L'entrepreneur américain Elon Musk reste encore très discret sur Neuralink, un projet visant à connecter le cerveau à l'ordinateur. Mais des documents transmis aux autorités américaines lèvent en partie le voile sur le financement de la société.

Un voile de mystère entoure toujours Neuralink. Tout ce que l’on sait pour l’instant du projet d’Elon Musk, c’est qu’il vise à établir une liaison entre le cerveau et l’ordinateur, via une interface. L’initiative, aux accents très futuristes et qui ne manquera pas de soulever des questions éthiques, suscite des interrogations chez les neuro-scientifiques, d’autant que le calendrier évoqué par entrepreneur est ambitieux.

En attendant de permettre à l’homme de communiquer bien plus vite avec un PC et de voir ses capacités cognitives progresser significativement, Neuralink permettrait de venir en aide aux patients souffrant de problème cérébraux. Les premiers objectifs datés sont fixés à l’horizon 2021, tandis que les suivants ne sont pas attendus avant 2026. Elon Musk confiait : « je pense qu’il faut encore attendre entre 8 et 10 ans pour pouvoir utiliser [cette technologie] sur des personnes sans handicap ».

Alors que Musk a choisi d’avoir une parole rare sur Neuralink, il apparaît, selon des documents transmis à l’autorité chargée de réglementer et de contrôler les marchés financiers, que la société a d’ores et déjà pu dégager un financement de 27 millions de dollars. Cependant, l’origine de ces fonds n’est pas établie avec certitude ; il ne s’agirait pas d’un tour de table habituel, à en croire le chef d’entreprise.

Questionné sur l’origine de ces fonds, l’Américain s’est montré très évasif.

À des journalistes qui l’interrogeaient pour savoir de quelle façon Neuralink a obtenu ces 27 millions, l’entrepreneur a dit que Neuralink ne faisait pas de levée de fonds et que les documents avaient été mal interprétés. Par la suite, d’autres observateurs ont jugé qu’il jouait simplement sur les mots et qu’il avait en fait bien effectué une levée de fonds mais auprès d’investisseurs qui avaient été préalablement ciblés.

Partager sur les réseaux sociaux