Uber China, récemment acheté par un entrepreneur local, vient de se séparer de sa plateforme internationale. Les utilisateurs du service de VTC devront utiliser une application spécifique pendant leur passage en Chine.

Après avoir incité Facebook à envisager la censure  pour s’imposer sur son territoire, la Chine a poussé Uber China à quitter son entreprise « mère ». L’entrepreneur Didi Chuxing, qui a acheté la déclinaison chinoise d’Uber, vient de scinder les deux entités.

L’annonce avait été faite il y a un mois, mais le changement effectif a eu lieu le 27 novembre. Les modifications apportées à la nouvelle application concernent notamment ses méthodes de paiement qui se conforment maintenant aux normes chinoises — par exemple avec l’Union Pay, le porte-monnaie électronique Alipay d’Alibaba ou le porte-monnaie électronique de Baidu. En outre, Uber China fonctionnera seulement avec des numéros de téléphone chinois et sa langue officielle sera le mandarin.

Concrètement, la plupart des touristes étrangers auront donc du mal à utiliser l’application lors de leur visite en Chine. Au point d’amener Chuxing à déclarer : « Nous nous excusons pour le dérangement provoqué par cette transition ». Le nouveau patron d’Uber China promet toutefois de développer, à terme, une application multilingue tournée vers l’international,  sans avancer de date précise.

À lire sur Numerama : Facebook serait prêt à céder à la censure pour entrer en Chine

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés