Avec plus de deux millions de smartphones sur les bras, Samsung continue de gérer dans le silence la crise Note 7. Pour écouler cet énorme tas de déchets -- de smartphones défectueux -- le Coréen persisterait à organiser une vente des produits avec une nouvelle batterie.

En plein Mobile World Congress, Samsung faisait face à ses errances et son absence de décision quant à l’avenir de son stock colossal de Note 7 défectueux lorsque Greenpeace volait la vedette à la Tab S3. Avec pas moins de 2,5 millions de smartphones dans ses entrepôts, le Coréen doit se poser la question de l’écoulement ou du recyclage de ses smartphones privés d’avenir par leur batterie explosive.

La rumeur selon laquelle le constructeur souhaitait écouler son stock de Note 7 dans les marchés émergents n’a pas vraiment honoré le sens moral de la firme qui a été contrainte de démentir l’information le lendemain de sa parution. Mais aujourd’hui, un média spécialiste de la marque, le bien nommé SamMobile, précise à nouveau que le Coréen serait bel et bien en train de préparer une revente géante de modèles refurbished des vieux Note 7 sur le marché sud-coréen.

Du N930 au N935

L’ancienne phablette serait ainsi renommée SM-N935 plutôt que le code produit maudit SM-N930. Pour son retour sur les étals, le smartphone gagnerait évidemment une nouvelle batterie, qui viendrait remplacer celle présente par défaut dans l’appareil.

Le Coréen n’a bien entendu pas souhaité commenter cette rumeur et s’en tient à sa position précédemment exprimée sur d’éventuelles reventes. La firme avait seulement précisé que le premier article, écrit par la presse coréenne, sur une commercialisation indienne et vietnamienne de ce N935 était incorrect. Elle ne semble toujours pas vouloir dévoiler ses intentions.

Samsung tente manifestement de garder cette délicate affaire à l’abris des médias le temps de dévoiler son Galaxy S8 qui aura la lourde tâche d’effacer ses récents déboires.

En attendant, le coût à la fois financier et écologique de l’échec du Note 7 ne fait qu’augmenter au fur et à mesure que les jours passent sans que le géant ne tranche définitivement l’avenir de ses célèbres phablettes. Comme nous le rappelions, le gouvernement sud-coréen prévoit déjà une amende pour punir la marque du coût environnemental de sa très mauvaise gestion de cette affaire.

Partager sur les réseaux sociaux