Google et Planet ont conclu un accord pour que le premier cède au second Terra Bella, sa filiale dans le secteur des satellites.

Une autre page se tourne dans l’histoire de Google. Moins de trois ans après avoir acquis Terra Bella (ex-Skybox Imaging) pour 500 millions de dollars, la firme de Mountain View s’est résolue à céder sa filiale à Planet (anciennement Planet Labs) pour un montant non communiqué.

La cession de Terra Bella, objet de rumeurs depuis quelques semaines, a été confirmée ce week-end dans un billet de blog publié sur le site de Planet. Elle s’accompagne d’un contrat avec Google afin de d’alimenter son service de cartographie (Maps) et de visualisation de la Terre (Earth) sur plusieurs années.

istanbul satellite

Terra Bella est en effet une entreprise spécialisée dans la construction de micro-satellites. Son principal atout réside dans une flotte, certes modeste, de sept satellites capables de photographier le sol avec une précision inférieure au mètre. Pour Planet, cette finesse dans les prises de vue complète à merveille sa propre flotte, plus nombreuse avec 60 satellites mais dont la sensibilité est moindre (3-5 mètres de précision).

L’accord est présenté comme gagnant-gagnant. Pour Will Marshal, le cofondateur et patron de Planet, l’arrivée de Terra Bella dans son giron lui permet de renforcer son offre de prises de vue spatiales. Pour Google, l’accord lui permet toujours de mettre à jour ses services en ligne sans avoir à financer une quelconque activité aérospatiale, du lancement à l’entretien des satellites.

À lire sur Numerama : Terra Bella  : Google chercherait à se débarrasser de ses satellites

Partager sur les réseaux sociaux