Apple annonce un investissement d'un milliard de dollars dans Didi Chuxing, une société chinoise rivale d'Uber.

Le montant de l’investissement est exceptionnel et le secteur d’activité pour le moins inattendu. C’est pourtant bien dans le domaine des applications d’appel de taxi et de covoiturage — donc de VTC — qu’Apple vient de confirmer en fin de semaine un financement d’un milliard de dollars. Et ce n’est pas Uber qui va en profiter, mais son concurrent chinois, Didi Chuxing (ex-Didi Kuaidi).

Bien que la firme de Cupertino dispose d’une réserve en cash gigantesque, ce qui lui donne une certaine souplesse de décision dans ses investissements et lui permet de dépasser son traditionnel secteur d’activité, un engagement dans une firme chinoise à un tel niveau, dans un univers qui lui est étranger, a de quoi surprendre, et interroge sur les projets à moyen terme du groupe américain.

Apple Moscone

Tim Cook, le PDG d’Apple, n’a pas expliqué pourquoi sa société place autant d’argent dans Didi Chuxing. Il s’est contenté d’évoquer le besoin impérieux qu’aurait le géant de l’électronique grand public de mieux comprendre le marché chinois. C’est un peu léger comme justification, mais c’est la seule qu’il a voulu partager. Vu les sommes en jeu, on devine que des objectifs plus sensibles sont en cause.

« Nous faisons cet investissement pour un certain nombre de raisons stratégiques, y compris pour avoir une chance d’en apprendre davantage sur certains segments du marché chinois. Bien sûr, nous croyons que ce financement livrera un solide retour sur investissement au fil du temps », déclare Tim Cook.

Si Apple est suspecté d’avoir des ambitions dans l’automobile électrique et autonome avec le projet Titan, on peine à l’imaginer dans le marché des VTC. Cet investissement est-il une manière de se diversifier face aux mesures prises par les autorités de régulation chinoises, en s’appuyant sur Didi Chuxing ? On sait que le groupe a eu quelques déboires avec elles ce printemps, puisqu’il lui a fallu couper son service iTunes Movies et iBooks.

Nous faisons cet investissement pour un certain nombre de raisons stratégiques

La Chine est devenue le deuxième marché le plus important pour Apple. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que une attention toute particulière y soit apportée dans un contexte où le groupe est en train de faire face à son premier déclin depuis 2003, sans que le marché intérieur chinois ne permette de contrebalancer sa décélération dans d’autres régions du monde.

En Chine, Didi Chuxing contrôlerait environ 87 % du marché chinois des VTC, effectuant au quotidien plus de 11 millions de trajets. Uber, qui s’efforce de se faire une place là-bas, a toutes les difficultés du monde à émerger. En début d’année, Travis Kalanik, le patron du géant des VTC, indiquait que sa société perd un milliard de dollars par an en Chine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés