Elon Musk n'aime pas les embouteillages. Le CEO de Tesla et SpaceX a profité de son agacement pour faire germer une idée sur Twitter : construire des tunnels.

Samedi dernier, aux alentours de 17h, Elon Musk était particulièrement agacé. Au volant de sa Model S — on imagine –, le CEO de Tesla et SpaceX tint à peu près ce langage : «  Les embouteillages me rendent dingue. Je vais construire une foreuse à tunnel et commencer à creuser. ». Avant de poursuivre : « La société s’appellera The Boring Company. Forer, c’est notre job. Je vais vraiment le faire  ». Outre le jeu de mot intraduisible autour de boring, qui évoque à la fois l’action de creuser et le fait que quelque chose soit ennuyeux (comme les embouteillages), que peut-on tirer de cette suite de tweets ?

Eh bien si cela avait été vous ou moi dans les embouteillages d’une grande ville, pas grand chose. Mais la dernière fois qu’Elon Musk s’est agacé du trop-plein de voiture, il a imaginé le concept de l’Hyperloop, qu’il a ensuite peaufiné et laissé en open source pour que des entreprises s’en emparent. Alors oui, comme le remarque Ars Technica, il est vrai que des tunnels seraient une excellent idée pour désengorger les grandes villes et plusieurs entreprises louent déjà des foreuses aux agglomérations pour leurs travaux.

Nos confrères anglais estiment qu’un tunnel creusé avec une telle machine aujourd’hui coûte environ 1 milliard de livres par mile, soit 744 millions d’euros par kilomètre. Creuser dans le sous-sol d’une ville est évidemment une tâche complexe au-delà du simple forage : c’est ici, bien évidemment, qu’on a enterré la plupart des câbles et tuyaux qu’il va falloir éviter. Ce n’est pas rare non plus, en Europe, qu’on tombe sur des vestiges archéologiques qui mettent les travaux en pause. De même, des villes comme Paris qui ont déjà un important réseau de galerie ont d’autres contraintes à prendre en compte. Bref, creuser des tunnels, cela ne se fait pas en un tournemain.

Boring, it’s what we do

Néanmoins, Elon Musk va vivre avec un président qui a promis, entre autres, d’allouer 1 billion de dollars (soit 1 000 milliards de dollars) pour moderniser les infrastructures américaines, des aéroports aux routes en passant par les ponts… et les tunnels. C’est peut-être donc le moment de lancer une entreprise dans ce secteur, d’autant qu’il a beaucoup de synergies avec les autres activités de Musk, qu’il s’agisse des voitures autonomes (les tunnels pourraient leur être réservés ?) ou de l’Hyperloop.

Ces points mis bout à bout ne forment pas un projet concret, mais cela ressemble à un défi très muskien.

Partager sur les réseaux sociaux