Orange, Free, Numericable-SFR et Bouygues Telecom pourront s'affronter à partir du 16 novembre 2015, pour tenter d'obtenir des lots de fréquences 700 Mhz utiles à la 4G.

La période était connue, pas encore la date exacte. C’est par un tweet que l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a annoncé mardi que le processus de mise aux enchères des fréquences de la bande 700 Mhz aurait lieu à partir du 16 novembre 2015. Elle n’a pas précisé si l’ensemble des quatre opérateurs qui ont déposé un dossier de candidature pourront bien participer aux enchères, mais le suspense sur ce point est minime.

Orange, SFR-Numericable, Bouygues Telecom et Free Mobile pourront ainsi s’affronter dans des salles sécurisées, tenues à distance l’une de l’autre, pour obtenir un total de six blocs de fréquences de 5 Mhz duplex, dont le montant total de réserve dépasse les 2,5 milliards d’euros.

Chaque bloc est en effet vendu avec une mise à prix de 416 millions d’euros, et sera certainement très disputé par les opérateurs qui misent sur ces «  fréquences en or » pour déployer leurs offres d’accès à internet 4G avec des fréquences qui portent plus loin et permettent donc d’étendre la couverture sans multiplier le nombre des antennes.

Attribuées d’ici la fin 2015, les fréquences de la bande 700 Mhz sont actuellement dédiées à la TNT. Selon le calendrier prévu par l’Arcep, elles basculeront vers la téléphonie mobile à partir du mois d’avril 2016 pour l’Ile de France, puis entre octobre 2017 et juin 2019 pour le reste du territoire.

Free dans les starting blocks

Free, qui est en retrait sur son portefeuille de fréquences puisqu’il n’avait pas participé aux précédentes attributions de fréquences 800 Mhz, est très attendu. L’opérateur a fait du 700 Mhz une priorité dans sa stratégie, et réalisé les économies qui devraient lui permettre d’emporter plusieurs lots. Il n’a pas obtenu de lot réservé, mais il pourra obtenir jusqu’à 3 lots de fréquences 700 Mhz s’il est le meilleur candidat, alors que ses concurrents plus richement dotés en ondes ne pourront obtenir que deux lots maximum chacun.

Des obligations de couverture élevées sont imposées aux candidats, avec un taux attendu de près de 100 % de la population française métropolitaine d’ici 2030, mais seulement 40 % d’ici les 5 prochaines années. Un effort particulier est par ailleurs demandé pour couvrir le pourtour des lignes de chemin de fer empruntées par les TER, RER et le réseau Transilien.

Le tableau actuel des fréquences par opérateur (source : ARCEP)

frequences-arcep

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés