LinkedIn a été sévèrement sanctionné à la bourse après des prévisions jugées décevantes. Le réseau social a pourtant présenté des résultats convaincants.

Sale temps pour LinkedIn à la bourse. Malgré des indicateurs au vert, le réseau social professionnel a essuyé le mécontentement des investisseurs, ce qui a provoqué le plongeon du cours de l’action dans la journée de jeudi. Habitué à évoluer entre 180 et 200 dollars, celui-ci a chuté sous la barre des 120 dollars. Au plus fort de la tempête, le cours est même descendu jusqu’à 110 dollars.

LinkedIn
Chute à pic.

En effet, les marchés n’ont pas apprécié les prévisions de l’entreprise américaine. Ces derniers attendaient des perspectives plus solides pour le site, qui n’a annoncé qu’un bénéfice de 55 centimes par action et une progression modérée du chiffre d’affaires pour le prochain trimestre. Et cela alors même que les inscrits et les usagers actifs augmentent, tout comme les gains de la société.

La dépendance de la plateforme communautaire au marché nord-américain a aussi été pointée du doigt (un peu moins des deux tiers de ses revenus proviennent des États-Unis), même si l’attrait du site à l’étranger augmente — trois nouveaux usagers sur quatre viennent d’autres pays —, ce qui à terme permettrait de mieux équilibrer la provenance des revenus du réseau social.

Des résultats satisfaisants mais des prévisions décevantes.

C’est sans doute très frustrant pour LinkedIn, alors que le service s’en tire nettement mieux que Viadeo, son rival français, dont l’avenir est autrement plus sombre. Le site a presque un pied dans la tombe depuis son retrait du marché américain et son constat d’échec dans l’Empire du Milieu. LinkedIn cherche même à simplifier son interface, en s’inspirant de ce qui marche chez la concurrence.

Reste une inconnue dans l’équation : Facebook at Work. Pour le moment, l’apparition d’une page officielle présentant les projets de Facebook dans le réseautage professionnelle n’a pas encore provoqué de remous sur le cours de LinkedIn. En effet, l’action est restée stable en bourse en début de semaine, au moment où la page est apparue. Mais qui peut croire que cela va durer ?

Facebook at work
Un futur souci pour LinkedIn.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés