviously coward, and frankly, frankly, FRANKLY... Stupid.

Your pathetic little misspelled protest signs are embarrassing.

Perhaps you ought to find the smart person in your midst and let them make up all the signs, cause man, you look like a bunch of idiots.



God bless America and fucks you, damned bloody WASPs.



PS : Also your mother dresses you funny but you're still so ugly.


(il a été repris plusieurs fois sur 4chan, je sais pas qui l'a écrit, un Anon j'imagine...)

J'ai pu assister à pas mal de discussions d'ici là, et malgré l'image désastreuse de crétins présentée par la TV USA, les américains sont tout comme nous : parfaitement conscients de la situation actuelle.

Vive Internet, il semblerait bien que ce réseau réunisse les peuples en les sortant de l'ignorance.
[message édité par Goldoark le 17/11/2010 à 22:26 ]
Inscrit le 20/09/2009
6244 messages publiés
Envoyer un message privé
@Goldorak: merci d'avoir partagé ta synthèse.

En tous cas hier j'ai regardé un gus parader à la télé, je me suis dit que si maintenant il se prend 1h30 sur plusieurs chaines de télé, c'est qu'il a un truc important à dire.

J'ai été sur le cul franchement. Il n'a même pas eu les couilles de dire la vérité aux français sur la situation économique. 1h30 de blabla inutile et de gros mensonges.

Sinon pour ceux qui veulent une revue de presse pas trop bisounours, c'est par ici: http://www.quotidien.com/
Inscrit le 14/07/2008
32 messages publiés
Envoyer un message privé
Gnommy met le doigt sur un des mécanismes diaboliques du système: à savoir que depuis 73 et Pompidou (ex de chez Rotschild), la France et les autres états Européens n'ont plus le droit de battre monnaie.
Or, sans du flouze supplémentaire, tout se casse la gueule: réduction des dépenses+accroissement des prélèvements (les fameuses recettes du FMI), ce qui fait boule de neige: entrainant perte de croissance et donc encore plus besoin d'argent frais, encore plus de réduction des dépenses et/ou accroissement des prélèvements. Pas besoin de vous faire un dessin
Le remède inventé à l'époque et qui continue à fonctionner aujourd'hui, c'est que les états pouvaient emprunter de l'argent aux banques (les banques privées pas les banques nationales)et c'est comme ça que la dette a commencé.
Plus la dette s'est accrue, plus sa valeur réelle s'est amenuisée (car ne dépendant que de la capacité réelle des états à la payer) Mais comme les états sont de plus en plus endettés, leur capacité à rembourser devient douteuse. En fait, pour rembourser, les états ont encore demandé de l'argent aux banquiers. Mécaniquement, cette dette devient de la monnaie de singe au fur et à mesure qu'elle enfle.

Le phénomène s'est emballé de manière folle avec la crise. Les états ont renfloué les banques avec de nouvelles dettes supplémentaires auprès de ces mêmes banquiers et ce à une échelle jamais vue. D'après vous, elle vaut combien réellement cette fichue dette?

Le problème c'est que ça été tellement gros que ça s'est vu. Les rois (banquiers et états) sont à poil. Il ne sera plus possible de refaire le même coup une fois de plus alors que la situation se retend à l'extrême, cette fois simultanément coté banques et coté états (normal leurs fonds ne valent plus rien et ils ne se font plus confiance). Même le FMI n'a plus l'air de croire à ses recettes.

Je crains fort que Goldoark ait raison en prédisant un clash de première magnitude à très court terme.

Je ne sais plus où je l'ai lu mais il y a quelqu'un qui recommandait de sortir fissa tout son fric des banques et de le convertir en lingots (vous voyez l'idée même si des lingots seront plutôt durailles à utiliser en cas d'effondrement). C'est peut-être une bonne solution égoïste mais si ça prend de l'ampleur ça va précipiter la catastrophe.

PS: très bon article Goldoark. Il y aurait beaucoup à discuter.
Inscrit le 11/06/2009
497 messages publiés
Envoyer un message privé
Très très intéressant, j'aime toujours autant lire tes analyses Goldoark, même si parfois ce sont des affirmations sans fondements réels... Donc selon toi, nous avons maintenant une date de péremption des USA, j'ai hâte d'être fin 2011 pour vérifier tes dires.

Lidilius : Tu parles de l'article 25 qui interdit les états à emprunter des fonds aux banques nationals, les obligeants de passer par des banques privées, et par là payer un intérêt ?

Maintenant avec le recul (recul de 40 ans tout de même), je me demande qu'est ce qui a motivé (l'alibi public) cet article.
[message édité par Fand le 17/11/2010 à 23:59 ]
Inscrit le 05/10/2010
739 messages publiés
Envoyer un message privé
2012

Peut être pas la fin du monde, mais la fin d'un monde finalement...
Inscrit le 14/07/2008
32 messages publiés
Envoyer un message privé
J'ai du mal à croire à un scénario apocalyptique (xxx Mega morts), déjà que les ricains ont du mal avec des guerres régionales et que personne ne se sent plus fort qu'eux d'un point de vue militaire (et ça ne va pas changer à court ou moyen terme)

Un big crunsh interne quelque part dans le système des pays établis me semble plus probable. Pas besoin de révolution, juste un beau merdier avec grèves sauvages, paralysie des transports et, pas un de nos états ne résiste (confiance des marchés devient de la fiotte, intérêts qui explosent et le système ne peut pas s'en sortir sans .... Demandez vous juste un peu ce qu'il se serait produit ici si les dernières actions sociales s'étaient radicalisées. C'est pas un Naboleon pérorant à TF1 qui aurait pu régler la situation (couvre-feu, loi martiale, toussa)

La question est donc comment peuvent-ils survivre, hors des règles néo-libérales qui n'ont plus court?

Si vous observez comment évolue l'arsenal de lois et moyens que l'état se donne pour contrôler et maitriser les citoyens, il y a de quoi s'inquiéter (rappelez vous, ces ordures ont voté de retirer le permis aux transporteurs qui bloquent, je me demande d"ailleurs si c'est conforme à la constitution). Si vous rajoutez le "chacun pour soi", si justement décrit par goldoark, le bilan c'est des explosions locales temporaires (genre banlieues 2005, en pire) et un max de répression, surveillance, tandis que la situation économique et sociale ne cesse de dégringoler.
Dictature "molle" coté politique et esclavage "mou" coté social, avec baisse générale du statut de presque tout le monde.

D'une manière paradoxale, le salut pourrait venir des USA. Les concepteurs de la constitution US ont été vraiment grands en prévoyant en dernier recours que les citoyens avaient accès aux armes (c'était intentionnel de leur part, si, si -c'est l'unique justification de cette bizarrerie alors que tous, absolument tous, les autres états ont restreints l'accès aux armes à leurs citoyens, vous avez en tête la Marseillaise?).
Je dis bien en ultime recours quand, conformément aux droits de l'homme, les gens n'ont plus d'autre recours, devant la privation de leurs libertés et la restriction de leurs droits, que de se révolter.

Bienvenue au 21ième siècle. On en est là ou presque.


Et je suis d'accord avec Wintermute: pas la fin du monde, mais certes la fin d'un monde, celui issu de la seconde guerre mondiale.
Inscrit le 17/09/2008
828 messages publiés
Envoyer un message privé
Au fait, c'est pas le même goldoark qui prédisait la fin du monde économique pour novembre 2009 ?

bon ben ça va, vous pouvez vous rendormir.

Quant à l'alignement des planetes fin 2012 dont vous allez entendre parler regulierement pendant 2 ans, il a lieu chaque année ... mais un connard a décidé que cet alignement serait le dernier, pour faire sa pub.

Et ça ne manque pas de crétins qui se croient informés, pour relayer ces canulars facilement démontables.

La fin du monde pour 2011-2022, bof, la fin des cons pour demain, voila l utopie
Inscrit le 20/06/2009
2253 messages publiés
Envoyer un message privé
Un chiffre intéressant : seulement 3% de la masse monétaire mondiale existe. Le reste n'est que de l'argent virtuel.

Si demain, tout le monde retire 3% de son argent en cash, IL NE RESTE PLUS RIEN.

Amusant non ?
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux