L'initiative « Breakthrough Energy Coalition » rassemble plusieurs grandes fortunes du monde pour organiser l'investissement dans les nouvelles technologies d'énergie propre.

Les milliards de Bill Gates ne seront sans doute pas de trop pour soutenir l’objectif central de la conférence internationale de Paris sur le climat (COP21), qui vise à déboucher sur un accord global et contraignant pour contenir la hausse de la température à 2°C. Ni ceux des autres milliardaires qui ont décidé de rejoindre l’initiative « Breakthrough Energy Coalition », afin d’investir dans les nouvelles technologies d’énergie propre.

Le but de ce projet ? Focaliser des investissements « sur les entreprises émergentes qui ont le potentiel de créer un avenir énergétique à émissions de carbone quasi nulles apportant une énergie fiable et abordable à tout un chacun ». L’argent sera orienté en priorité dans les secteurs de la génération et du stockage d’électricité, du transport, de l’industrie, de l’agriculture et de l’efficacité des systèmes énergétiques.

Autour de Bill Gates figurent en effet plusieurs très gros investisseurs qui ont fait fortune dans les nouvelles technologies — mais pas seulement — comme Marc Benioff (Salesforce), Jeff Bezos (Amazon) Richard Branson (Virgin), Jack Ma (Alibaba), Xavier Niel (Free), Masayoshi Son (Softbank), George Soros et Mark Zuckerberg (Facebook). Au total, trente personnes ont rejoint l’initiative pour le moment.

L’objectif est « d’investir dans des idées qui ont le potentiel de transformer la façon dont nous produisons et consommons tous de l’énergie », détaille Mark Zuckerberg dans un billet publié sur Facebook. Et d’ajouter que « nous espérons que cela encouragera plus de partenaires à faire de l’innovation une priorité dans la bataille contre le changement climatique », avant de rappeler les efforts du réseau social sur ce sujet.

Un milliard de dollars sur cinq ans pour Bill Gates.

Pour sa part, Bill Gates a annoncé cet été qu’il prévoit d’investir au moins un milliard de dollars dans les technologies propres sur les cinq prochaines années. Le fonds que veut mettre en place l’initiative « Breakthrough Energy Coalition », au regard de la richesse de ses participants, devrait être logiquement doté de plusieurs milliards de dollars, même si les contributions exactes des uns et des autres ne sont pas encore connues.

La COP21 devrait être une caisse de résonance bien pratique pour donner de la visibilité à ce projet, qui rassemble d’importants milliardaires. Des annonces sur ce projet sont à prévoir dès aujourd’hui, alors que les chefs d’État du monde entier doivent se réunir à Paris pour donner l’impulsion politique nécessaire pour que le sommet débouche sur un accord ambitieux, vérifiable et crédible sur le dérèglement climatique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés