Ces trois prochaines années, la Chine va investir environ 13,5 milliards d'euros dans le développement de l'intelligence artificielle. Elle espère ainsi booster son économie et concurrencer les géants américains du secteur.

La Chine a annoncé cette semaine qu’elle investira 100 milliards de yuans (environ 13,5 milliards d’euros) dans le développement de son marché de l’intelligence artificielle au cours des trois prochaines années. L’objectif est de dynamiser son économie qui a ralenti ces dernières années. En effet, la croissance chinoise était de 6,9 % en 2015 contre 7,3 % l’année précédente, ce qui est son taux le plus bas depuis 25 ans.

Pour remédier à ce ralentissement, la Chine compte miser sur le développement et l’innovation des robots, des assistants domotiques, des voitures intelligentes, des systèmes autonomes ou encore des objets connectés. Ce sont en tout cas les ambitions affichées par la National Development and Reform Commission (NDRC).

La Chine est déjà à la pointe des intelligences artificielles

Il sera intéressant de voir quelles innovations découleront de ce plan d’action démarré par la Chine, qui veut définitivement enterrer l’image d’usine du monde qui lui colle à la peau, ou de copieur, pour devenir un véritable innovateur. Le pays est déjà à la pointe sur de nombreuses technologies d’intelligences artificielles, et veut pousser son avantage.

Le géant Baidu, en particulier, dispose d’un excellent niveau en matière d’IA. Le moteur de recherche chinois annonçait par exemple en 2015 avoir battu Google dans la reconnaissance d’images automatisée. Sa machine avait été en mesure de décrire 100 000 images avec une précision de 95,42 % de précision contre 95,2 % pour le géant américain.

D’autres grandes entreprises chinoises du numérique viennent également marcher sur les plate-bandes des compagnies américaines, ou en ont l’ambition. En plus de Baidu, la Chine compte dans ses rangs d’autres acteurs de plus en plus importants dans le secteur des nouvelles technologies tels que Huawei, Alibaba ou encore Xiaomi.

Siège de Baidu, à Pékin.
Siège de Baidu, à Pékin.

Si les leaders mondiaux de l’IA sont encore pour la plupart américains, la Chine espère donc bien changer la donne et détrôner Google, Facebook, IBM, Microsoft et consorts. Cela passe par des symboles, comme ces experts chinois qui veulent affronter l’IA de Google au jeu de go d’ici la fin de l’année. Mais c’est aussi et plus sérieusement une question de souveraineté pour les produits chinois, qui devront reposer sur leurs propres techniques d’intelligence artificielle, pour espérer se tailler une part du marché mondial sans avoir à reposer sur les services de leurs concurrents comme Watson, Google Now ou Cortana.

La Chine compte ainsi se procurer tous les outils nécessaires pour s’imposer au sommet des nouvelles technologies. Pour y arriver, le gouvernement garantit un soutien financier et la protection de la propriété intellectuelle à toutes les entreprises impliquées.

Le programme prévoit également le développement d’intelligences artificielles pour l’écologie industrielle, qui devient incontournable pour le développement durable et peut offrir de véritables perspectives de croissance.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés