Des syndicats ont indiqué à la presse que le plan de réduction d'effectif souhaité par la direction de SFR-Numericable pourrait toucher jusqu'à 5 000 postes.

La saignée promet d’être conséquente. D’après les informations de ZDNet, l’ampleur des suppressions de poste pourrait atteindre jusqu’à un tiers des effets globaux de SFR. Des syndicats de l’opérateur, en contact avec nos confrères, évoquent ainsi un plan social qui touchera environ 5 000 personnes sur un total de 14 500. L’essentiel du « dégraissage » voulu par la direction doit survenir en 2017.

Rappelons que lors de l’opération lancée par Altice sur SFR en 2014, la direction de la holding luxembourgeoise, qui possède par ailleurs le câblo-opérateur Numericable, s’est engagée auprès du gouvernement à ne pas supprimer de postes pendant une durée de 3 ans chez SFR, ni chez Numericable, afin d’éviter que la holding compense avec une autre filiale la réduction d’effectif qu’elle n’a pas pu appliquer dans la foulée chez l’opérateur au carré rouge.

boutique-sfr

Alors que le délai des trois ans expirera dans les mois à venir, un changement de ton commence à se faire entendre du côté de la direction. En juin, Patrick Drahi, qui a une participation majoritaire dans Altice, déclarait que SFR est en « sureffectif » et que la  garantie sur l’emploi est jugée « inopportune », rendant « les choses compliquées  » et provoquant «  des tensions ».

Quelques jours plus tard, le directeur de l’entité SFR-Numericable, Michel Combes, est allé dans le même sens en déclarant qu’il « est assez évident que des adaptations seront nécessaires pour que SFR puisse rester compétitif sur le marché très difficile » des télécoms. Pour lui, le respect de ces engagements, s’il demeure, engendre «  une situation inédite, frustrante pour les salariés et pénalisante pour l’entreprise ».

Si aucun plan social n’est déclenchable avant 2017, SFR-Numericable ne s’interdit pas d’agir au cas par cas. La presse a ainsi évoqué des mesures de départ individuel qui ont déjà été enclenchées, ce que des syndicats ont dénoncé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés