La plateforme de GIF animés Giphy a obtenu 55 millions de dollars dans un tour de table qui la valoriserait à 300 millions de dollars. Pourtant, elle ne génère encore aucun revenu.

Si vous mettez parfois des GIF animés dans vos messages sur les réseaux sociaux ou sur votre blog, vous connaissez probablement Giphy. En deux ans, la plateforme s’est imposée comme l’endroit incontournable pour trouver des séquences amusantes tirées de films, de séries TV ou de vidéos YouTube. Giphy permet à tous les internautes d’uploader des GIF, et propose une API qui permet aux développeurs de les intégrer facilement.

Pour faciliter la recherche des GIF, un moteur de recherche est proposé, qui permet de trouver les images en fonction des tags qui leur sont associés. On peut alors les voir classées soit par popularité, soit par date d’ajout. Simple et efficace.

Mais pour gagner rapidement sa place de leader, Giphy a aussi mis de côté un tout petit détail : la monétisation. Pour l’instant, tout est gratuit, et il n’y a même pas de publicités. Depuis deux ans, la plateforme fonctionne quasi exclusivement à fonds perdus, le but n’étant pas d’être rentable mais d’écraser la concurrence, actuelle ou potentielle. La monétisation viendra dans un second temps.

ecraser

Cette stratégie est peut-être très risquée, mais elle a la confiance des investisseurs. Giphy a ainsi obtenu 55 millions de dollars dans un tour de table qui valoriserait l’entreprise à 300 millions de dollars, même si elle ne dégage actuellement aucun revenu. L’argent lui sert évidemment à payer ses serveurs et la bande passante exigée par le service, mais aussi à déployer sa force commerciale.

Le réseau a ainsi signé des partenariats avec des producteurs de contenus (chaînes de télévision, labels musicaux, ligues sportives, etc.), ou des grandes marques (Subway, Calvin Klein, KFC, Honda…) qui voient d’un bon œil le fait que la viralité des GIF puissent bénéficier à la popularité de leurs programmes ou produits. Il n’est toutefois pas certain du tout que ces partenariats puissent servir de modèle économique, tant ils sont discrets.

L’objectif est certainement de s’imposer comme une plateforme tellement incontournable qu’elle deviendrait un actif précieux à avoir aux côtés d’un autre service établi. En clair, Giphy souhaite certainement se vendre au plus offrant, qui pourrait empêcher ses rivaux de continuer à utiliser l’API. Twitter, par exemple, a commencé à tester l’intégration de Giphy dans son application.

simpsons

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés