Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Danemark vient d'ajuster sa politique de taxes sur le marché de l'automobile en favorisant le diesel par rapport à l'électrique.

Une décision qui passe mal alors que la conférence sur les changements climatiques COP21 n’est qu’à quelques semaines de son ouverture. Le Danemark a annoncé préparer deux mesures concernant l’industrie automobile : la première est une taxe sur toutes les voitures qui ne prend pas en compte les émissions. La seconde est l’allègement d’une taxe sur la pollution causée par les oxydes de nitrogène qui sortent entre autres des pots d’échappement des voitures au diesel.

“Les Model S passent de 87 500 € à 241 700 €

D’un côté, le gouvernement danois a donc arrêté d’encourager l’achat de voitures électriques en proposant des réductions de taxe et donc, des prix plus avantageux. De l’autre, il allège les sanctions financières contre les véhicules les plus pollueurs. Ces deux décisions peuvent surprendre, mais elles s’inscrivent dans un mouvement du pays à plus grand échelle, comme l’a remarqué Bloomberg Business : l’abandon progressif depuis septembre des objectifs liés à l’environnement. Ainsi, le Danemark a annoncé qu’il ne comptait plus être indépendant des énergies fossiles d’ici à 2050.

Ces décisions arrivent une semaine seulement après la visite d’Elon Musk, le CEO de Tesla, à Copenhague. Et Musk est l’un des grands perdants : les Model S, que l’entreprise vend au Danemark passent de 87 500 euros environ à 241 700 euros. Une somme qui va faire réfléchir à deux fois les potentiels acquéreurs de ce modèle de luxe dans le pays.

Le ministre des finances danois, Claus Hjort Frederiksen, a justifié les deux axes de ce projet, qui paraît en décalage complet avec les enjeux écologiques actuels, en estimant qu’il permettrait à l’économie danoise de gagner en compétitivité et de créer de l’emploi. Les taxes associées permettrait à l’état de récupérer quelques 450 millions de couronnes en 2016 (soit 60 millions d’euros).

Cette vision court-termiste, aussi bien du point de vue technologique que du point de vue politique, a été dénoncée par l’opposition.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés