Le Monde, Melty, Konbini, Paris Match, L'Équipe, Cosmopolitan, Tastemade et Vice. Ils sont huit et seront les premiers éditeurs francophones à intégrer le module Discover de Snapchat dès ce jeudi 15 septembre.

Les médias francophones prétendant à une place dans le module d’actualité Discover de Snapchat étaient bien plus nombreux, mais en fin de compte, pour le lancement des premières actualités françaises, ils ne seront que huit. Par désintérêt pour le réseau social utilisé par plus de la moitié de 15-24 ans français ?

Certainement pas, la plupart des médias français ont leur compte Snapchat (ajoutez numerama !), mais lorsqu’une rédaction veut s’engager sur Discover, les exigences du réseau social ont légèrement effrayé certaines directions, comme le confie François Morel dans le Figaro, qui a jeté l’éponge.

Comme aux États-Unis, pour produire du contenu quotidiennement pour Discover, il faut dédier à Snapchat une équipe composée à la fois de rédacteurs dédiés mais également de graphistes, car le format proposé par l’application a ses propres standards de légèreté, d’animation et de lisibilité qui font la force de sa revue de presse dynamique. Une équipe que les journaux français sont encore peu à pouvoir, ou vouloir, dédier à une application.

Snapchat Discover, son hub média
Snapchat Discover, son hub média

Pourtant, celle-ci est aujourd’hui un canal singulier par lequel médias, blogueurs et marques parviennent chaque jour à toucher des jeunes dès 15 ans, cette même génération qu’il est si difficile à capter hors des terres numériques qu’elle a conquises. Une opportunité pour les médias traditionnels que sont Paris Match ou Le Monde d’aller à la rencontre de nouvelles générations de lecteurs.

Quelques annonceurs français, comme Renault ou Dior, seront les premiers à également mettre un pied dans Discover afin d’accompagner l’apparition des contenus francophones.

Pour rappel Discover héberge chaque jour un à trois articles dynamiques conçus par les rédactions exclusivement pour Snapchat, et comporte son propre système publicitaire. En 2016, on estime que ce module presse, malgré des débuts difficiles, est la principale source de revenus du réseau social.

Et son impact médiatique semble s’accélérer ces six derniers mois : ainsi, ce mardi, Apple avait choisi de mettre fin à l’embargo pour les tests américains de l’iPhone 7 à 6 heures du matin, heure à laquelle les contenus de l’application sont mis à jour. Mashable.com proposait d’ailleurs dès les premières secondes de la fin de l’embargo son test sous forme dynamique dans l’application.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés