DRM : l'April publie une synthèse sur les verrous numériques

Inscrit le 16/06/2009
10241 messages publiés
Envoyer un message privé
Mindo , sujet ouvert le 10/11/2010 à 17:55
Spécialisée dans la défense des intérêts du logiciel libre, l'association April est à ce titre régulièrement amenée à combattre les mesures techniques de protection imposées sur certains supports ou sur certains fichiers informatiques. Ce printemps, l'association s'était notamment associée à la Journée mondiale contre les DRM, aux côtés d'autres organisations comme la Free Software Foundation (FSF).
Dans le cadre de sa mission, l'April a initié une série de synthèses visant à présenter les principales menaces qui pèsent sur le logiciel libre. La synthèse sur les mesures techniques de protection (ou DRM, pour Digital Rights Management) a inauguré ce projet. Ici, l'April chercher à décrypter ces dispositifs visant à contrôler les usages des utilisateurs, au risque de restreindre leurs droits.
"Les DRM sont de plus en plus utilisés par l'ensemble des industries culturelles : l'industrie du cinéma, aussi bien que celle du jeu vidéo ou des livres numériques tentent d'imposer ces verrous comme norme. Ce faisant, ils empêchent des milliers de citoyens, et en premier lieu les utilisateurs de logiciel libre, d'avoir accès à ces biens culturels" a analysé la chargée de mission des affaires publiques à l'April, Jeanne Tadeusz.
Le problème des DRM est plus que jamais d'actualité, en particulier avec l'accord commercial anti-contrefaçon (ACTA). Hier, nous avions remarqué qu'un document de la Commission européenne indiquait que les États ne devaient pas se voir imposer l'interopérabilité des mesures techniques de protection. "Il n'y a pas d'obligation pour l'industrie des TIC de concevoir des appareils, des produits, des composants ou des services qui correspondent à certaines mesures technologiques" était-il écrit.
En France, les DRM ont été au cœur des débats autour de la loi DADVSI (Droits d'Auteur et Droits Voisins dans la Société de l'Information). Le législateur avait introduit dans la législation la pénalisation du contournement des mesures techniques de protection. Quatre ans après l'adoption de la loi, ces dispositions anti-contournement n'ont cependant jamais été mises en œuvre.
Rappelons d'ailleurs que c'est l'April qui s'est retrouvé en pointe dans ce combat, en saisissant le Conseil d'État peu après l'adoption de la loi DADVSI. L'association avait finalement remporté son action, en ouvrant la voie à une exception de décompilation, autorisant les développeurs à contourner les DRM pour des besoins d'interopérabilité.
Malgré ce succès au Conseil d'État, "la question des verrous numériques et leur non-interopérabilité reste un sujet majeur et représente un danger toujours aussi vivace pour le logiciel libre", a souligné le président de l'April, Tangui Morlier. La synthèse peut être consultée directement sur le site de l'April. Différents autres formats sont proposés, allant du PDF à l'OpenDocument en passant par LaTeX.

Lire la suite
12 réponses
Inscrit le 01/09/2004
324 messages publiés
L'APRIL parlant des "dangers du logiciels libres", vous êtes sûrs de vous ??? Plutôt des dangers qui pèsent sur le logiciel libre, non ?
Inscrit le 16/06/2009
10241 messages publiés
Mindo (Rédacteurs Numerama) le 10/11/2010 à 18:11
La coquille a été rectifiée :-). Merci !
Inscrit le 06/02/2009
269 messages publiés
Pour moi, le DRM ne représente pas qu'un danger pour le logiciel libre mais aussi et surtout pour le consommateur, dont il vise clairement à aliéner les droits, mettant ce dernier dans la position d'un simple locataire sans droits ni titre qui n'a donc qu'une chose à faire c'est de cracher au bassinet et surtout de la fermer et de subir.
Inscrit le 20/09/2009
6476 messages publiés
Thnos, le 10/11/2010 - 18:28

Pour moi, le DRM ne représente pas qu'un danger pour le logiciel libre mais aussi et surtout pour le consommateur, dont il vise clairement à aliéner les droits, mettant ce dernier dans la position d'un simple locataire sans droits ni titre qui n'a donc qu'une chose à faire c'est de cracher au bassinet et surtout de la fermer et de subir.


Bonjour !

Je suis d'accord avec toi concernant les restrictions que cela apporte aux clients, mais c'est aussi un danger pour les logiciels libres: les solutions de lecture avec DRM privilégient toujours les systèmes majoritaires, et donc pour le moment c'est des systèmes propriétaires et fermés. Cela conforte donc des monopoles, et non la diversité et l'innovation. Au lieu de privilégier des standards et des formats ouverts, on privilégie la fermeture et les restrictions. Ce sont de très mauvaises conditions pour le développement et l'usage de logiciels libres.

Le fait d'interdire le contournement de DRM peut aussi nuire aux logiciels libres: un simple DVD contient un DRM. Pour pouvoir lire ce DVD sur un portable Linux, c'est bien un contournement du DRM qui est utilisé.

Autre exemple: citez-moi des solutions de VoD en ligne qui n'imposent pas Microsoft IE et Microsoft Media Player. Vous en connaissez qui fournissent des formats ouverts et qui n'imposent pas une technologie avec DRM ?

Pour en savoir plus sur les DRM (site anglophone):
http://www.defectivebydesign.org/

Pour en savoir plus sur les formats ouverts:
http://www.formats-ouverts.org/



PS: il y a une erreur dans l'article. DRM ne signifie pas "Digital Rights Management" mais "Digital Restrictions Management". Le "Rights" est un mythe. Jamais les DRM n'ont protégé ou apporté des droits. Ils ont toujours créé des restrictions.
[message édité par MdMax le 11/11/2010 à 09:53 ]
Inscrit le 17/03/2008
2788 messages publiés
Thnos, le 10/11/2010 - 18:28
Pour moi, le DRM ne représente pas qu'un danger pour le logiciel libre mais aussi et surtout pour le consommateur, dont il vise clairement à aliéner les droits, mettant ce dernier dans la position d'un simple locataire sans droits ni titre qui n'a donc qu'une chose à faire c'est de cracher au bassinet et surtout de la fermer et de subir.


Exactement.
Ce qui est curieux c'est que ca va a l'inverse de TOUTE les autres technologie, qui visent a simplifier l'accès à tout:

Je ne compte plus les gens qui ont des "problèmes" avec ces machins: DVD qui ne se lisent pas, CD qui ne marchent pas, Jeux qui ne jouent pas, Fichiers acheté qui marchent, puis ne marchent plus...
Tout ca à cause des DRM.

D'autant que, lorsque "ca marche pas", l'erreur n'est en rien explicite: Message d'erreur, parfois ca marche juste pas (CD éjecté par ex), parfois avec un message laconique "Contactez le vendeur" (Ben voyons... un samedi soir à 21h30 j'ai que ca a faire, de contacter un robot-suiveur-de-script à 0.50€/mn pour m'entendre dire de réinstaller windows...)

Mais le plus souvent, la personne se sent impuissante & flouée, et jure qu'on ne l'y reprendra plus.
Comment s'étonner, ensuite, que les marchés ne décolle pas ?

Surtout que, dans ces cas-là, c'est "l'informaticien de service" qu'on appelle (moi en l'occurrence). Et ca se fini à 99% du temps sur un tracker, en .mp3 ou .avi. Et voila.
La fois d'après, que pensez vous qu'ils font ? Ben ils m'appellent directement.... Je leur descend ce qu'ils veulent, & voila.

Dans le process, on a crée des gens dépendants technologiquement (même si, pour les plus intéressés, je leur explique comment se débrouiller), et des gens qui, surtout, ont retenus la leçon: ne *PAS* acheter en ligne, c'est de l'arnaque (Même si c'est pas vrai pour les DVD: Il faut avouer que ça, ca marche pas trop mal. Mais les CD et les blue-ray, c'est la cata).

Je ne dis PAS que c'est la seule raison (En effet, pour la Nintendo DS, par ex, ils comprennent TOUS très vite ce qu'est un Linker & que c'est vite rentable), mais au moins pour les achats de fichiers en ligne, c'est flagrant : C'est pas le prix qui gêne, c'est clairement les limitations sur les usages (location, nombre de visionnage/écoute, obligation d'être en ligne) ou les bugs dans le process. Dans compter les CD, dont la plupart des récents ne passent plus dans les auto-radios ni les baladeurs CD, alors qu'un pauvre CDRW plein de MP3 passe sans problèmes.
Inscrit le 21/03/2009
1787 messages publiés
obcd, le 11/11/2010 - 00:29
Mais le plus souvent, la personne se sent impuissante & flouée, et jure qu'on ne l'y reprendra plus.
Comment s'étonner, ensuite, que les marchés ne décolle pas ?

+1
Le dernier DVD que j'ai acheté et qui ne fonctionnait pas bien (intuitivement un DRM : image transformée, mal lue... mal décodée, comme cryptée) ca a été retour direct au magasin.

Comme ils ont émis des réticences à me rembourser (ils y tiennent a vendre.. veulent t'en refiler un autre à la place - tu parles, pour avoir la même erreur de lecture ?), et bien après cet épisode j'ai tout simplement arrêté d'acheter.

Simplement par peur de me faire voler.

Un mécanisme qui enlève la confiance du consommateur... super efficace pour faire de la vente.
Inscrit le 17/02/2010
1205 messages publiés
C'est moi qui n'ai rien compris a la GPLv3 ?

"Neutraliser les lois prohibant les logiciels libres, sans interdire les DRM

Vous êtes certainement au courant de l'existence de mesures de mégestion des droits numériques (Digital Rights Mismanagement - DRM) sur les DVD et d'autres médias. Vous êtes sans doute aussi au courant des lois qui ont rendu illégale l'écriture de vos propres outils pour les contourner, comme par exemple les lois Digital Millennium Copyright Act aux États-Unis ou la European Union Copyright Directive [dont la loi DADVSI est la transposition française].Personne ne devrait pouvoir vous empêcher d'écrire le code que vous souhaitez écrire, et la GPLv3 protège ce droit qui est le vôtre.
Il est toujours possible d'utiliser du code sous licence GPL pour écrire des programmes qui mettent en ?uvre des " DRM ". En revanche, si quelqu'un le fait avec du code sous licence GPLv3, la section 3 de la licence stipule que le système ne pourra être considéré comme une mesure de protection effective. Ceci veut dire que si vous cassez le DRM, vous serez libres de distribuer ce logiciel et vous ne serez pas menacés de sanctions du fait des lois DMCA, EUCD, DADVSI ou assimilées.
Comme toujours, la licence GNU GPL ne bride pas les gens dans les logiciels qu'ils font, elle les empêche juste de brider l'usage que les autres en font."

Source: Guide rapide Gplv3
Inscrit le 23/09/2006
3312 messages publiés
si si c'est la "gestion des droits numeriques" du consommateur, gestion des dits droits qui consiste a les quasi obliterer le plus possible, mis a part celui de payer, et celui de fermer sa gueule
les derniers jeux pc et derniers cd audios que j'ai acheté, je n'ai pas pu m'en servir...
ca m'etait deja arrivé, j'esperait naivement qu'ils auraient fait un geste/des progres allant dans le sens du CONsommateur que je suis
oui ils ont fait un geste: un doigt d'honneur

maintenant mon pognon durement acquis je le donne a d'autres...
Inscrit le 10/10/2010
1005 messages publiés
Extrait d'une interview de Yves Riesel(Patron du site Qobuz,du label Abeille Musique et vice-président du SNEP) paru dans le n°8 de Maximum Download (devenu Click&Load magazine depuis)
J'ai volontairement souligné la réponse


Question:Vous avez fait le choix de ne pas utiliser de DRM sur Qobuz.Comment expliquez-vous ce choix?

Réponse:Vous savez,les DRM sont utilisés quand les Majors ne veulent pas que ça marche!Si nous avons pu négocier en ces termes,c'est que notre système est bon.


Souvenez vous!Au début des années 2000,les Majors luttaient contre Napster,Kazaa & cie.Ils ont mis en place des plates-formes DRMisés(eCompil par exemple) afin de décourager l'offre légale et dégouter le public en espérant qu'il reste fidèle au CD (vendre un mp3 1 euro est moins lucratif qu'un CD à 15 euros).D'ailleurs elles continuent en imposant des minimums garantis élevées , en refusant une gestion collective des droits sur Internet et en maintenant les DRM sur les offres d'abonnement(ex:MusicMe)malgré l'abandon il y a un an sur les plateformes qui vendaient à l'unité (iTunes,FNAC.com,etc...)
[message édité par Zumomaki Raruto le 12/11/2010 à 11:07 ]
Inscrit le 29/04/2010
393 messages publiés
Moi c'est marrant, les DRM me font penser au communisme :
Tu payes mais cela ne t'appartient pas, tu n'as aucun droit dessus.

Le communisme dur, c'était : tu as un appartement qui t'ai prêté par le pays/parti, mais si demain on change d'avis tu dégage (malgrès que tu payes tes impots, loyers, ...).
Inscrit le 17/03/2008
2788 messages publiés
Moi c'est marrant, les DRM me font penser au communisme :
Tu payes mais cela ne t'appartient pas, tu n'as aucun droit dessus.

Le communisme dur, c'était : tu as un appartement qui t'ai prêté par le pays/parti, mais si demain on change d'avis tu dégage (malgrès que tu payes tes impots, loyers, ...).


Oui enfin sans jusqu'a aller au communisme, c'est surtout de la location qui ne dis pas son nom.

Moi ce que j'ai l'impression, c'est que les majors (du cinéma comme de la musique) ont surtout pour objectif d'imprimer dans l'inconscient des gens que ce n'est PAS aux personnes de décider de quand ou comment ils "consomme" la culture.
Après , en terme purement marketing, le but est d'avoir une offre la plus fouillis & incompréhensible possible, pour maximiser les marges (en obligeant les gens à racheter plusieurs fois les oeuvres, par exemple).

Ca, c'est le monde de la téléphonie mobile qui l'a montré: Moins c'est clair, moins les offres sont comparable entre les fournisseurs, plus, au final, on se fait enfler.
Inscrit le 03/10/2008
1379 messages publiés
Mouais. Ils font quand même l'amalgame entre "contenu des majors" et "culture".

Par exemple:
"En d'autres termes, les majors peuvent décider de tout, et les salles de cinémas deviennent de simples lieux de projection dépersonnalisés et sans aucun contrôle de leur propre offre."

C'est juste faux. Les salles de cinéma ne sont contraintes, que si elles décident de diffuser les films de ces majors. Elles peuvent aussi diffuser du cinéma indépendant. Après, le risque c'est que le public s'en foute. Mais si le public préfère les DRM, que peut-on y faire?

C'est leur rendre service que de considérer qu'ils détiennent toute la culture. On ne bouffe des DRM que si on a décidé d'en consommer. On a la culture qu'on se choisit, merde!
[message édité par Grand_grunt le 12/11/2010 à 12:31 ]
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux