La firme de Cupertino a signé avec Steven Spielberg un juteux contrat qui lui offre les droits de sa série culte des années 1980, Histoires fantastiques. Celle-ci serait remise au goût du jour et relancée par Apple. Rien n'indique toutefois que le cinéaste s'occupera lui-même de ce reboot.

Apple promettait des investissements et du contenus dans les prochaines années : ses ambitions s’éclaircissent avec la nouvelle du contrat liant Cupertino à Steven Spielberg. La firme à la pomme a signé avec le célèbre réalisateur afin de rebooter sa série des années 1980, Histoires Fantastiques.

Petit écran

Diffusée sur NBC à partir de 1985, cette série de science-fiction a connu un succès relatif sur le petit écran avant d’être interrompue en 1987. Essentiellement écrite par Spielberg, la série d’anthologie comportait un casting pléthorique et a permis à de nombreux cinéaste de s’essayer au jeu de la télé, comme Martin Scorsese, Clint Eastwood ou encore Irvin Kershner.

Si le reboot ne sera probablement pas assuré par Spielberg lui-même, Apple aurait payé près de 50 millions de dollars pour diffuser la série, produite par le groupe NBCUniversal et par Amblin Television, la branche télévisuelle de la société de production Amblin Partners de Steven Spielberg.

Pour Cupertino, il s’agit d’un premier pas assumé dans le monde de la fiction, produisant là une véritable série dont la qualité pourrait rivaliser avec des programmes comme ceux de la NBC. Engageant 846 millions de dollars pour la production de contenus vidéos, la firme n’égale ni Netflix, ni Amazon mais avance a minima dans une direction similaire.

Offre streaming vidéo ?

Au total, toujours selon le Wall Street Journal, ce serait dix épisodes que la marque pourrait produire dans un futur proche. Toutefois, un doute plane encore sur la monétisation de cette nouvelle offre. Alors que les précédents contenus d’Apple ont été diffusés sur Apple Music et vendus sur iTunes, la firme pourrait dévoiler un nouvel abonnement exclusivement vidéo.

Le succès d’Apple Music n’étant plus à démontrer, la firme pourrait se concentrer sur une nouvelle offre visant à compenser la perte d’influence d’iTunes dans la vidéo. En effet, la SVoD prenant le pas sur la VoD, la boutique en ligne iTunes voit désormais son influence reculer.

Toutefois, les observateurs ne manquent pas de souligner que, dans un marché très occupé et avec un budget bien inférieur à la moyenne, Apple pourrait se trouver limité, d’autant que le succès des Apple TV reste très relatif : son parc d’appareils audiovisuel est circonscrit, alors que la firme avait pu s’appuyer sur plus d’un milliard d’iPhone pour lancer Apple Music.

Partager sur les réseaux sociaux