Une startup allemande, Lilium, a procédé à quelques embauches chez Tesla et Airbus. Des recrutements-clés qui lui seront utiles pour avancer sur son projet de taxi aérien.

Ce n’est pas demain la veille que l’on verra des voitures volantes circuler au-dessus de nos têtes. Car entre la démonstration réussie d’un prototype et la production massive du modèle en question, il y a gouffre. Entre la sécurité, la fiabilisation de l’engin au sol et en vol, les défis techniques, l’évolution de la réglementation et le prix de vente, les obstacles à franchir sont nombreux.

Il n’empêche : les sociétés qui rêvent de concevoir des véhicules d’un nouveau genre sont loin de baisser les bras. La preuve avec Lilium, une startup allemande qui s’est illustrée en avril avec le premier vol réussi de de son prototype à deux places, doté de deux ailes de 10 mètres et équipées de 36 hélices. Elle a en effet réussi à faire quelques jolies prises chez des entreprises comme Airbus et Tesla.

Le site Techcrunch indique que Lilium peut désormais compter sur Meggy Sailer, qui était autrefois responsable des « talents » chez Tesla pour la région Europe, Moyen Orient et Afrique, ainsi que sur Dirk Gebser, qui avait des fonctions exécutives dans les processus industriels d’Airbus et Rolls Royce. La première est désormais en charge du recrutement et le second vice-président de la production.

Des recrutements-clés

Malgré les défis évidents auxquels Lilium doit faire face, la société séduit donc. Et elle ne séduit pas n’importe qui : elle débauche dans des groupes qui ne sont pas totalement étrangers au secteur d’activité de Lilium : Airbus est en effet l’un des deux principaux constructeurs aéronautiques dans le monde, tandis que Tesla est spécialiste des modes de transport électriques (le prototype marche à l’électricité).

Ces embauches ne serviront certes pas directement à améliorer les capacités d’ingénierie de Lilium mais elles pourraient l’aider indirectement, qu’il s’agisse du recrutement (Meggy Sailer, de par ses anciennes fonctions et de son poste chez Tesla, connaît nécessairement des candidats, notamment pour améliorer l’électrification des prototypes de Lilium) ou de la mise en production.

Partager sur les réseaux sociaux