Le gendarme des télécoms a reçu 25 dossiers pour des fréquences 3G et 4G à distribuer dans cinq territoires d'outre-mer.

Nous connaissons désormais la liste des opérateurs qui candidatent en vue d’obtenir de nouvelles fréquences 3G et 4G dans les territoires d’outre-mer. Mardi, l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes a reçu 25 dossiers dans le cadre de l’appel à candidatures lancé en début d’année.

Cinq zones géographiques sont concernées : La Réunion ; la Guadeloupe et la Martinique ; la Guyane ; Mayotte ; Saint-Martin & Saint-Barthélemy. Pour chacun de ces territoires, au moins quatre opérateurs se sont manifestés. Parmi eux, nous retrouvons des opérateurs d’envergure nationale, comme Orange et Free Mobile, mais aussi des opérateurs locaux et des filiales.

Les candidatures se répartissent de la façon suivante :

Guadeloupe – Martinique St Barthélemy – St Martin Guyane La Réunion Mayotte
Dauphin Telecom Dauphin Telecom Dauphin Telecom Orange BJT Partners
Digicel Antilles Françaises Guyane
(Digicel)
Digicel Antilles Françaises Guyane
(Digicel)
Digicel Antilles Françaises Guyane
(Digicel)
Société Réunionnaise du Radiotéléphone
(Altice)
Société Réunionnaise du Radiotéléphone
(Altice)
Free Mobile
(Iliad)
Free Mobile
(Iliad)
Free Mobile
(Iliad)
Telco OI
(Iliad et Hiridjee)
Telco OI
(Iliad et Hiridjee)
Nomotech United Telecommunication Services Caraïbe
(UTS)
Outremer Telecom
(Altice)
Zeop Mobile Orange
Orange Caraïbe
(Orange)
Orange Caraïbe
(Orange)
Orange Caraïbe
(Orange)
Outremer Telecom
(Altice)
Guyacom

L’objectif est de distribuer les blocs de fréquences dans les bandes 800 MHz et 2,6 GHz qui non pas encore attribuées outre-mer. Sont aussi en jeu des blocs dans les bandes 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz. Selon l’Arcep, ces blocs « donneront les moyens aux opérateurs de déployer la 4G et de continuer à développer leurs réseaux 3G ».

Il faudra patienter plusieurs mois avant de connaître le nom des candidats retenus par le gendarme des télécoms pour ces cinq zones géographiques. L’Arcep prévoit de boucler ce dossier au cours de l’automne 2016. Chaque procédure autorisera jusqu’à 4 opérateurs de bénéficier de nouvelles fréquences.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés