Entre Disney et Pixar, DreamWorks Animation peine à trouver sa place. En difficulté, l'entreprise a été acquise par un opérateur américain pour 3,8 milliards de dollars.

Le destin de DreamWorks Animation se jouera désormais sous le regard attentif de Comcast. Dans un communiqué publié lundi, l’opérateur a annoncé avoir bouclé l’acquisition du studio de cinéma pour 3,8 milliards de dollars. C’est sa filiale NBCUniversal, l’un des principaux réseaux médiatiques aux USA, qui a finalisé l’opération.

La branche de DreamWorks dédiée aux films d’animation est à l’origine de quelques très grands succès. Parmi les longs-métrages qui ont très bien fonctionné auprès du grand public mais aussi de la critique, citons en exemple des œuvres comme Shrek, Kung Fu Panda, Dragons, Madagascar ou encore Le Chat Potté.

DreamWorks Animation

Signe de leur qualité, certains de ces films ont été nominés lors de cérémonies et sont répartis avec des récompenses, y compris lors des Oscars et des Golden Globes.

Pour Comcast, la prise de contrôle de DreamWorks va lui permettre d’enrichir son offre de contenus qui est déjà bien étoffée. C’est en effet le câblo-opérateur qui possède Fandango (une société de vente de billets de cinéma), le studio Universal Pictures et NBCUniversal Brand Developement.

DreamWorks a démarré ses activités en 1994. La société est le fruit de la volonté de trois producteurs américain, Steven Spielberg, Jeffrey Katzenberg et David Geffen (dont l’initiale de leur nom de famille complète le nom de la société : DreamWorks SKG ).

Une place difficile à trouver

Malgré le poids des trois producteurs, DreamWorks est toujours apparu en retrait dans le domaine de l’animation. Il faut dire que la concurrence est rude avec l’existence du géant Disney et de Pixar (qui est d’ailleurs une filiale du premier). Cela n’a toutefois pas empêché DreamWorks de tirer quelquefois son épingle du jeu.

Pour continuer ses activités, DreamWorks a pris la décision début 2015 de supprimer 500 emplois, de fermer l’un de ses studios et de baisser la cadence, en établissant un rythme de production sur trois ans avec dans les grandes lignes le schéma suivant : plus ou moins deux films par an, le premier étant un projet neuf tandis que le second est une suite de l’un de leurs grands succès en salles.

Le calendrier des sorties illustre cette stratégie : cette année est sortie Kung Fu Panda 3 et Trolls doit arriver en fin d’année. Pour 2017, il y aura deux projets originaux, à savoir Captain Underpants et The Boss Baby. En 2018, il y aura deux suites (Les Croods 2  et Dragons 3) et un projet original (Larrikins). Pour 2019, un Shrek 5 est prévu ainsi qu’un autre projet original.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés