HSBC proposera désormais à ses clients d'ouvrir un compte à distance en vérifiant leur identité par reconnaissance faciale.

En début d’année, nous avions été épatés par la simplicité d’une ouverture de compte chez Number26, une jeune banque à distance installée en Allemagne, qui propose de vous ouvrir un compte en vérifiant tous les documents à distance, par webcam. Il faut croire que cette fluidité inspire de plus grands établissements puisque Business Insider rapporte que la banque HSBC propose elle aussi désormais d’ouvrir des comptes à distance, en prenant un selfie pour vérifier son identité.

Tout se fait par l’intermédiaire de l’application mobile. Il suffit d’y envoyer une copie de ses papiers d’identité, et de prendre un selfie (ou plus probablement plusieurs) pour que les algorithmes de reconnaissance du visage vérifient qu’il s’agit bien de la même personne. Il n’y a plus besoin de signer le moindre papier, le fait de prendre la photo jouant le rôle de signature électronique.

hsbc

Ce n’est pas tout à fait une première en biométrie pour HSBC puisque selon The Independant, la banque britannique utilise déjà les empreintes digitales et même la reconnaissance vocale pour identifier ses clients. Cette dernière est utilisée sur les services téléphoniques, en remplacement des identifiants qu’il faut fournir à un opérateur ou à une boîte vocale automatisée — en France aussi, la Banque Postale teste la reconnaissance vocale pour valider des paiements.

Même si ni Business Insider ni The Independant ne le précisent, on imagine que la reconnaissance faciale sera aussi proposée par HSBC pour débloquer l’accès aux comptes ou valider des paiements, et pas seulement pour créer un nouveau compte. Déjà en 2015, Mastercard avait présenté son MasterCard Identity Check, qui « déplacera le curseur de ce que le consommateur sait (mot de passe), vers ce qu’il a (téléphone mobile ou autre appareil connecté) et qui il est (biométrie) » pour vérifier son identité, en utilisant par exemple des cartes bancaires NFC avec lecteur d’empreintes digitales. En février dernier, il avait précisé que le « paiement par selfie » serait testé dans une quinzaine de pays.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés