En Chine, 5 constructeurs vendent plus de 90 % des smartphones au dernier trimestre de 2017. Un seul n'est pas chinois... et c'est Apple.

Samsung a bien réussi à imposer sa marque en Europe et aux États-Unis, à grand renfort de communication et en sortant des produits qui, enfin, ont une identité propre et désirable. Celui qui peut se targuer d’être l’un des premiers constructeurs Android dans plusieurs pays a pourtant un talon d’Achille qu’il n’arrive pas encore à maîtriser : la Chine. Le pays, pourtant peu éloigné de la Corée du Sud natale de Samsung, résiste aux gammes Galaxy et malheureusement pour le géant coréen, plus les années passent, plus le top 5 des vendeurs prend ses aises.

Huawei, Xiaomi, Apple, Vivo et Oppo cumulent 91 % des ventes en Chine

C’est l’angle, en tout cas, du dernier rapport de Kantar, entreprise d’analyse statistique qui traque les ventes de smartphone trimestre après trimestre dans tous les pays du monde. Car les consommateurs chinois semblent avoir deux amours bien distincts quand il s’agit de smartphones : d’un côté, une préférence régionale qui va à Huawei, Xiaomi, Vivo et Oppo. De l’autre, une fascination pour Apple et ses iPhone qui est le seul constructeur étranger à figurer dans ce top — à la troisième place. D’après le rapport de Kantar, les 5 premiers cumuleraient 91 % des ventes du trimestre. À la même époque l’an dernier, ils ne pouvaient se targuer que de 79 % des ventes.

2,2 % des ventes

Pour Samsung, c’est une double dynamique négative : ses 5 concurrents en Chine solidifient leur présence et leur domination d’année en année et le Coréen, lui, perd même des parts de marché, cumulant cette année à 2,2 % des ventes, quand le top 10 se termine avec des marques ne possédant que 1 % ou presque du total. Cela ne serait pas problématique pour Samsung si le marché du smartphone était florissant partout ailleurs dans le monde, mais on sait que c’est de moins en moins le cas : bien des pays sont aujourd’hui équipés et le renouvellement se ralentit.

Le Samsung Galaxy S8

Au contraire, la Chine et l’Inde sont deux marchés extrêmement porteurs pour les marques — Apple a fait du premier son cheval de bataille et Xiaomi se développe en regardant vers le second. Pour Cupertino, le marché chinois est même l’opportunité rêvée pour maintenir les ventes d’iPhone à l’équilibre depuis que les trimestres fiscaux ne sont plus des « records ». Les derniers résultats publiés par l’Américain montrent d’ailleurs que la stratégie paie enfin, avec une croissance du chiffre d’affaires en Chine au dernier trimestre qui dépasse les 10 %.

Partager sur les réseaux sociaux