Acquis pour 1,1 milliard de dollars en 2013, Tumblr ne vaut plus que 290 millions de dollars aujourd'hui. Entretemps, Yahoo est passé par là.

L’engagement de Yahoo de ne pas saccager Tumblr a visiblement vécu. Trois ans après l’acquisition spectaculaire de la plateforme de micro-blogging par le portail web pour la coquette somme de 1,1 milliard de dollars, sa valeur a fondu comme neige au Soleil. La faute aux mauvaises performances du service, qui ne parvient toujours pas à satisfaire les attentes de sa maison-mère.

CNN fait remarquer que Yahoo a dû inscrire dans ses comptes une charge de dépréciation de 482 millions de dollars liée à Tumblr. Aujourd’hui, la valeur du service n’est plus que de 290 millions de dollars, rapporte Quartz, qui pointe les précédentes dépréciations qui ont affecté Tumblr. C’est évidemment une situation qui n’arrange pas Yahoo, qui envisage de céder tout ou partie de ses activités.

Yahoo avait promis de ne pas bousiller Tumblr. Raté.

En 2013, Yahoo promettait de « ne pas faire foirer » Tumblr. En gage de garantie, le groupe avait fait savoir que le site serait « opéré de façon indépendante en tant qu’activité distinctes ». Marissa Mayer, la PDG de Yahoo, avait même diffusé un GIF animé typique de Tumblr, sur lequel on peut lire : « restez calme et continuez à avancer ». De son côté, David Karp, le fondateur de Tumblr, se voulait aussi rassurant.

« Le produit, le service et la marque continueront à être définis et développés séparément avec la même irrévérence, le même esprit et le même engagement à rendre autonomes les créateurs. Notre équipe ne change pas. Notre roadmap ne change pas. Et assurément notre mission – donner le pouvoir aux créateurs de faire le meilleur de leur travail et le livrer à l’audience qu’ils méritent – ne change pas ».

Rajeunir l’audience de Yahoo

Trois ans plus tard, le constat d’échec est flagrant.

Initialement, l’achat de Tumblr devait permettre à Yahoo de rajeunir son audience en récupérant un site très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes. Bref, être de nouveau dans le coup, de nouveau cool, de nouveau tendance, à une époque où Facebook était déjà omniprésent et au centre de la vie numérique d’une quantité astronomique d’internautes.

C’est pour cette raison essentielle que Yahoo avait promis de la continuité dans le mode de fonctionnement de Tumblr et de sa culture d’entreprise. Il n’était en effet pas question de faire fuir l’audience de Tumblr, dynamique et volatile, mais de la garder dans sa sphère d’influence. Une vision qui s’est toutefois heurtée à une certaine incompatibilité entre Tumblr, un véritable électron libre, et Yahoo, à l’esprit bien plus corporatif.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés