La guerre des brevets reprend entre Nokia et Apple. La société finlandaise annonce une action en justice contre sa rivale américaine aux États-Unis et en Allemagne au nom de la défense de sa propriété industrielle. D'autres plaintes sont attendues.

Les vieilles querelles ne meurent jamais vraiment, en particulier dans les affaires de gros sous. Nokia et Apple en sont la preuve vivante : au cours des sept dernières années, les deux sociétés se sont souvent retrouvées devant les tribunaux pour des accusations croisées au sujet de leur propriété intellectuelle. Ainsi, quand l’une des deux firmes attaque l’autre en justice, la riposte ne tarde jamais à arriver.

Ce schéma d’action-réaction sera-t-il respecté en 2017 ? Nous le saurons sans doute très bientôt, car Nokia vient justement de déterrer la hache de guerre. L’entreprise finlandaise annonce des poursuites contre sa rivale américaine aux États-Unis et en Allemagne sur le fondement de ses droits de propriété industrielle. En effet, Nokia accuse Apple de violer ses brevets dans plusieurs de ses produits.

Trois plaintes sont en cours en Allemagne, à Düsseldorf, Mannheim et Munich. Pour le volet américain de l’affaire, il n’y a qu’une action en cours, au Texas.

iphone-7-zoom

L’action lancée par Nokia arrive un peu par surprise, puisqu’on avait pu observer une relative accalmie de quelques années entre les deux compagnies. Après une bataille de deux ans, un accord de licence avait été annoncé à la mi-2011, on pensait que les choses s’étaient tassées. Mais il faut croire que le cessez-le-feu conclu à l’époque ne couvrait pas toutes les facettes du problème.

« Après plusieurs années de négociations visant à parvenir à un accord couvrant l’utilisation par Apple de ces brevets, nous prenons maintenant des mesures pour défendre nos droits », écrit Ilkka Rahnasto, le responsable des brevets chez Nokia. En effet, Nokia affirme qu’à la suite de l’accord de licence de 2011, des discussions complémentaires ont été engagées pour trouver un arrangement sur d’autres brevets.

Nous prenons des mesures pour défendre nos droits

Sauf qu’Apple « a décliné les offres subséquentes faites par Nokia pour utiliser sous licence d’autres inventions brevetées qui sont utilisées dans de nombreux produits Apple », regrette la firme nordique. Or, le tempo n’est peut-être pas tout à fait innocent : il s’avère que Nokia, après avoir été déchu de son trône de numéro un des téléphones mobiles, est en train de revenir dans la compétition, avec Android cette fois.

Et visiblement, Nokia entend taper fort. À moins qu’il ne s’agisse d’une manœuvre visant à pousser Apple à revenir à la table des négociations. Quoiqu’il en soit, l’action porte sur un total de 32 brevets allant de l’interface utilisateur aux antennes, en passant par l’encodage vidéo, les logiciels, les puces et l’affichage. Outre les actions en Allemagne et aux USA, le groupe prévoit d’en lancer dans d’autres pays.

nokialogo.jpg

Nokia assure que les brevets en question ont été acquis dans le cadre de l’acquisition de la société française Alcatel Lucent et de la vente à Nokia de la participation de Siemens dans Nokia Siemens Networks. Ces opérations ont permis à Nokia d’enrichir fortement son portefeuille de brevets — la société évoque des dizaines de milliers de brevets, qui, d’après elle, représentent vingt ans de R&D.

Les brevets sont perçus comme une propriété stratégique pour Nokia. En 2013, lorsque le groupe a cédé son activité mobile à Microsoft, l’entreprise finlandaise a pris bien soin de ne surtout pas laisser filer sa propriété industrielle. Elle n’a toléré qu’un accord de licence de dix ans avec le géant des logiciels, accompagné d’un versement de 1,65 milliard d’euros.

Crédit photo de la une : Karolina

Partager sur les réseaux sociaux