La startup française spécialisée dans la robotique chirurgicale passe sous pavillon américain. Le groupe américain Zimmer Biomet, spécialisé dans l'équipement médical, vient d'acquérir la majorité de son capital.

Ça bouge du côté de la médecine high-tech. En ce début de semaine, l’équipementier américain Zimmer Biomet a annoncé avoir pris le contrôle de la majorité du capital de Medtech, une société française spécialisée dans la conception de robots capables d’assister les chirurgiens lors d’une opération. Au total, il a acquis 1 406 151 actions Medtech, représentant 58,77 % de son capital social.

Et il ne s’agit-là que d’une étape provisoire. En effet, Zimmer Biomet ne veut pas se contenter d’une part majoritaire dans sa nouvelle pépite : il veut l’avoir en entier. Le groupe américain, qui fournit lui aussi de l’équipement médical, prévoit donc d’absorber la totalité de Medtech dans le cadre d’une offre de rachat qui surviendra « dès que possible ». Le compte à rebours est lancé.

Zimmer Biomet annonce qu’il « a l’intention de poursuivre les activités de Medtech au siège social actuel à Montpellier, et a également l’intention de faire en sorte que ce lieu devienne un centre d’excellence pour le développement des activité s robotiques de l’acquéreur  ». Il ajoute que Bertin Nahum, actuel PDG de Medtech, prendra « la direction du développement des activités robotiques de l’acquéreur ».

Fondée en 2002 par Bertin Nahum à Montpellier, Medtech est une startup spécialisée dans la robotique médicale. Elle s’est notamment distinguée en 2007 par la conception du robot chirurgical Rosa et de ses déclinaisons pour certaines interventions très pointues, comme Rosa Brain (en 2010) pour le cerveau et Rosa Spine (en 2014) pour la colonne vertébrale. En 2013, Medtech fait son entrée en bourse.

Lors de notre rencontre avec Bertin Nahum en février, il expliquait que le dispositif élaboré par Medtech équipe aujourd’hui une soixantaines d’hôpitaux et affiche un compteur de 3 000 patients opérés. Le bras mécanique de Rosa permet ainsi d’assister le chirurgien dans sa tâche et d’améliorer encore plus la précision de ses gestes, ce qui est hautement requis lorsqu’il faut intervenir dans des zones extrêmement sensibles.

L’intérêt d’un robot comme Rosa, outre le fait qu’il est le prolongement amélioré du bras du chirurgien, est qu’il favorise l’intervention mini-invasive. Il s’agit d’une technique qui permet de réduire les incisions nécessaires pour accéder aux organes du corps humain. Il s’agit d’une approche qui participe à une meilleure convalescence du patient tout en limitant les risques collatéraux.

À lire sur Numerama : #Conversation avec Bertin Nahum, pionnier de la robotique médicale française

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés