Avast et AVG travailleront maintenant main dans la main. C'est en tout cas le désir d'Avast, qui propose 1,3 milliard de dollars pour prendre le contrôle d'AVG.

L’heure est aux grandes manœuvres dans le monde de la sécurité informatique. Et à la concentration du marché des antivirus. Autrefois adversaires dans ce secteur, AVG et Avast marcheront désormais main dans la main. En effet, le premier vient de faire l’objet d’une d’offre d’achat déposée par le second dont le montant total s’élève à 1,3 milliard de dollars (environ 1,17 milliard d’euros).

Pas question pour autant de diluer la marque de l’une ou de l’autre. Bien implantées dans le paysage de la sécurité informatique, les identités commerciales d’AVG et d’Avast perdureront, même si l’une ou l’autre sera vraisemblablement amenée à être privilégiée en fonction du marché. C’est en tout cas ce qui transparaît en filigrane du communiqué publié par Avast pour annoncer la nouvelle.

Un rapprochement écrit d’avance

Avast et AVG devaient inéluctablement se rapprocher, à en croire Vincent Steckler, le patron d’Avast. Les deux sociétés partageaient en effet bien trop de points communs pour s’ignorer plus longtemps : nom relativement identique, naissance en République tchèque, clientèle à peu près similaire, même stratégie marketing, produits destinés au grand public… Mais encore fallait-il provoquer ce rapprochement.

AVG
CC AVG

Au total, Avast et AVG travaillent à la sécurisation de 400 millions de systèmes dont 160 millions sont des terminaux. Des synergies sont à attendre, mais dont l’ampleur reste à déterminer. Pour le marché des petites et moyennes entreprises, Avast imagine un support plus efficace, une couverture géographique plus étendue et une assistance technique bien meilleure.

Quelles seront les conséquences pour l’emploi ? Avast ne le dit pas. Mais le groupe voit des pistes commerciales alléchantes avec la démocratisation de l’Internet des objets, l’un des grands enjeux du futur, et dont l’essor se confirme année après année. Or, ce secteur est perçu comme insuffisamment protégé, faute d’outils de protection adaptés (lorsqu’ils existent). Il y a des places à prendre, et Avast est dans le coup.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés