Pour conserver sa croissance, le service de streaming musical d'Apple aurait l'intention de baisser ses prix dans les mois à venir. Une fausse bonne idée qui ne profitera qu'à Apple.

Se dirige-t-on vers une baisse de prix du côté d’Apple Music ? Selon les informations de Digital Music News, la firme de Cupertino compterait changer sa politique tarifaire dans les mois à venir. La raison invoquée est l’arrivée d’Amazon Music avec ses tarifs préférentiels pour les abonnés Prime (Premium). En effet, Amazon a dévoilé pour son service un tarif de 7,99 dollars pour les comptes. Du coup, Apple voudrait s’aligner.

De nouveaux prix

Le magazine musical précise que ses sources ne viennent pas d’Apple mais d’employés collaborant avec le service depuis son lancement.

À l’heure actuelle, les prix d’Apple Music sont identiques au reste de la concurrence : 9,99 dollars par mois pour un abonné et 14,99 dollars pour l’offre familiale. Or pour ces tarifs, le service pourrait baisser de 2 dollars. Ainsi, la dépense mensuelle serait ramenée à 7,99 dollars et de 12,99 dollars.

Cette mise à jour de la grille tarifaire pourrait survenir au cours de la période des fêtes de fin d’année, à travers des promotions.

apple-music

Si ce changement a lieu, son motif le plus évident est la politique plus agressive d’Amazon.

Spotify n’a pour le moment jamais suivi le mouvement mais la société scandinave cumule les offres promotionnelles éphémères qui lui permettent d’attirer des clients réticents à payer le prix fort pour leur abonnement.

On considère ainsi qu’au vu de ses pertes, la moyenne de ses abonnés payerait moins de 9,99 dollars par mois. La société serait toutefois contrainte de revoir sa propre politique si Apple Music et Amazon se lancent dans une guerre des prix à la baisse.

Cette course au discount est motivée par la seule poursuite des abonnés qui sont le seul élément permettant aux services de prétendre à la rentabilité dans un avenir proche. Néanmoins, le consommateur devrait s’interroger sur ces pratiques.

L’illusion du discount

Car si les abonnements baissent, les contrats liant les sociétés de streaming et les majors n’évoluent pas. Les services doivent toujours verser les mêmes sommes pour les droits. Chacune des sociétés se permettant de telles réductions devra donc payer la différence aux majors. Un investissement qu’Apple ou Amazon sont capables de réaliser grâce à leurs réserves financières, mais que des sociétés comme Spotify, déjà criblée de dettes, ne pourront pas se permettre.

La baisse des tarifs, si elle se généralise, rendra le marché moins rentable à court terme et Spotify comme d’autres pourraient se retrouver en difficulté. Certains acteurs pourraient même disparaître. Or souhaite-t-on une distribution illusoire des revenus du streaming, réalisée sur les fonds des géants du web plutôt que par les usagers, comme cela semblait se dessiner lors de l’émergence du streaming ? La question reste posée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés