Microsoft annonce l'achat d'une compagnie canadienne spécialisée dans l'intelligence artificielle. Son savoir-faire dans la compréhension du langage naturel est crucial pour la firme de Redmond.

Les efforts que Microsoft déploie dans l’intelligence artificielle ont enregistré une vive progression l’an dernier. Entre l’utilisation de Minecraft et la mise en place d’agents conversationnels (Murphy, Tay), en passant par la publication open source de l’un de ses outils d’apprentissage profond, le partage de ses API, la mobilisation de milliers d’ingénieurs et la mise en place d’un centre de réflexion, le géant des logiciels fait feu de tout bois pour progresser dans cette discipline.

Et lorsque l’entreprise américaine ne dispose pas des compétences en interne pour avancer comme elle l’entend, alors c’est vers l’extérieur que son regard se porte. Ainsi, la firme de Redmond n’hésite pas à sortir le carnet de chèques pour s’offrir les talents et les compétences qui lui manquent. C’est justement ce que la compagnie a fait en janvier avec l’acquisition de Maluuba, une société canadienne spécialisée dans l’apprentissage profond (deep learning).

Microsoft
CC Alan Levine

En vogue chez les principaux poids lourds de la tech depuis quelques années du fait des excellents résultats qu’il engendre, le deep learning est une méthode consistant à instruire une intelligence artificielle de manière à lui permettre d’identifier quelque chose sans l’aide d’un humain. Pour qu’une IA reconnaisse une voiture sur une photo, par exemple, il faut au préalable la soumettre à une quantité colossale de clichés montrant des automobiles de toutes les couleurs, de toutes les formes.

Microsoft décrit Maluuba comme une société « ayant l’un des plus impressionnants centres de recherche en deep learning pour la compréhension du langage naturel ». Le groupe ajoute que « l’expertise de Maluuba en apprentissage profond et en apprentissage par renforcement pour répondre aux questions et pour des systèmes de prise de décision va nous aider à progresser dans notre stratégie de démocratiser l’IA et la rendre disponible et digne d’intérêt pour tout le monde ».

L’apprentissage par renforcement (reinforcement learning) est une autre méthode pour faire progresser une IA. Il peut s’agir par exemple de confronter l’IA à elle-même. Dans le domaine du jeu de go par exemple, la filiale de Google, DeepMind, a utilisé cette approche pour que son système de jeu, AlphaGo, joue contre lui-même. Cela a payé : AlphaGo n’a plus guère de rivaux chez les humains.

En l’espèce, l’acquisition de Maluuba n’a pas pour objectif de donner à Microsoft de créer son propre champion artificiel au jeu de go. Le géant des logiciels a d’autres projets, à commencer par profiter de son « travail d’avant-garde » pour «  accélérer [sa] capacité de développer des logiciels de façon à ce que les ordinateurs puissent lire, écrire et converser naturellement », c’est-à-dire de communiquer comme les humains. Ambitieux.

Le savoir-faire de Maluuba pourra servir par exemple à améliorer le fonctionnement de Cortana, qui est l’assistant personnel développé par Microsoft pour l’écosystème Windows mais aussi pour les systèmes d’exploitation concurrents comme Android et iOS. La firme canadienne pourrait également aider Microsoft à améliorer son dispositif de traduction à la volée présent dans Skype.

Microsoft n’a pas communiqué sur le montant de cette acquisition.

Partager sur les réseaux sociaux