Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

VideoLAN a refusé des dizaines de millions de dollars pour placer de la pub dans VLC

Saviez-vous que le président de VideoLAN a refusé des dizaines de millions de dollars en échange de l'ajout de publicités et de bouts de code douteux dans VLC ? Connaissez-vous l'histoire de l'icône du lecteur multimédia ? Ou du risque que font peser la NSA et la CIA sur le projet ? Non ? Alors, il est temps de lire les réponses que le président de VideoLAN a données aux questions des internautes.

Tout le monde ou presque connaît VLC. Logiciel libre et gratuit, il est le couteau suisse par excellence du multimédia. Compatible avec la quasi-totalité des plateformes, des principales au plus anecdotiques, le lecteur est bardé de fonctionnalités satisfaisant l'essentiel des besoins des usagers. Et surtout, très rares sont les formats à lui tenir tête. Dans la vidéo pour ordinateur, on ne fait pas mieux.

Mais l'histoire de VLC aurait pu être très différente et son succès bien moindre si des orientations très discutables avaient été suivies par l'équipe encadrant le projet. C'est en effet ce que l'on devine en lisant la discussion « Ask Me Anything » (demandez-moi n'importe quoi) à laquelle s'est soumis le président de l'association VideoLAN, Jean-Baptiste Kempf, sur Reddit.

On y apprend ainsi que l'intéressé a refusé une offre « de l'ordre de plusieurs dizaines de millions d'euros » en échange de la présence, dans VLC, de contenus publicitaires et autres bouts de code à la finalité douteuse. Jean-Baptiste Kempf avait déjà évoqué cette histoire dans une précédente vidéo, mais en se contentant d'évoquer « une somme d'argent insensée », sans précision sur les sommes en jeu.

L'intéressé ne nie pas que l'idée d'accepter l'offre et devenir immensément riche ne lui a pas traversé l'esprit mais celle-ci a finalement été balayée. « J'ai une morale », a-t-il lancé aux internautes qui lui ont posé la question, avant d'expliquer un peu plus en détail le fond de son raisonnement : « ce n'est pas que mon boulot, je ne vends pas le boulot des autres. De plus, les acheteurs, c'est pour faire des trucs pas propres ».

La session de questions / réponses avec les internautes a aussi été l'occasion de faire le point sur les menaces qui pèsent sur VLC. À la question de savoir «  s'il y a souvent des personnes malintentionnées qui essaient de mettre des virus dans le logiciel et si oui, est-ce que c'est un combat de plus en plus difficile », Jean-Baptiste a donné une réponse qui fait froid dans le dos.

Il y en a « plein ». Et il n'y a pas que des personnes isolées qui agissent dans leur coin pour nuire à VLC. Des organisations particulièrement puissantes essaient aussi de profiter de la notoriété du lecteur pour essayer d'en faire un vecteur pour procéder à des attaques informatiques ou des opérations d'espionnage. « C'est vraiment chaud, car on a à la fois la NSA et la CIA qui s'y mettent », confie-t-il.

Menaces sur VLC

Ce problème a d'ailleurs été documenté par WikiLeaks ce printemps avec la diffusion d'un certain nombre de documents confidentiels de la CIA. On a alors découvert que l'agence s'est servie d'une ancienne version portable de VLC comme vecteur d'attaque pour obtenir des informations stockées dans un ordinateur. L'organisation, en découvrant l'affaire, s'est alors mise à pied d’œuvre pour déployer une mise à jour anti-CIA.

Mais sollicité pour donner plus de détails, Jean-Baptiste Kempf a préféré passer à un autre sujet. « Je peux pas trop en parler... », glisse-t-il, lorsqu'on lui a demandé comment les petites mains derrière le lecteur multimédia s'organisaient pour contrer les assauts de ceux voulant le piéger. « La sécurité, c'est mon cauchemar. VLC, c'est sur 300 millions de PC. Et c'est 15 millions de lignes de code, faites par des amateurs (au vrai sens du terme) », complète-t-il .

L'Ask Me Anything a aussi été l'occasion de revenir sur l'histoire du choix du plot comme icône de VLC mais aussi sur les raisons de la naissance d'un tel projet, l'implication de Jean-Baptiste dans le développement du projet, notamment la programmation (à l'époque, c'était 5 à 6 heures par jour, maintenant moins) et pour la naissance de la version Android, avec aujourd'hui deux développeurs dessus.

L'intéressé a aussi évoqué les projets en cours pour VLC, qu'il s'agisse de la prise en charge des vidéos à 360° et de la bibliothèque multimédia, ainsi que celle de la réalité virtuelle, de la HDR (les images à grande gamme dynamique), de la diffusion de VLC vers Chromecast, de  l'ultra haute définition (4K), le projet de montage vidéo VLMC et « quelques surprises », ainsi que des éléments plus prosaïques, comme la régénération du cache des polices.

Autant de changements qui arriveront entre VLC 3.0 et VLC 4.0.

Si vous voulez lire la discussion de Jean-Baptiste avec les internautes, sur ces sujets ou sur d'autres, rendez-vous à cette adresse.