Le groupe chinois Geely, propriétaire de Volvo, vient d'acquérir la startup américaine Terrafugia. Une entreprise fondée en 2006 et qui promet... une voiture volante.

Les rumeurs de l’été se confirment : le mastodonte chinois de l’automobile, Geely Holding — propriétaire de Volvo — a racheté l’intégralité de Terrafugia. Cette étonnante startup américaine promet à ses investisseurs de réaliser un rêve : la voiture volante. Terrafugia conservera ses locaux aux États-Unis et profite des fonds chinois pour accroître sa masse salariale.

Sur les routes, et dans les airs

Fondée par cinq anciens étudiants du MIT en 2006, Terrafugia travaille depuis plusieurs années sur une véritable voiture volante. Contrairement à d’autres acteurs du secteur, il ne s’agirait pas d’un drone aux airs de voiture ni d’un bateau, mais bien d’un véhicule pouvant à la fois parcourir des routes et voler comme un hélicoptère. La voiture fonctionne intégralement à l’électricité dans ses dernières versions nommées TF-X. En 2009, le Transition, prototype de la startup interpellait déjà.

Terrafugia compte commercialiser, grâce à Geely, un premier véhicule en 2019, quand les véhicules terrestres et aériens sont attendus pour 2023. Les prototypes de l’Américain ont bien souvent capté l’attention des médias, à défaut de s’être révélés prêts pour le marché.

Les investissements de l’important groupe chinois pourraient accélérer le développement de la startup. D’autant que Geely insiste : cette acquisition doit se concrétiser par des produits commercialisables à moyen terme.

Il est assez rare de voir des constructeurs s’intéresser autant à la voiture volante, un rêve encore lointain pour l’industrie. En outre, le groupe chinois profite de son expertise dans les hélicoptères pour réunir ses deux domaines d’expertise dans un produit futuriste. Notons toutefois qu’à l’horizon 2020, ces véhicules souffriront encore d’un coût de fabrication bien trop élevé pour imaginer les retrouver dans nos garages.

Partager sur les réseaux sociaux