Selon App Annie, Pokémon Go n'est pas passé loin d'un chiffre d'affaires 2016 d'un milliard de dollars.

Les chiffres viennent confirmer une tendance à laquelle tout le monde s’attendait : en 2016, Pokémon Go a généré environ 950 millions de dollars de recettes selon le rapport du cabinet d’études App Annie relayé par Venture Beat. Même s’il termine derrière Monster Strike et Clash Royale (sans doute à cause de son lancement en juillet), cela le place au niveau d’un film comme Batman vs Superman : L’Aube de la Justice (873 millions de dollars d’après Box Office Mojo).

Ce triomphe en dit long sur l’ampleur du phénomène qui peut se targuer d’avoir fait quitter leur maison aux utilisateurs d’iOS et Android. Sans surprise, Pokémon Go est en tête des téléchargements sur l’App Store et Google Play. Le tout en étant privé du marché chinois.

Près d’un milliard en quelques mois

« En attirant des millions de personnes qui ne jouent pas, il atteint un niveau de succès qui échappe à des jeux vidéo traditionnels parmi les plus prospères » note App Annie. Et pour cause, Pokémon Go, malgré un essoufflement évident passé l’été, a franchi des paliers plus rapidement que ses concurrents : 600 millions de dollars emmagasinés en 90 jours, là où Candy Crush Saga, Puzzle & Dragons et Clash of Clans ont eu besoin de plus de 200, 400 et 500 jours, respectivement. Un raz-de-marée que App Annie explique par « l’amour de la marque, les mécaniques simples, le gameplay en réalité augmentée et, le plus important, son aspect social  ».

Toujours est-il que Pokémon Go ne semble pas cannibaliser le chiffre d’affaires des autres applications. C’est du moins ce qu’avance App Annie, s’appuyant sur le fait que le jeu développé par Niantic Labs est plus universel que les autres (il a tapé dans l’oeil des non-joueurs) et qu’il est davantage utilisé durant des périodes où, en temps normal, on ne jouerait pas (une sortie dans la rue, une simple balade). À ces performances commerciales uniques s’ajoutent les vertus bénéfiques pour la santé. En décembre dernier, les utilisateurs de Pokémon Go avaient parcouru 8,7 milliards de kilomètres. Un vrai argument en plus.

On attend maintenant de voir si l’essai sera transformé en 2017 avec des futures mises à jour pour combattre la lassitude, assurer la replay value et continuer de faire sortir les gens pour attraper des bestioles virtuelles malgré le froid.

Partager sur les réseaux sociaux