Snap joue des coudes pour séduire les marques et les producteurs. Snapchat souhaite avancer encore plus vite sur son concept de « téléviseur de poche », offrant ses « millennials » sur un plateau pour les networks et Hollywood.

29 millions d’internautes ont consulté le journal télévisé de NBC sur Snapchat  : le chiffre fait pâlir Facebook, Twitter et probablement NBC, qui ne s’attendaient pas forcément à un tel succès.

Alors que les marchés et les analystes anticipent déjà la mort de Snap, la société entretient de très bonnes performances sur ses contenus. Grâce à une audience curieuse, jeune et très active, le réseau social assure aux grandes marques une porte d’entrée facile dans le mobile. Nombreux seraient les caciques de la télé américaine prêts à céder aux charmes du fantôme jaune si l’on en croit les observateurs du festival international de la télé d’Édimbourg.

Rassurer le monde de la télé…

Nick Bell, le responsable des contenus, a glissé à Variety, lors du festival, que le réseau social introduirait du contenu scripté avant la fin de l’année. Il faut comprendre dès lors qu’il s’agira très probablement de fictions pour ne pas dire séries puisque le terme ne semble pas forcément adapté aux possibilités offertes par ce téléviseur de poche.

Un téléviseur que Bell ne voit pas entrer en concurrence avec celui qui occupe les salons américains. Le jeune cadre explique : « le mobile est la chose la complémentaire qui soit arrivée à la télé  ». Rassurant avec les réseaux audiovisuels, Bell conclut auprès du magazine : « Snapchat n’est vraiment pas un ‘TV Killer’, ajoutant, nous captons une audience qui ne consomme probablement pas la télé à la même fréquence et au même niveau d’engagement que les générations précédentes  ».

Dès lors, le réseau veut se considérer « fondamentalement comme un nouveau media  ». Avec des formats plus courts — entre trois et cinq minutes — la télévision Snap serait donc à consommer par les jeunes mobinautes entre deux émissions plus classiques. Cette façon de picorer du divertissement a notamment assuré le succès de l’émission d’ABC diffusée sur le réseau : l’historique chaîne américaine produit un récapitulatif du Bachelor sur le réseau social.

… Pour capitaliser sur ses contenus

La fiction ne ferait toutefois pas partie des urgences pour Snapchat si l’on en croit Nick Bell, qui préfère rester vague quant à la production de contenus scriptés. La porte est néanmoins ouverte pour toutes les grandes marques américaines qui voudraient faire leurs premiers pas sur le mobile avec un partenaire qui les cajole grâce à une audience captive et fidèle. Pour rappel, cette année, Snapchat diffuse aussi des pastilles inédites du fameux SNL de la NBC ainsi qu’une télé-réalité d’A&E.

Le SNL et ses sketches pour Snapchat / NBC

En 2015, Snap avait déjà essayé la fiction avec un très dispensable programme appelé Litteraly Can’t EvenMaintenant, la firme semble préférer capitaliser sur les marques des réseaux audiovisuels plutôt que se lancer seul dans l’aventure onéreuse du contenu.

Par ailleurs, Bell aurait l’intention, selon le Hollywood Reporter, d’ouvrir Snapchat aux studios hollywoodiens pour des bandes-annonces et des pastilles exclusives.

Cette ouverture au monde de la télé est la seconde étape de la stratégie orientée sur les contenus du réseau social d’Evan Spiegel, qui a déjà réussi à convaincre la presse écrite française comme américaine de se saisir de ses formats interactifs appelés Discover.

Partager sur les réseaux sociaux