Aux États-Unis, Uber a perdu de nombreux clients durant l'épisode #DeleteUber. Des utilisateurs qui ne sont pas retournés sur la plateforme et qui ont considérablement réduit les parts de marché de la startup. La crise qui a suivi l'épisode semble avoir durablement écorné l'image d'Uber.

Alors que Dara Khosrowshahi prend ses marques à la tête d’Uber, après le départ tonitruant de Kalanick, la firme termine une très mauvaise année 2017. La startup n’a pas seulement vu son image écornée, elle a également perdu des parts de marché face à ses concurrents.

Lyft remporte la faveur des mécontents

Selon les calculs de l’agence Second Measure, la firme ne se serait jamais remise de l’épisode #DeleteUber qui a été suivi d’une foule de scandales mêlant aussi bien harcèlement sexuel, vol de technologie et espionnage des forces de l’ordre. Toutefois, l’idée que les consommateurs pourraient pardonner la startup ou même n’accorder aucune attention à ces épisodes était encore défendue par certains. Les chiffres mettent à l’épreuve cette hypothèse, montrant une dégringolade sérieuse d’Uber face à Lyft.

Tout commence la semaine du 30 janvier lorsque la firme décide de profiter des manifestations anti Muslim Ban pour maximiser ses profits. Il s’en suit l’épisode #DeleteUber où des millions d’internautes décident de désinstaller l’application et se tourner vers des concurrents. Aidés par le développement de Lyft et d’une concurrence sérieuse, les consommateurs trouvent visiblement des solutions durables puisque depuis cet épisode, la startup n’a jamais retrouvé ses parts de marché précédentes.

Lyft

En décembre 2016, la firme caracolait avec plus de 81 % des parts de marché, avec Lyft en seconde place, rassemblant moins de 20 % du marché.

En août 2017, la situation s’est stabilisée à la défaveur d’Uber : le géant ne compte plus que 74 % du trafic des plateformes VTC quand Lyft s’est hissé à 23,4 %, enregistrant une croissance quasi constante depuis janvier. Il faut ajouter que durant la même période, Uber enchaînait les scandales et Lyft étendait sa disponibilité. Le service est désormais disponible largement dans 40 états.

Notez que les données de Seconde Measure incluent les transactions sur UberEats, l’activité de livraison de la firme, amenant à une surreprésentation d’Uber qui aurait été moins colossale en limitant aux seules transactions pour du transport privé.

Partager sur les réseaux sociaux