Nokia et Xiaomi ont décidé de partager leur propriété industrielle sur plusieurs années. Un accord dont chacun entend bien tirer avantage.

Le monde des brevets n’est pas seulement rythmé par les procédures judiciaires que se lancent à la figure les champions de la high-tech, dans un contexte de concurrence exacerbée. Il l’est aussi par des accords signés en bonne intelligence entre des sociétés qui considèrent avoir un intérêt commun à partager tout ou partie de leur propriété industrielle.

C’est ce qui vient de se passer entre Nokia et Xiaomi. Un communiqué du 5 juillet fait savoir que l’entreprise finlandaise et la société chinoise ont trouvé un accord réciproque et pluriannuel leur permettant chacun d’utiliser les méthodes brevetées de l’autre partie. En outre, précise le communiqué, une partie du portefeuille industriel de Nokia a été vendu à Xiaomi.

Pour FrAndroid, l’accord conclu avec Nokia doit permettre à Xiaomi de prendre de l’ampleur sur le marché international en s’appuyant sur une propriété industrielle encadrée par des brevets, ce qui lui évitera de développer ses propres méthodes, qui risqueraient d’être trop proches de technologies déjà protégées et, par conséquent, de provoquer une action en justice.

Chacun y trouve son intérêt

« L’accord semble une nouvelle fois destiné à aider Xiaomi à sortir ses produits dans davantage de territoire. La firme n’avait jusqu’à présent pas les reins assez solides judiciairement pour être sûre de protéger ses produits sur les territoires occidentaux contre les éventuelles attaques de ses concurrents », observent ainsi nos confrères. En effet, la guerre des brevets se chiffre parfois en milliards de dollars.

De son côté, Nokia y trouve aussi son intérêt : outre l’utilisation des brevets de Xiaomi, il est aussi question d’une aide que l’entreprise chinoise va apporter à la société finlandaise dans le domaine de la construction d’infrastructure réseau. Par ailleurs, les deux partenaires laissent la porte ouverte à une coopération dans certains secteurs en plein essor, de l’IA aux réalités augmentée et virutelle, en passant par l’Internet des objets.

Partager sur les réseaux sociaux