Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Bouygues dément « catégoriquement » les rumeurs de consolidation du marché des télécoms

Un an après l'échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange, des rumeurs sur une consolidation du marché des télécoms refont surface. Bouygues, dont la filiale est directement mentionnée par ces bruits de couloir, les a démentis dans un communiqué.

Dans le secteur des télécommunications, l'année 2016 a été principalement marquée par l'échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange. Depuis, il n'a plus trop été question de consolider le marché français, même si l'opérateur historique a relancé les spéculations l'automne dernier autour d'une consolidation dans les télécoms, de façon à faire passer le nombre d'opérateurs de quatre à trois.

Mais un an après le rapprochement loupé entre Orange et la filiale de Bouygues, les rumeurs semblent repartir de bon train. En effet, un article publié le lundi 13 mars par La Lettre de l’Expansion a fait état d'une reprise des pourparlers entre les deux sociétés, avec à la clé un possible accord pour réussir ce qu'elles ont raté il y a douze mois. L'histoire se répète-t-elle ?

Pour Bouygues, il en est visiblement hors de question : un communiqué publié dans les heures qui ont suivi la parution de l'article déclare que la compagnie « tient à démentir catégoriquement l’existence de discussions avec d’autres opérateurs en vue d’une consolidation du marché français des télécoms ». Ni avec Orange ni avec qui que ce soit d'autre.

Rappelons que dans le scénario Orange-Bouygues Telecom, il était question que Bouygues cède sa filiale à l'opérateur historique en échange, notamment, d'une prise de participation dans son capital. Par ailleurs, Bouygues Telecom devait aussi céder une part de ses actifs (fréquences, installations, salariés, clients, boutiques) à Free et SFR, de façon à éviter qu'Orange n'ait un poids trop important sur le marché.