En difficulté face à une concurrence dopée par des marques comme Oppo et Vivo, la firme chinoise Xiaomi amorce un changement de stratégie en ouvrant des enseignes en Chine. Ce qu'elle avait toujours refusé jusque-là, préférant miser entièrement sur la vente en ligne.

Il y a encore quelques années, pour se hisser au sommet du marché chinois, il suffisait à Xiaomi de fabriquer des smartphones accessibles et de bonne qualité tout en misant sur une communication minimaliste. Une stratégie de la rareté qui lui a notamment permis d’écouler des millions de produits grâce à ses seules ventes flash sur Internet.

Cette stratégie marketing permettait à Xiaomi d’économiser énormément d’argent en ne payant quasiment aucune publicité et surtout en assurant seulement une boutique en ligne, le chinois s’épargnait de lourdes dépenses en construction d’enseignes.

Mais face à une concurrence désormais bien plus sévère qu’à ses débuts, et face à un modèle qui s’essouffle d’avoir été trop gourmand, la marque se prépare à construire un millier de points de vente, rompant ainsi avec ses pratiques historiques.

Lei Jun, CEO de Xiaomi

200 Mi Home dès 2017

Ces futurs point de vente, regroupés sous le nom de Mi Home, seront donc un moyen pour la marque de rattraper son retard conséquent en terme de présence sur le sol chinois. Car pendant que Xiaomi se concentrait sur son modèle dématérialisé, Oppo comme Vivo se lançaient eux dans une folle course contre la montre pour coloniser les étal chinois. Les derniers chiffres de vente de ces trois entreprises semblent donner raison à la stratégie d’Oppo et Vivo qui ont récemment pris la place de leader local sur laquelle Xiaomi se reposait.

Selon les plans de la société, dès 2017, ce seront plus de 200 boutiques qui seront installées à travers la Chine. Toutefois, la marque continuera d’insister sur une diffusion toujours singulière, car si celle-ci ne sera pas uniquement dématérialisée, les Mi Home seront plus que des boutiques, à la manière des Apple Store.

Lei Jun, le CEO, a déjà confirmé que contrairement à ses concurrents, Xiaomi ne travaillerait pas avec des revendeurs tiers mais se fonderait uniquement sur ses boutiques pour approvisionner les chinois en gadgets et smartphones.

À lire sur Numerama : Trop rapide, trop forte et trop ambitieuse  : Xiaomi admet ses erreurs sur sa croissance

Partager sur les réseaux sociaux